Guide du Minas Gerais : Argent

Monnaie

Monnaie locale  : le réal (reais au pluriel). Après une longue période de forte instabilité monétaire et d'inflation galopante rendant périlleux le calcul de son budget voyage, le Brésil a gagné une vraie stabilité monétaire depuis le "  plan réal  " (1994), malgré l'alternance de Lula en 2002. La monnaie brésilienne est donc le réal qui constitue, à part dans certaines zones très touristiques, la seule monnaie communément acceptée dans les hôtels, restaurants ou taxis.

Le réal est coté sur les marchés financiers internationaux, on peut donc se le procurer et le changer dans toutes les banques du monde. Tous les moyens de paiement sont acceptés sur place. Toutes les monnaies majeures étrangères sont aussi acceptées.

Vous devez cependant déclarer en douane un montant égal ou supérieur à 10 000 R$. Tous les billets sont établis par la Banque centrale du Brésil et toutes les coupures antérieures à 1994 sont sans valeur.

Subdivisions. Un réal (souvent abrégé en R$) est subdivisé en 100 centavos. Il existe des pièces de 1 (de plus en plus rare, en général les Brésiliens préfèrent arrondir), 5, 10, 25 et 50 centavos, ainsi que des pièces de 1 R$. Après une petite gymnastique intensive avec vos pièces, vous apprendrez à les identifier. Quant aux billets, ils se ressemblent tous, si ce n'est leur couleur  : ainsi, le billet de 2 R$ est bleu, celui de 5 R$ est violet, celui de 10 R$ rouge et celui de 50 R$ marron orangé, celui de 100 R$ (rare !) vert.

Taux de change

En théorie, le réal flotte librement sur le marché des changes. Dans la pratique, la Banque centrale brésilienne intervient pour réguler son cours et éviter de trop fortes fluctuations. Les pressions inflationnistes ont ainsi pu être contrôlées et l'économie s'est vite redressée. Aujourd'hui, le réal est une monnaie vigoureuse sur le marché des changes.

Taux de change en avril 2018 : 1 € = 4,05 R$, 1 R$ = 0,25 €.

L'inflation est d'environ 6 à 7 % par an, entraînant une hausse des prix à la consommation, profitable pour les touristes mais très néfaste pour ses habitants.

Pour être informé du cours du réal en temps réel, vous pouvez consulter les sites des principaux médias brésiliens comme La Folha de São Paulo ou Globo (www.globo.com.br). Le taux de change du réal n'apparaissant pas toujours dans la rubrique "  économie  " des journaux français, il existe des sites de conversion de devises assez fiables (par exemple www.xe.com).

Coût de la vie

Depuis la dévaluation de janvier 1999 et les multiples tempêtes monétaires traversées par le réal, le Brésil était redevenu un pays abordable. Il convient toutefois de se méfier des fortes oscillations du réal, qui peuvent très vite se retourner contre votre porte-monnaie et votre budget. En sept ans, le change est passé de 3,25 R$ pour 1 € à 2,50 R$ en 2011 puis 4,05 R$ aujourd'hui. La crise qui a débuté en 2012 s'est installée dans le pays, et dans les métropoles (Rio, São Paulo), les villes touristiques et les villes du sud du pays à fort pouvoir d'achat, l'hébergement et la restauration sont devenus vraiment coûteux, proches des normes européennes. Comme partout, les tarifs des hôtels et des différents services touristiques varient selon la saison et les événements. Pendant les vacances d'été, de décembre à février (incluant donc la période du carnaval) et les vacances scolaires de juillet, les prix sont multipliés par deux, voire plus à Rio, Salvador, Recife ou Olinda. En cela, les hôteliers et les restaurateurs brésiliens savent faire preuve d'une dextérité remarquable pour manier les prix, aussi bien à la hausse qu'à la baisse, en fonction de la loi de l'offre et de la demande. C'est pourquoi il est fortement conseillé de négocier. La basse saison va de mars à juin et d'août à novembre. Sachez donc profiter des prix cassés.

Budget

Il est difficile d'établir un budget moyen. Tout dépend de la façon dont vous voyagez, de la période de votre séjour et de vos goûts en matière de confort. En basse saison, en ne voyageant qu'en bus (ou réservant à l'avance les vols), en dormant dans des hôtels corrects mais simples et en privilégiant les restaurants bon marché (self au kilo), comptez environ 100 R$ par jour et par personne. À Rio même, il sera en revanche difficile de " vivre " avec moins de 150 à 200 R$ par jour... N'hésitez pas à marchander pour tous les services touristiques proposés, surtout en basse saison, quand les clients sont rares. On peut ainsi discuter le prix des excursions guidées (parcs nationaux, etc.), des marchandises vendues sur les marchés (artisanat, fruits...) et dans certaines boutiques. Il faut néanmoins garder en mémoire qu'un service de qualité se paie et que des prix très bas par rapport au marché se font quelquefois au détriment de la sécurité. De plus, il faut respecter le labeur d'autrui, et négocier dans une mesure acceptable.

