Guide des Côtes-d'Armor : Nature

Géographie
Plage du Lortuais
Plage du Lortuais

Entouré par la mer et les trois autres département avec lesquels ils constitue la région Bretagne, le département des Côtes d'Armor est globalement bien vallonné. Au sud y est présent le Massif armoricain qui offre de belles zones boisées du côté des agglomérations de Quintin, Callac et Saint-Nicolas du Pélem. La façade maritime du département est remarquable grâce à la grande variété de ses côtes : Côte d'Emeraude et côte de Granit Rose, particulièrement impressionnantes avec ses rochers roses, dont l'apothéose se trouve à Ploumanach' avec ses énormes rochers chaotiques. La variété des paysages côtiers est vraiment fascinante, des plages de sable fins baignant dans des lagons, aux falaises déchiquetées. L'archipel des Sept Iles forment une réserve ornithologique parmi les plus grandes du pays. Remarquable aussi, la baie de Saint-Brieuc, royaume des coquilles Saint-Jacques, 2ème plus grande baie maritime du pays après celle non lointaine du Mont Saint-Michel.

Climat

Ensoleillement : 1.657 heures/an, soit 69 jours de soleil

Précipitations : 448 millimètres de pluie/an

Relief
Cap d'Erquy.
Cap d'Erquy.

Paysages caractéristiques

Département naturellement contrasté, les Côtes-d'Armor concentrent les atouts et les spécificités majeurs de la Bretagne. Que l'on suive les côtes, ou que l'on sillonne l'intérieur des terres, les paysages, la faune et la flore apparaissent alors dans toute leur diversité. Armor et Argoat rivalisent de richesses naturelles, offrant au visiteur un spectacle unique à découvrir et à re-découvrir ! Le département ne compte pas moins de 4 réserves naturelles et 6 Maisons Nature labellisées. Ce serait commettre une grave erreur que de se focaliser exclusivement sur le bord de mer. Le département des Côtes-d'Armor bénéficie également d'un charme insoupçonné, vu de l'intérieur. Que vous soyez visiteur de passage ou résident à l'année, vous ne serez pas déçus par les trésors naturels disséminés ça et là, au hasard des cours d'eau et des haies bocagères. Ces richesses, souvent ignorées et trop souvent méconnues, échappent au touriste pressé, avide de rentabiliser son séjour iodé. Que l'on quitte un tant soit peu les côtes tumultueuses, et l'intérieur des terres se dévoilera pas à pas, entre écrins de verdures et eaux calmes des rivières, sous-bois et paysages vallonnés. Contes et légendes propices à la rêverie surprennent le promeneur aux détours des chemins et bosquets. Osez sillonner les terres costarmoricaines, à la rencontre d'un patrimoine naturel, préservé pour un temps de l'urbanisation galopante.

Cours d'eau

Le département compte 6 700 km de cours d'eau pour traquer truites et saumons. Du ruisseau perdu dans la lande bretonne à l'impétueuse rivière côtière, les paysages contrastés surprendront. Le pêcheur en étang trouvera également son compte avec plus d'une soixantaine de plans d'eau et 2 canaux pour rechercher les carnassiers, la carpe (jour et nuit) ou les poissons blancs.

Littoral
Plage à marée basse
Plage à marée basse

Le département totalise 370 km de côtes, dont 40 km de front de mer protégé. Inutile de préciser que la saison estivale amène dans son sillage des flots ininterrompus de touristes, qui ont pour habitude de se concentrer autour des stations balnéaires, faisant parfois quadrupler la densité démographique locale ! Ne boudez pas votre plaisir pour autant, les paysages côtiers sont magnifiques en toute saison et les sentiers de douaniers vous réserveront d'agréables surprises.

