Guide du Minas Gerais : Comment partir ?

Partir en voyage organisé
Spécialistes
Généralistes

Vous trouverez ici quelques tours-opérateurs généralistes qui produisent des offres et revendent le plus souvent des produits packagés par des agences spécialisées sur telle ou telle destination. S'ils délivrent des conseils moins pointus que les spécialistes, ils proposent des tarifs généralement plus attractifs.

Réceptifs

Il s'agit de tours opérateurs présents dans le pays ; de ce fait, ils connaissent extrêmement bien la zone.

Sites comparateurs

Plusieurs sites permettent de comparer les offres de voyages (packages, vols secs, etc.) et d'avoir ainsi un panel des possibilités et donc des prix. Ils renvoient ensuite l'internaute directement sur le site où est proposée l'offre sélectionnée. Attention cependant aux frais de réservation ou de mise en relation qui peuvent être pratiqués, et aux conditions d'achat des billets.

Partir seul
En avion

Prix moyen d'un vol Paris-Rio : de 750 € à 1 300 €, selon la période et le nombre d'escales. À noter que la variation de prix dépend de la compagnie empruntée mais, surtout, du délai de réservation. Pour obtenir des tarifs intéressants, il est indispensable de vous y prendre très en avance. Pensez à acheter vos billets six mois avant le départ !

Aéroports de Paris : comment s’y rendre ?

Transports en commun

RER B. Vers CDG. L'arrêt " Aéroport Charles de Gaulle 1 " dessert les terminaux 1 et 3.

" Aéroport Charles de Gaulle 2 - TGV " dessert les terminaux 2 A, C, D, E, F et G.

Durée : 35 min. Prix : 9,75 €.

Vers Orly. Paris-Orly est relié à la station " Antony " du RER B par la navette ORLYVAL. Arrêts Paris-Orly Sud : porte K. Arrêts Paris-Orly Ouest : porte A niveau Départs. Prix : 12,05 €. Durée : environ 30 min.

RER C. Vers Orly. Paris-Orly est relié à la station " Pont de Rungis " du RER C par le service de bus " Paris par le train ". Paris-Orly Sud : porte C, arrêt 6. Paris-Orly Ouest : porte C, arrêt 7. Durée : 35 min. Prix : 6,15 €.

Bus. Vers CDG. La navette Roissybus assure une liaison depuis Opéra. Durée : 45 à 60 minutes. Prix : 11 €.

Bus 350 depuis " gare de l'Est " et le 351 depuis " Place de la Nation ". Durée : 70 min. Prix : 6 €.

Vers Orly. OrlyBus depuis Denfert Rochereau. Paris-Orly Sud : porte C. Paris-Orly Ouest : porte D niveau Arrivées. Durée : 20 à 30 min. Prix : 7,50 €.

Bus 183 depuis " Paris-Porte de Choisy ". Durée : 50 min. Prix : 2 €.

Tramway. Vers Orly. T7 passe par l'aéroport d'Orly depuis Villejuif-Louis Aragon ou Athis Mons. Durée : 30 min. Prix : 1,70 €.

Interconnexion CDG-Orly

Navette Orly-Roissy. Ligne 3. Dessert Orly Sud, Orly Ouest, Terminal 1, 2E/2F, 2B/2D, 2A/2C de CDG. Durée : environ 1h15. Prix : 21 €.

Taxis

La loi Thévenoud a mis en place un tarif au forfait des courses de taxis pour se rendre aux aéroports d'Orly et Roissy. Forfait qui s'applique 7j/7, 24h/24, dimanches et jours fériés compris.

Entre Roissy et Paris rive droite : 50 €.

Entre Roissy et Paris rive gauche : 55 €.

Entre Orly et Paris rive droite : 35 €.

Entre Orly et Paris rive gauche : 30 €.

Principales compagnies desservant la destination
Aéroports
Sites comparateurs

Certains sites vous aideront à trouver des billets d'avion au meilleur prix. Certains d'entre eux comparent les prix des compagnies régulières et low-cost. Vous trouverez des vols secs (transport aérien vendu seul, sans autres prestations) au meilleur prix.

En bus
Location de voitures
Se loger

Il y en a pour tous les goûts et pour toutes les bourses, mais à part les campings et les dortoirs d'auberges de jeunesse on ne trouve plus rien à moins de 40 R$. En basse saison et en dehors de certains week-ends, c'est-à-dire pendant la plus grande partie de l'année, le logement ne pose aucun problème. Mais, en été, en juillet, pendant les jours fériés et dans certains sites touristiques tous les week-ends, on peut avoir du mal à trouver un toit. Pour la période du carnaval, il est préférable de réserver plusieurs mois à l'avance et c'est souvent hors de prix.

