Guide du Minas Gerais : Sécurité et accessibilité

Dangers potentiels et conseils

Le Brésil a la réputation d'être un pays dangereux pour les touristes. C'est certainement exagéré, mais il est incontestable que la violence est omniprésente dans les métropoles et les villes moyennes, paradoxe d'une des nations les plus accueillantes au monde. Cette violence ne s'exerce pas d'ailleurs spécifiquement contre les touristes. Ce sont surtout les Brésiliens qui en sont les premières victimes. La faute en revient directement à une organisation sociale inique où la richesse est concentrée entre les mains de quelques-uns. La huitième puissance économique du monde n'est pas à même de nourrir correctement un dixième de sa population et en laisse un tiers dans une grande misère. Les risques encourus par les touristes se "  limitent  " principalement au vol. Quelques précautions et un peu de bon sens suffisent le plus souvent à éviter les ennuis. En règle générale, les grands centres urbains, qui concentrent toute la misère du monde en même temps que des foules de touristes, présentent les plus grands risques. Les petites villes et les villages, loin du bruit et de la fureur, sont moins considérés comme "  zones à risque  ", mais nécessitent également qu'on reste vigilant. Les conseils qui suivent ne s'appliquent donc pas aux seuls flâneurs urbains, même si les risques sont potentiellement plus élevés dans les grandes villes. Ainsi présentées, ces recommandations peuvent paraître inquiétantes, alors qu'en toute objectivité, au Brésil, les risques sont à peine plus importants que dans certains quartiers des grandes capitales occidentales.

Lieux sensibles. Les pickpockets et les voleurs à la tire fréquentent, comme partout, les transports en commun (principalement les bus municipaux, souvent bondés), les marchés, les plages urbaines, les gares routières, les alentours des banques.

Les agressions violentes sont rares dans ces endroits, mais peuvent éventuellement avoir lieu le soir, dans les centres-villes désertés, dans les favelas et, le soir également, dans certains endroits fréquentés par les touristes, comme à la sortie de boîtes de nuit un peu louches.

Les signes extérieurs de richesse sont à proscrire en toute circonstance (montres de prix, vêtements de marque voyants, bijoux, appareils photo imposants, Caméscopes, etc.). Si vous ne pouvez vous empêcher de zoomer, transportez votre appareil dans un sac quelconque (genre poche en plastique) et évitez de l'exhiber à tout bout de champ. Rappelons que dans un pays où le salaire minimum n'atteint pas 250 €, l'étalage de tels objets peut constituer une provocation.

Évitez de garder sur vous des sommes d'argent importantes et de les exhiber dans les lieux publics. Ayez un peu de monnaie dans la poche, facilement accessible, pour le bus ou pour boire un verre, et laissez le reste de votre argent dans le coffre.

L'une des règles d'or à respecter absolument est de ne pas garder tout son argent et ses documents au même endroit : en cas de vol, vous perdrez tout en même temps. Répartissez-les plutôt dans différentes "  cachettes  " : coffre-fort de l'hôtel, poches cousues à l'intérieur du pantalon, ceinture porte-billets, etc. Les pochettes en toile, qu'on glisse sous les vêtements, sont bien pratiques pour transporter discrètement les documents (passeports, billets d'avion, etc.), mais le truc est un peu éventé. En cas de braquage, c'est souvent l'objectif premier des truands, qui sont au courant des petites ruses des gringos, alors qu'un porte-monnaie, négligemment glissé dans la poche de devant d'une chemisette, peut paradoxalement passer inaperçu. Pensez à relever les numéros de votre carte de crédit ou de vos Traveler's Chèques, faites des photocopies de vos documents et gardez-les séparément, dans une autre cachette, avec les numéros de téléphone à composer en cas de perte ou de vol.

Évitez les zones désertes la nuit, prenez le taxi. Demandez à l'hôtel ou dans les offices du tourisme quels sont les lieux peu sûrs le soir.

Évitez de vous comporter comme un touriste (le nez dans son guide de voyage, l'air désemparé, suant dans son polo rentré dans son short, les chaussettes remontées sur les mollets). Au contraire, ayez l'air sûr de vous (on le sait, il est facile de donner des conseils) et adoptez, autant que possible, l'attitude décontractée des Brésiliens.

Si vous tenez à emporter quelques affaires pour la journée (appareils photo, livres, etc.), une poche en plastique fera tout à fait l'affaire, surtout dans les endroits sensibles. Pour aller à la plage, réduisez ce "  peu d'argent  " à son minimum (de quoi prendre le bus et boire un verre) et n'emportez que le strict nécessaire. Si vous y allez seul et craignez pour vos affaires pendant que vous vous baignez, confiez-les à des voisins dignes de confiance ou aux serveurs des barracas.

Pour circuler en ville, les bus (sauf quand il y a le métro) sont la solution la plus pratique. Il y a bien quelques pickpockets, mais le plus souvent tout se passe bien. Toutefois, si vous devez transporter des objets de valeur ou êtes encombré par de gros sacs, il est préférable de prendre un taxi entre l'hôtel et l'aéroport ou la gare routière. Avant de monter dans un bus, on peut préparer sa monnaie sur le trottoir ; ça évitera d'avoir à sortir son porte-monnaie pendant ce véritable numéro d'équilibriste qu'exige le passage du tourniquet. Pour prendre un taxi, attendez à une tête de station ou téléphonez au central, il vous donnera le numéro d'immatriculation du véhicule qui vient vous chercher. Cela peut éviter quelques désagréments.