Les côtes

La côte d'Emeraude

De Saint-Jacut-de-la-Mer à Sables-D'or-les-Pins, la côte d'Emeraude recèle une myriade de joyaux naturels préservés, jalousement protégés par les falaises et les caps, ultimes remparts contre les assauts du large. Cette mer d'émeraude qu'on aperçoit des hauteurs de Ploubalay a creusé de profondes baies, de Beaussais à la Fresnaye. Face à la pointe du Chevet, à Saint-Jacut-de-la-Mer, l'île des Ebihens attire le passant, mais ne se laisse conquérir qu'une fois la mer retirée. Surveillez attentivement les horaires des marées, nombre d'imprudents et d'étourdis se sont vu obligés de passer la nuit sur la petite île quasi-déserte, en attendant la prochaine marée basse ! Si Saint-Jacut peut se targuer d'être la presqu'île aux 11 plages, Saint-Cast n'est pas en reste et vous réserve ses deux plus belles plages de sable fin, immenses étendues aux couleurs paradisiaques, de part et d'autre de la pointe de la Garde. Eternelle rivale de la petite cité jaguine, la fière station castine vous offre plus de 30 km de sentiers côtiers. Vous vous rendrez vite compte que derrière chaque pointe se dévoile un nouveau paysage. A proximité, le site départemental du Guildo, à l'embouchure de l'Arguenon. Vestiges médiévaux et espaces naturels y font bon ménage, pour le plus grand plaisir des promeneurs. Ne ratez pas la vallée de Saint-Germain, à Matignon. Peu fréquentée par les touristes, cette charmante clairière devient domaine maritime à marée haute.

De part et d'autre du cap Fréhel, le littoral se décline en petites criques douillettes et en longues plages invitant à l'oisiveté. Bienvenue au paradis des oiseaux marins ! La forteresse de La Roche-Goyon, mieux connue sous le nom de Fort-la-Latte, domine fièrement l'endroit, dans un cadre à faire pâlir nombre de cinéastes. Campé sur son éperon rocheux, Fort-la-Latte compte parmi les plus belles cartes postales de la région.Le phare du cap Fréhel se visite de mai à octobre et durant les vacances scolaires. De son sommet (145 marches à gravir !) on peut apercevoir, par temps clair, Bréhat à l'ouest, Jersey au nord, Chausey au nord-est et le Cotentin à l'est. Un superbe panorama qui force le respect ! A l'ouest du cap, " le Deauville " des Côtes-d'Armor vous attend. La station balnéaire des Sables-d'Or est surnommée ainsi en raison des origines de sa création. En 1921, deux promoteurs malouins qui avaient l'ambition de rivaliser avec Deauville, achetèrent les terres bordant la côte dans le but d'y réaliser une station balnéaire luxueuse. Le tracé des rues actuelles, d'une largeur inhabituelle (35 mètres !), permet encore d'appréhender la démesure du projet.

La côte de Penthièvre

Charmant petit port de pêche, Erquy est aussi une station balnéaire très prisée pour ces activités plage : dès 7 ans, on peut venir goûter au plaisir du nautisme ou partir à la découverte des trésors sous-marins. Nichée entre deux promontoires, la capitale de la coquille Saint-Jacques sort de sa torpeur à la belle saison. En juillet et août, la station balnéaire devient même l'une des plus peuplées du département ! Les hauteurs offrent un surprenant point de vue sur la ville et la baie, aux eaux tantôt bleu turquoise, tantôt vert émeraude, dans lesquelles se reflètent de grands pins. Après le cap d'Erquy, la mer présente un autre visage, plus docile. Elle se laisse même draguer, d'octobre à avril, par les coquilliers à la recherche de la Saint-Jacques. La côte de Penthièvre reste accueillante en toute saison. En été, farniente sur le sable doré de Pléneuf-Val-André et pêche à pied sur les grèves ; en hiver, flâneries romantiques sur le port désert de Dahouët... Ses marins furent les premiers à traverser l'Atlantique en 1509 pour pêcher la morue à Terre-Neuve. Le port de Dahouët est aujourd'hui plus orienté vers la plaisance, et propose avec le bassin des salines 329 places sur ponton. Le port à échouage dispose quant à lui de 170 places. Au Val-André, le front de mer aligne villas fin XIXe siècle et aménagements piétonniers. Côté plage, celle des Vallées a un caractère plus sauvage, bien qu'elle soit surplombée d'un golf 18 trous ! La plage de la Ville Berneuf s'étire quant à elle jusqu'à Erquy, et fait la part belle aux adeptes du char à voile. La plus petite, c'est la plage du Pissot, côté ouest. En suivant les sentiers et ruelles, le chemin des Garennes vous mènera jusqu'à un superbe point de vue, avant de rejoindre la venelle de l'Amirauté, puis de mettre le cap sur le port de Piégu, après avoir longé la digue. Le chemin côtier est de toute beauté.