Les prix donnés dans ce guide, à simple titre indicatif, le sont en reais (R$), ceux-ci étant en règle générale moins sujets à changement (ou du moins rapidement) que les prix en US$, qui sont fortement volatiles. À vous de calculer la conversion en euros, tout en sachant qu'ils peuvent varier d'un jour à l'autre ou d'une personne à l'autre  ! Le dollar demeure la monnaie de référence qui sert à mesurer en permanence la valeur du réal et que les Brésiliens aiment utiliser pour leurs placements. Il n'est, en revanche, plus du tout utilisé dans la vie quotidienne.

Banques et change

Les banques sont en général ouvertes au public de 10h à 16h, sans interruption du lundi au vendredi.

Si vous souhaitez changer de la monnaie, notez toutefois que les frais de change peuvent être multipliés par cinq d'un bureau de change à un autre (ces frais sont souvent déjà inclus dans le taux de change affiché) en France comme à l'étranger. Préférez donc la carte bancaire. Pour les retraits mais aussi les paiements par carte, le taux de change utilisé pour les opérations s'avère généralement plus intéressant que les taux pratiqués dans les bureaux de change (à ce taux s'ajoutent des frais bancaires).

Carte bancaire

Si vous disposez d'une carte bancaire (Visa, MasterCard, etc.), inutile d'emporter des sommes importantes en espèces. Dans les cas où la carte n'est pas acceptée par le commerçant, rendez-vous simplement à un distributeur automatique de billets.

En cas de perte ou de vol de votre carte à l'étranger, votre banque vous proposera des solutions adéquates pour que vous poursuiviez votre séjour en toute quiétude. Pour cela, pensez à noter avant de partir le numéro d'assistance indiqué au dos de votre carte bancaire ou disponible sur internet. Ce service est accessible 7j/7 et 24h/24. En cas d'opposition, celle-ci est immédiate et confirmée dès lors que vous pouvez fournir votre numéro de carte bancaire. Sinon, l'opposition est enregistrée mais vous devez confirmer l'annulation à votre banque par fax ou lettre recommandée.

Conseils avant départ. Pensez à prévenir votre conseiller bancaire de votre voyage. Il pourra vérifier avec vous la limitation de votre plafond de paiement et de retrait. Si besoin, demandez une autorisation exceptionnelle de relèvement de ce plafond.

Retrait

Attention, la menue monnaie est un problème national. Paradoxalement, on peut avoir de l'argent en grosses coupures et ne rien pouvoir acheter, car personne ne dispose de monnaie... Ou ne souhaite s'en défaire ! Cela peut devenir un vrai problème dans les bus municipaux. Quand vous changez de l'argent, ou si vous payez avec un gros billet, insistez pour qu'on vous rende des petites coupures, bien plus faciles à écouler.

Trouver un distributeur. Votre pourrez retirer de l'argent dans les agences de la banque Banco do Brasil, de Citibank, de HSBC, ou dans les points de retrait 24h/24 présents dans la plupart des grandes villes du pays (Bradesco, Itau). De plus, vous trouverez des distributeurs de billets à peu près partout, à Rio comme dans les principales destinations de ce guide. Pour connaître le plus proche, des outils de géolocalisation de distributeur sont à votre disposition. Rendez-vous sur visa.fr/services-en-ligne/trouver-un-distributeur ou sur mastercard.com/fr/particuliers/trouver-distributeur-banque.html.

Utilisation d'un distributeur anglophone. De manière générale, le mode d'utilisation des distributeurs automatiques de billets (" ATM " en anglais) est identique à la France. Si la langue française n'est pas disponible, sélectionnez l'anglais. " Retrait " se dit alors " withdrawal ". Si l'on vous demande de choisir entre retirer d'un " checking account " (compte courant), d'un " credit account " (compte crédit) ou d'un " saving account " (compte épargne), optez pour " checking account ". Entre une opération de débit ou de crédit, sélectionnez " débit ". (Si toutefois vous vous trompez dans ces différentes options, pas d'inquiétude, le seul risque est que la transaction soit refusée). Indiquez le montant (" amount ") souhaité et validez (" enter "). A la question " Would you like a receipt ? ", répondez " Yes " et conservez soigneusement votre reçu.

Frais de retrait. L'euro n'étant pas la monnaie du pays, une commission est retenue à chaque retrait. Les frais de retrait varient selon les banques et se composent en général d'un frais fixe d'en moyenne 3 euros et d'une commission entre 2 et 3 % du montant retiré. Certaines banques ont des partenariats avec des banques étrangères ou vous font bénéficier de leur réseau et vous proposent des frais avantageux ou même la gratuité des retraits. Renseignez-vous auprès de votre conseiller bancaire. Notez également que certains distributeurs peuvent appliquer une commission, dans quel cas celle-ci sera mentionnée lors du retrait.