Si vous traversez la ville avec votre sac à dos, on pourra, peut-être, essayer de vous faire tomber dans un des pièges suivants : le coup de la mousse à raser (ou autre substance, bien moins ragoûtante) sur le sac pour vous forcer à le poser à terre, où il sera plus facile à subtiliser ; une bousculade fictive pendant laquelle on profitera de la confusion de la mêlée pour vous le voler ; enfin, un grand classique, le coup de lame de rasoir sur le sac. Dans tous les cas, il faut rester stoïque, continuer son chemin et attendre d'être dans un endroit sûr pour nettoyer votre sac ou estimer les dégâts. Même si ces petites ruses sont rares, évitez de laisser votre bagage dans les lieux publics sans surveillance, et pensez, s'il est posé par terre (à la terrasse d'un café par exemple) à le mettre en sécurité en passant un pied dans une des sangles.

En cas d'agression, évitez de jouer les gros bras, le jeu n'en vaut pas la chandelle et les agresseurs auront souvent des arguments bien plus déterminants qu'un couteau suisse et n'hésiteront pas à s'en servir, comme un vrai couteau ou une arme à feu. De plus, si vous avez suivi les conseils ci-dessus, le plus gros de votre bien est à l'abri à l'hôtel, le reste étant réparti en plusieurs endroits : donnez le contenu d'une poche ; s'ils insistent, donnez le contenu d'une autre ; la troisième permettra de prendre un taxi.

Les voleurs connaissent les habitudes des gringos, et surveillent hôtels, banques et autres incontournables lieux de fréquentation touristique. Aussi faites attention si vous vous promenez seul la nuit dans ce genre d'endroits.

La plupart des hôtels régulièrement fréquentés par les touristes semblent sûrs. Suivez scrupuleusement les consignes données pour Rio et Belo Horizonte. Il vaut mieux quelquefois payer plus cher sa chambre d'hôtel et pouvoir dormir du sommeil du juste. Si vous avez des doutes (notamment dans les hôtels bon marché), fermez la porte de votre chambre avec votre propre cadenas, assurez-vous que la fenêtre ferme bien et, éventuellement, cadenassez votre sac à un élément fixe du mobilier. Évitez de laisser toute votre fortune dans ledit sac, mais cachez-la en divers endroits de la chambre. En règle générale, même dans les hôtels qui vous paraissent à peu près corrects, évitez de laisser traîner des objets ou des documents de valeur. Les femmes de chambre sont pour la plupart intègres, mais également bien souvent payées une misère et avec une famille à nourrir ! Certains hôtels proposent des coffres.

Les trajets en bus longues distances ne posent aucun problème de sécurité, mise à part la conduite "  sportive  " des chauffeurs brésiliens. Vous pouvez ainsi laisser vos bagages dans les soutes, sans vous en préoccuper jusqu'à l'arrivée.

Pour connaître les dernières informations sur la sécurité sur place, consultez la rubrique " Conseils aux voyageurs " du site du ministère des Affaires étrangères sur www.diplomatie.gouv.fr/voyageurs - sachez cependant que le site dresse une liste exhaustive des dangers potentiels et que cela donne parfois une image un peu alarmiste de la situation réelle du pays.

Femme seule en voyage

Une femme, même et surtout quand elle n'a rien sur elle, a toujours quelque chose à se faire prendre. Ce danger-là n'est pas plus grand qu'ailleurs, car il n'est pas en rapport avec la pauvreté.

Des statistiques attestent que les agressions sexuelles se cantonneraient aux mêmes catégories sociales. Mesdames, méfiez-vous donc plutôt de votre voisin d'hôtel, mais pas plus à Rio qu'à Stockholm  ! Surveillez vos verres dans les bars et les boîtes de nuit, la drogue du violeur, comme on vous l'a déjà dit, circule à Rio comme à Paris.

Voyager avec des enfants

La plupart des hôtels sont équipés pour recevoir et divertir les enfants. Dans les hôtels de standing et resorts, il y a toujours des animations adaptées aux plus petits et souvent un service de garderie.

Toutefois attention à bien vous renseigner au préalable car dans certains hôtels haut de gamme ou dédiés au repos les enfants de moins de 10 ans, voire 12 ans, ne sont souvent pas acceptés.

Voyageur handicapé

Si vous présentez un handicap physique ou mental ou que vous partez en vacances avec une personne dans cette situation, différents organismes et associations s'adressent à vous.

Voyageur gay ou lesbien

L'homosexualité est globalement bien acceptée et Rio est tout simplement l'une des capitales mondiales LGBT. Les discriminations éventuelles ne dépasseront pas les sarcasmes ou les mauvaises plaisanteries, cependant, il existe des violences homophobes dans les quartiers populaires et les zones rurales, moins progressistes. À la campagne ou dans les petites villes du Minas Gerais, les regards vers les couples homosexuels seront peut-être plus nombreux, mais les voyageurs gay et lesbien ne rencontreront aucun problème pour se loger, sortir ou être accueilli au restaurant.

Pour plus d'informations sur les adresses gay et gay friendly à Rio : riogayguide.com

Préparez votre voyage !

transports
  • Louer une voiture
  • Réserver un ferry
  • Location de moto
hebergement
  • Réservez un hôtel
  • Location de vacances
  • Votre logement Airbnb
  • Trouvez votre camping
Séjours
  • Voyagez sur mesure
Sur place
  • Réservez une table
  • Trouvez une activité
  • Expériences & Boxs

Adresses Futées du Minas Gerais

Avis
Jeu concours

Les jeux concours du moment

Gagnez 2 séjours de prestige pour 2 personnes à Pornic !

Une escapade bien méritée à Pornic avec l'Office de Tourisme Intercommunal de Pornic .

2 séjours de prestige à remporter (2 gagnants) !