La côte de Goëlo

Tout près de Saint-Brieuc, Binic est une charmante station balnéaire de la Côte de Goëlo. Disposition originale, le port de plaisance est situé au coeur-même de la ville ! Ses trois plages de sable fin feront le bonheur des estivants adeptes du farniente. La plus grande, La Banche, est située à proximité du centre-ville et possède une piscine et un bassin d'eau de mer. Plus au nord, Saint-Quay-Portrieux doit une partie de sa réputation à la coquille Saint-Jacques. La pêche côtière est toujours l'une des ressources importantes de la commune. La flottille de 80 bateaux se répartit entre chalutiers-dragueurs, dragueurs, caseyeurs ainsi que chalutiers hauturiers. La pêche à la coquille Saint-Jacques représente 15 % des apports de la criée. Le port en eau profonde est accessible toute l'année, 24h/24 ! Une partie bien distincte est réservée à la plaisance, pouvant accueillir plus de 1 000 bateaux, de 6 à 18 mètres. Par ailleurs, plus de 400 embarcations peuvent être accueillies au port à échouage. Il vous est possible de faire une partie de pêche à bord d'un chalutier ou d'un caseyeur. Des promenades en bateau sont également proposées par les vedettes de Bréhat, qui vous mèneront jusqu'à l'île, en longeant les plus hautes falaises de Bretagne. Ne manquez pas de vous promener le long du sentier douanier ! Vous pouvez en prendre le départ près du casino, puis prendre la direction du port. Vous apprécierez alors de belles demeures de style architectural balnéaire, la pointe du Sémaphore et le plateau rocheux des îles Saint-Quay. Encore plus au nord, le pays de Paimpol vous subjuguera par la beauté insolente de ses paysages marins. Sur les quais de Paimpol, flotte encore le parfum des départs pour la grande pêche en mer d'Islande. De nos jours, la pêche à pied, en mer ou en rivière, est un loisir particulièrement apprécié dans la région. Vous ne verrez malheureusement pas la fameuse falaise de Paimpol. Elle n'existe que dans la célèbre chanson " La Paimpolaise " de Théodore Botrel. Il s'agit en fait des falaises de Plouha, site classé, culminant à 104 m. Le sentier de découverte et le GR 34 permettent d'apprécier la présence d'oiseaux marins nicheurs. Simple mouillage sur pieux, le petit port de Gwin Zégal, situé aux pieds des falaises de Plouha, est l'un dernier du genre. Le sentier de Gwin Zégal offre également une belle randonnée nature. Non loin de là se trouve l'incontournable abbaye de Beauport, construite au XIIe siècle sur un site naturel privilégié, incluant massif forestier et littoral, sur une superficie de 40 h. La diversité exceptionnelle du site, classé monument historique, est réellement mise en valeur par sa restauration. L'île de Bréhat, surnommée " l'île aux fleurs ", est à dix minutes de bateau de la pointe de l'Arcouest. Parmi les balades inoubliables, profitez d'un voyage à bord d'une véritable locomotive à vapeur qui vous fera longer tout l'estuaire du Trieux, de la gare de Paimpol jusqu'à la cité de caractère de Pontrieux.