Cash advance. Si vous avez atteint votre plafond de retrait ou que votre carte connaît un disfonctionnement, vous pouvez bénéficier d'un cash advance. Proposé dans la plupart des grandes banques, ce service permet de retirer du liquide sur simple présentation de votre carte au guichet d'un établissement bancaire, que ce soit le vôtre ou non. On vous demandera souvent une pièce d'identité. En général, le plafond du cash advance est identique à celui des retraits, et les deux se cumulent (si votre plafond est fixé à 500 €, vous pouvez retirer 1 000 € : 500 € au distributeur, 500 € en cash advance). Quant au coût de l'opération, c'est celui d'un retrait à l'étranger.

Paiement par carte

De façon générale, évitez d'avoir trop d'espèces sur vous. Celles-ci pourraient être perdues ou volées sans recours possible. Préférez payer avec votre carte bancaire quand cela est possible. Les frais sont moindres que pour un retrait à un distributeur et la limite des dépenses permises est souvent plus élevée.

Notez que lors d'un paiement par carte bancaire, il est possible que vous n'ayez pas à indiquer votre code pin. Une signature (parfois électronique) et votre pièce d'identité vous seront néanmoins souvent demandées.

Acceptation de la carte bancaire. Les cartes bancaires sont largement acceptées par les commerçants

Frais de paiement par carte. Hors zone Euro, les paiements par carte bancaire sont soumis à des frais bancaires. En fonction des banques, s'appliquent par transaction : un frais fixe entre 0 et 1,20 € par paiement, auquel s'ajoutent de 2 à 3 % du montant payé par carte bancaire. Le coût de l'opération est donc globalement moins élevé que les retraits à l'étranger. Renseignez-vous auprès de votre conseiller bancaire.

Transfert d'argent

Avec ce système, on peut envoyer et recevoir de l'argent de n'importe où dans le monde en quelques minutes. Le principe est simple : un de vos proches se rend dans un point MoneyGram® ou Western Union® (poste, banque, station-service, épicerie...), il donne votre nom et verse une somme à son interlocuteur. De votre côté de la planète, vous vous rendez dans un point de la même filiale. Sur simple présentation d'une pièce d'identité avec photo et la référence du transfert, on vous remettra aussitôt l'argent.

Pourboires, marchandage et taxes

Pourboires. Au restaurant, le service, de 10 %, est inclus et les Brésiliens ne laissent généralement pas de pourboire. Néanmoins, si personne n'insiste pour que vous en laissiez un, il se peut qu'un garçon s'offusque à l'occasion. À vous de juger, les serveurs disposent d'un salaire de misère. À contrario, si vous laissez un pourboire, vous en serez remercié d'un sourire jusqu'aux oreilles  !

Marchandage. Le marchandage n'est pas vraiment de mise mais n'hésitez pas à le faire pour tous les services touristiques proposés, surtout en basse saison, quand les clients sont rares. On peut ainsi discuter le prix des excursions guidées, des marchandises vendues sur les marchés (artisanat, fruits...) et dans certaines boutiques. Tentez votre chance en demandant jusqu'à 20 % de rabais. Pour faire des affaires encore plus juteuses, privilégiez le paiement en espèces et les achats en grosse quantité.

Taxes. Les prix affichés peuvent parfois être taxés, la pratique n'est pas uniforme, et l'affichage pas toujours explicite. Dans certains hôtels, il faudra souvent ajouter 5 % d'ISS ou 10 % de taxe de service (ou les 2 !) au prix affiché, se renseigner à la réception. Dans les bars et restaurants, le service (10 %) n'est pas indiqué sur la carte, mais toujours inclus dans la facture.

Duty Free

Puisque votre destination finale est hors de l'Union européenne, vous pouvez bénéficier du Duty Free (achats exonérés de taxes). Attention : à l'aller le shopping effectué dans les deux aéroports sera Duty Free, mais au retour, seul le shopping effectué dans l'aéroport étranger le sera.

Préparez votre voyage !

transports
  • Louer une voiture
  • Réserver un ferry
  • Location de moto
hebergement
  • Réservez un hôtel
  • Location de vacances
  • Votre logement Airbnb
  • Trouvez votre camping
Séjours
  • Voyagez sur mesure
Sur place
  • Réservez une table
  • Trouvez une activité
  • Expériences & Boxs

Adresses Futées du Minas Gerais

Avis
Jeu concours

Les jeux concours du moment

Gagnez 2 séjours de prestige pour 2 personnes à Pornic !

Une escapade bien méritée à Pornic avec l'Office de Tourisme Intercommunal de Pornic .

2 séjours de prestige à remporter (2 gagnants) !