La côte des Ajoncs

De l'embouchure du Jaudy à Perros-Guirec, s'étire la bien-nommée côte des Ajoncs, sur 30 km de littoral. A Tréguier, la mer remonte profondément par un large estuaire à l'intérieur des terres. Au rythme des marées, s'offrent au regard une succession de grèves et de pointes déchiquetées, de plages abritées, de criques paisibles et d'îlots rocheux, véritables avant-postes minéraux d'une terre définitivement tournée vers la mer. Le circuit panoramique du Trégor - Côte des Ajoncs vous permet de parcourir environ 40 km au coeur d'un îlot de nature préservée. Cette boucle fléchée vous réserve des spectacles changeants selon la saison, en perpétuel renouvellement. Avis aux amateurs, chaque point de vue se métamorphose en cadre inédit, unique et éphémère.

La côte de Granit rose

Entre Perros-Guirec et Trébeurden, les luttes incessantes entre vents et marées ont inlassablement sculpté les rivages accidentés, donnant aux rochers des formes insolites défiant toutes les lois de l'équilibre. Les contrastes et les couleurs sont ici à leur paroxysme. Le granit est comme enflammé au soleil couchant, la lande intense pourfend les variations des bleus de la mer, pour former une symbiose exceptionnelle. A Perros-Guirec, station balnéaire au charme Belle Epoque très (trop ?) fréquentée l'été, vous découvrirez de riches villas de pierre surplombant un magnifique front de mer. A la gare maritime, vous trouverez diverses vedettes et bateaux pour vous emmener voir de plus près l'archipel des Sept-Iles, la plus grande réserve ornithologique de France. Pour découvrir la côte à bord d'un vieux gréement, optez pour le " Sant C'hireg " qui propose des sorties d'une journée à destination des Sept-Iles. L'île Renote est un endroit tout indiqué pour se promener au milieu des amas granitiques, de même que la presqu'île de Tourony. La vue porte sur l'île Costaérès et son curieux château. L'élevage de lapins angora de Christine et Paul de Chavagnac est également une particularité locale à découvrir. Les grandes plages de sable fin de Trestraou ou de Trestrignel sont des sites idéaux pour la baignade et les sports nautiques. Un magnifique sentier côtier part de la plage de Trestraou, sur la droite en montant par le boulevard Joseph-Le Bihan : une occasion parfaite d'admirer les extraordinaires chaos de roches granitiques qui parsèment le littoral. Tout au bout, le joli phare de Men-Ru, puis le charmant petit port de Ploumanac'h. Incontournables, les colosses de pierre de Ploumanac'h valent plus qu'un détour ! Plus à l'ouest, Trégastel, ravissante station balnéaire dont les plages offrent de beaux points de vue sur de curieux îlots aux amoncellements rocheux fantaisistes. Les sports nautiques trouvent ici un cadre d'exception. Vous pourrez aussi vous livrer au plaisir de la pêche à pied. A ne pas manquer, la vallée des Traouïéros. Fermé par deux gorges parsemées également de chaos de granit rose, ce lieu enchanteur sera apprécié des botanistes et des amateurs de promenades naturalistes. Plus au sud, vous attend le site départemental de Plestin-les-Grèves, remarquable pour sa faune et sa flore. L'endroit regorge de galeries souterraines, servant de réserves pour chauves-souris. Dans la grève, se déroulent de grandes courses hippiques une fois par an, la plage se transformant pour l'occasion en hippodrome marin. Le petit port de Toul-an-Herry, dans l'estuaire du Douron, présente un cadre pittoresque et singulier. Il marque la limite entre les Côtes-d'Armor et le Finistère. Vous pourrez découvrir à proximité les thermes romains du Hogolo, construits 50 ans après J.-C. et restaurés en 1992.

La baie de Saint-Brieuc

La baie de Saint-Brieuc est considérée comme la cinquième baie du monde en ce qui concerne l'amplitude de ses marées. La mer peut se retirer sur plus de 7 km, découvrant un estran d'une extraordinaire richesse, notamment dans les anses d'Yffiniac et de Morieux. Le site est classé Natura 2000. Ces milliers d'hectares découverts sont peuplés de moules, crabes verts, bigorneaux, berniques et quelque 70 autres espèces de coquillages et une multitude de petits organismes marins. La baie est également un refuge d'oiseaux, plus de 200 espèces y étant recensées. Au fil de l'eau, près de Plaintel, vous pourrez errer parmi les chaos du Gouët : la rivière s'écoule entre de gros blocs granitiques dans un bruit de cascade, créant une ambiance des plus envoûtantes. A proximité, la vallée de la Perche à Quintin promet également de belles escapades bucoliques. Du parc des Promenades à Saint-Brieuc s'ouvre un joli point de vue sur la vallée du Gouëdic.

Faune et flore
Faune
Macareux moine.
Macareux moine.

Mammifères

Plus de 70 espèces sont visibles en Côtes d'Armor et en Bretagne, certaines protégées voire très protégées...Nous ne les listerons pas toutes, mais sachez que l'on peut observer : hérisson, taupe, musaraigne dont l'espèce aquatique, chauve-souris, murin, renard roux, loutre, martre, fouine, hermine, vison d'Amérique, belette, putois, phoque-veau marin, phoque, écureuil roux, ragondin, castor, campagnol, rat musqué, rat, mulot, souris, sanglier, cerf, chevreuil,...

Reptiles

La plupart des espèces sont protégées, et dans ce cas manipulation interdite ! Mais sans doute ne vous y risquerez-vous pas... Au programme : Pour les sans pattes : couleuvre à collier, orvet, vipère péliade et coronelle lisse ; avec pattes : les lézards, tels le classique lézard des murailles, ainsi que le lézard vert et le lézard vivipare.

Oiseaux

On trouve en Côtes d'Armor les classiques espèces d'oiseaux continentaux du nord de la France, mais aussi bien évidemment, de nombreux d'oiseaux d'eau et de littoral. On peut citer entre autres : barge, bécasseaux de différentes espèces, dont le sanderling qui se développe beaucoup dans le département, bécassine, bernache, différentes espèces de canard au-delà du classique colvert : canards siffleur, pilet, souchet et chipeau, elder à duvet, divers fuligules et chevaliers, le courlis cendré et l'huîtrier pie (2 populationd en forte augmentation dans le département ces dernières années), macreuse, pluvier, sarcelle, tadorne, vanneau huppé...

Poissons

Parmi les espèces suivantes visibles dans les eaux des Côtes d'Armor, vous en retrouverez assurément certaines dans vos assiettes : raie (brunette, méléé, bouclée), petite roussette, torpille marbrée, l'inévitable sardine, lieu jaune, congre et anguille, hippocampe, Saint-Pierre, gobies de différentes espèces, mulet, blennies, gonelle, souris de mer, sole, barbue, largeur, grondin, lompe,...

Amphibiens

De nombreux amphibiens sont visibles plus particulièrement dans les mares sans poissons. Mais pas uniquement : étangs, lagunes, jardins, prairies humides... bref, là où il y a de l'eau douce ! et plus particulièrement dans la première moitié de l'année. L'observation nocturne est propice à l'observation du crapaud commun, de la grenouille rousse ou verte, de la rainette, et de différentes espèces de salamandre.

Mammifères marins

Ils sont nombreux bien évidemment plus ou moins au large des côtes : rorqual commun ou à museau pointu, différentes espèces de dauphins : commun, bleu et blanc, de Risso, Grand dauphin, marsouin, globicéphale noir.

Insectes

Entre terre et mer, les espèces d'insectes sont très nombreuses en Côtes d'Armor. De nombreux insectes vivent dans les côtes sableuses de la Manche, organismes non marins s'accomodant de la vie dans l'eau salée. On trouvera aussi dans l'ensemble du département de nombreuses espèces de papillons, coccinelles et libellules, nombreux plans d'eau oblige !

Flore
Champ de fleurs
Champ de fleurs

Arbres, buissons

On trouve en Côtes d'Armor des arbres banaux ainsi que des arbres tout à fait remarquables, à différents titres. Massifs ou centenaires au coeur d'exploitations agricoles nombreuses dans le département ou au coeur de villages, arbres exotiques miraculeusement acclimatés en Bretagne dans des parcs et jardins, les occasions sont nombreuses de rencontrer des arbres qui méritent le détour. On peut citer : Parmi les feuillis, qui composent l'essentiel des bois : chênes, châtaigners centenaires voire presque millénaires, platanes, tilleuls, et parmi les pins : l'araucaria, dit aussi "arbre aux singes", ifs, pins sylvestres ou bien sûr pins maritimes, l'impressionnant séquoia géant.

Il est à noter que sur les 70 essences forestières recensées dans la région, moins de la moitié sont autochtones, ce qui montre que les Côtes d'Armor sont une parfaite terre d'accueil.

Fleurs et plantes rares

On trouve en Côtes d'Armor la plupart des 176 espèces remarquables de plantes recensées en Bretagne, soit une très forte richesse floristique. La flore vaculaire, c'est-à-dire les plantes à fleurs et les fougères, sont très bien recensées par les botanistes. Beaucoup d'espèces ont tendance à se concentrer sur les parties littorales. S'il existe beaucoup d'espèces autochtones, certaines ont été importés notamment lors des premières grandes migrations européennes au XVIIème siècle et leur succès persistant est souvent dû à leur caractère envahissant voire invasif. Cela peut poser problème comme par exemple la jussie, plante aquatique, qui colmate les plans d'eau. Plus de 300 espèces de plantes supérieures sont menacées, et donc rares. On peut citer entre autres : l'aster d'armorique, le tétragone d'Armorique, l'aubépine maritime, le fer à cheval.

Végétation du littoral et sous-marine

On trouve, entre terre et mer des lichens certains systématiquement recouverts d'eau et d'autres alternativement au gré des marées. Cette végétation colore les rochers de façon admirable. De la même façon, de nombreuses plantes à fleurs sont présentes comme les zostères, le plantain, l'armérie, le chou marin, la betterave maritime, la matricaire maritime. Bien sûr, les algues sont incontournables : algues bleues, algues vertes, algues brunes et algues rouges. On trouvera aussi différentes espèces de spongiaires, les fameuses éponges.

Parcs et réserves naturelles
Réserves naturelles

La réserve ornithologique du cap Fréhel

Le site légendaire abrite de 700 à 800 couples d'oiseaux marins nicheurs. Goélands argentés, puffins, huîtriers pies, mouettes tridactyles, guillemots et pingouins trouvent refuge sur les hauts pics rocheux nommés la Petite et la Grande Fauconnière. Quelques couples de fous de Bassan sont également visibles aux beaux jours. La Pointe du Jas, à l'ouest du cap, est habitée par une colonie de pétrels fulmars... Au total, plus de 50 000 individus colonisent les lieux !

La réserve naturelle de la baie de Saint-Brieuc

La réserve naturelle de la baie de Saint-Brieuc est la plus grande de Bretagne. Elle a pour objectif de protéger ce milieu naturel, remarquable d'un point de vue faunistique comme floristique. La richesse productive du milieu est attestée par la présence d'une population de 40 000 oiseaux de 110 espèces différentes. La baie de Saint-Brieuc, située sur l'axe de migration Manche-Atlantique, est reconnue comme une zone humide littorale d'intérêt international. Vous pourrez ainsi avoir le privilège de croiser des huîtriers pie, des bernaches cravants, ou encore des tadornes de Belon. Pour les plus téméraires, sachez que la baie regorge de reptiles et d'amphibiens. N'ayez crainte, il ne s'agit que du crapaud calamite, du lézard vert et du triton palmé. Moins visibles, mais tout aussi importants pour l'équilibre des écosystèmes, les invertébrés colonisent également les lieux. Côté mammifères, 13 espèces ont été identifiées dans la réserve et ses alentours. Du phoque-veau marin au lapin de garenne, en passant par la belette, le blaireau, le lièvre brun, le renard, la taupe et le ragondin, tout ce petit monde parvient à cohabiter en parfaite intelligence. Sous l'eau, 18 espèces de poissons fréquentent le fond de l'anse d'Yffiniac. Certaines ne sont présentes dans le marais salé qu'au stade d'alevin. C'est le cas du hareng, de la sardine, de la sole, du lançon équille, du lieu jaune, de l'anguille, du prêtre et du barbu. D'autres espèces comme le mulet, le bar et le flet colonisent le marais salé également au stade adulte. Certaines espèces sont appelées " résidentes ", et occupent le marais tout au long de leur cycle biologique. Au niveau floristique, les dunes de Bon-Abri (7,9 ha) se révèlent être l'habitat le plus riche, avec 358 espèces inventoriées, dont 10 rares ou menacées. Le chou marin et le panicaut de mer se partagent l'espace avec notamment les énigmatiques ophrys abeilles et cynoglosses officinales. Il faut savoir que le marais maritime d'Yffiniac est le plus vaste ensemble de prés-salés de la côte nord-armoricaine (après la baie du Mont-Saint-Michel, bien sûr !). Fait remarquable : 45 espèces végétales ont été repérées sur ce type d'habitat, généralement peu productif. La " slikke ", partie du marais subissant deux fois par jour l'immersion de la marée, est constituée de vase et de végétaux dits " pionniers ", comme la salicorne et la spartine. La " schorre ", partie du marais immergée uniquement lors des grandes marées, est composée essentiellement d'espèces tolérantes à la salinité. En prenant un peu de hauteur, on se rend compte que les falaises représentent incontestablement des milieux très riches. La pression urbanistique étant restée relativement faible dans la région, cette frange côtière est pourvue d'un ensemble de falaises naturelles, colonisées au gré des vents, des embruns et du soleil. En quittant les hauteurs pour retrouver les profondeurs, on peut discerner 9 espèces d'algues différentes. Parmi elles, le chondrus crépu et la laitue de mer.

La réserve naturelle du Sillon de Talbert

La réserve naturelle régionale du Sillon de Talbert a été créée en 2001, sur la commune de Pleubian. La réserve couvre une superficie de plus de 18 hectares. Elle protège une structure écopaysagère particulière dite " Sillon de Talbert ", qui est à la fois un site d'intérêt écologique et une curiosité géologique. On peut en effet observer un cordon de galets et de sable de 3 km, atteignant une largeur de 35 mètres. Cette avancée résulte de l'action combinée des courants issus du Trieux et du Jaudy. Cette langue minérale s'avançant dans la mer en direction du nord protège également le littoral de l'érosion et des vagues, en particulier lors des grandes marées. D'apparence immobile, cette formation originale évolue pourtant en permanence.

La réserve des Sept-Iles

En 1912, la Société des Chemins de Fer de l'Ouest organisa des safaris dont l'objet était de tirer les macareux moines qui colonisaient l'archipel des Sept-Iles. En deux ans, leur nombre passa de 20 000 à 2 000. Une poignée d'amoureux de la nature s'est alors émue, obtenant que la chasse des oiseaux soit officiellement interdite sur l'archipel. La première réserve ornithologique privée est créée cette même année, sous le nom de Site naturel protégé, qui devient en 1976 réserve naturelle. Elle est la plus ancienne réserve naturelle de France. Elle comprend tout l'archipel en face de Perros-Guirec, et s'étend sur 40 ha à marée haute, et environ 280 ha à marée basse. Elle est composée de l'île Bono (21,6 ha), l'île Plate (5 ha), l'île aux Moines (9,4 ha), l'île Malban (1,2 ha), l'île Rouzic (3,3 ha) et la toute petit île aux Rats (0,2 ha) ainsi que d'un chapelet d'îlots et de récifs (les Cerfs, les Costans...). L'île aux Moines - qui se visite - est la seule île de l'archipel à posséder de l'eau douce en permanence. Le 26 mai 1993, le Conservatoire du Littoral devient propriétaire de cette île, principal lieu d'implantation des colonies d'oiseaux. Elle recèle en effet plus de 23 000 couples d'oiseaux marins. Douze espèces nichent dans l'archipel qui constitue une zone unique de nidification pour certaines espèces. L'île Rouzic est le seul point de nidification en France pour les fous de Bassan. On y voit aussi d'autres nicheurs comme le cormoran huppé, le guillemot de troïl, le fulmar glacial, la sterne pierregarin ou la mouette tridactyle. On y rencontre également une colonie de phoques gris.

Parcs animaliers
Des sites privilégiés pour observer la faune

Plusieurs parcs animaliers de différents types jalonnent les Côtes d'Armor, avec l'inévitable du zoo-parc de Trégomeur, mais aussi différentes fermes pédagogiques pour découvrir les animaux de la basse-cour et d'élevage dans leur milieu naturel, tout en profitant des bons produits de la ferme disponibles à emporter, des réserves d'animaux moins courants tels les cerfs ou les lamas et autres alpagas, et bien sûr également des parcs réservés à l'observation des oiseaux. Ces derniers sont richement représentés en Côtes d'Armor avec de nombreuses espèces plus ou moins rares ou protégées sur le littoral et notamment dans la baie de Saint-Brieuc. A ne pas manquer : la réserve naturelle ornithologique de l'archipel des Sept-Iles.

Jardins
Au manoir du Botrain en Bretagne.
Au manoir du Botrain en Bretagne.

De nombreux parcs et jardins s'offrent aux promenades des visiteurs des Côtes d'Armor, qu'il s'agisse de jardins privés ou publics, offrant une grande diversité de styles et de flore. D'inspiration médiévale ou maçonnique, jardins à la française ou paysagers, à l'anglaise, exotique ou même japonais, au sein de châteaux, manoirs, chapelles, en terrasses, en vallon, filant vers la mer en pente douce ou de façon plus abrupte, chacun trouvera un jardin correspondant a ses goûts ou à son humeur du moment. Des spectacles, animations, ateliers, conférences et autres événements sont pour certains d'entre eux au programme, au fil des saisons. Jardins, parcs, potagers, arboretums costarmoricains savent ainsi conjuguer nature et culture locale, offrant de magnifiques balades relaxantes et/ou instructives, permettant dans tous les cas d'accéder à l'incroyable biodiversité du département, tous les sens en éveil. Six d'entre eux se distinguent par le label "Jardin Remarquable".

Préparez votre voyage !

transports
  • Vol pas cher
  • Louer une voiture
  • Réservez un ferry
  • Location de moto
  • Taxi et VTC
hebergement
  • Ecotourisme
  • Réservez un hôtel
  • Location de vacances
  • Votre logement Airbnb
  • Trouvez votre camping
Séjours
  • Voyagez sur mesure
Sur place
  • Activités Funbooker
  • Réservez une table
  • Trouvez une activité
  • Activités Airbnb
  • Assurance voyage

Adresses Futées des Côtes-d'Armor

Avis
Jeu concours

Les jeux concours du moment

Remportez un séjour de 2 nuits pour 2 personnes à Nancy !

Profitez d'un week-end de prestige à Nancy !