Hôtels

Hôtel ou pousada ? En théorie, il y a une différence entre les hôtels et pousadas. Les pousadas étaient à l'origine des pensions de famille ; l'accueil, l'atmosphère y seraient donc plus chaleureux, plus familiaux, et le cadre - ce sont parfois de grandes et antiques demeures, aménagées avec goût - y serait plus agréable et plus vivant. En comparaison, les hôtels paraissent plus impersonnels. Dans la pratique, ces différences de vocabulaire ne veulent plus dire grand-chose. On trouve des hôtels petits, confortables et chaleureux, et des pousadas où l'on vous ignore superbement. La notion de pension de famille, avec l'industrialisation du tourisme, a quelque peu perdu de ce qui faisait son originalité. Dans les deux cas, les services proposés et les prix, à niveau de confort et situation équivalents, sont les mêmes. Les pousadas ne sont donc pas forcément bon marché. Parfois, le côté " authentique ", savamment entretenu, leur ajoute une importante plus-value, et certaines d'entre elles pratiquent les mêmes tarifs que des hôtels 3 ou 4-étoiles. Ailleurs, dans ces petites maisons où l'on a sommairement aménagé deux pauvres chambres, le terme " pension de famille " reprend tout son sens.

Saisons. La haute saison s'étend en général de mi-décembre à mars et de juillet à août, mais cette notion peut varier d'un établissement à l'autre. Cela ne tient pas compte des périodes de Noël, du Nouvel An et du carnaval, où les prix sont nettement plus élevés. Les hôtels proposent alors, en général, des forfaits pour 5 nuits au minimum. En basse saison, les prix sont, bien sûr, revus à la baisse (en général 30 % de réduction).

Prix. Les prix, soumis au contrôle d'Embratur, sont affichés à la réception, d'où l'absence de mauvaises surprises. Ce qui n'empêche pas de marchander, bien au contraire. Très logiquement, les prix sont moins élevés dans les petites villes ou dans les villages que dans les grandes villes. Ainsi, on pourra facilement se loger pour 60 R$ dans le cadre paradisiaque d'un petit village de pêcheurs, alors qu'il faudra débourser au minimum 150 R$ à Rio pour une chambre double en hostel.

Les tarifs dépendent du niveau de confort. Un apartamento, c'est-à-dire une chambre avec salle de bains, coûte légèrement plus qu'un quarto (chambre), la même chose avec salle de bains dans le couloir. Les différentes options (air conditionné, télévision, balcon, etc.) font également monter la note. Le petit déjeuner, café da manha en brésilien, est inclus dans le prix de la chambre dans presque tous les hôtels et pousadas (sauf exception). Sa qualité correspond à celle de l'établissement. Au minimum, on vous servira quelques fruits (mangues, melon, ananas, etc.), du pain, du beurre et du fromage, un jus de fruits et, bien sûr, du café ; mais il y a aussi parfois des oeufs, des gâteaux, du jambon...

Il peut être utile (voire indispensable pendant le carnaval) de réserver en été, en juillet et les week-ends (à Buzios, Paraty, Ouro Preto, etc.) à Ilha Grande car la capacité est réduite. Le reste du temps, ça présente peu d'intérêt : les hôtels ne sont jamais pleins. Vous gagnerez néanmoins du temps en réservant à l'avance sur Internet ou par téléphone, cela vous évitera de perdre du temps à visiter des hôtels sur place plus ou moins bons. Vous pouvez négocier hors saison par téléphone également.

Auberges de jeunesse

C'est souvent l'option la plus économique pour dormir dans les grandes villes, mais dans les petites villes ou dans les villages très touristiques, où la concurrence est féroce, on trouvera à se loger pour le même prix dans de petits hôtels ou pousadas bien plus confortables. Comme c'est la coutume dans ces auberges, on y est entassé, de 4 à 12 personnes, dans des clapiers aux lits superposés. Les prix vont de 40 à 100 R$ en moyenne pour un lit, selon la ville et la saison. En haute saison, réservez en avance. C'est pourtant une formule très populaire parmi les étudiants brésiliens et on s'y ennuie rarement. Certaines auberges sont très confortables, avec piscine, salle de lecture, télévision, casier personnel, etc. Penser à emporter un cadenas pour le fermer (on peut en acheter sur place). Il y a toujours une cuisine collective pour se faire sa tambouille. L'accueil est variable, du souriant et complice au neutre et parfois presque désagréable. Le petit déjeuner, presque toujours inclus (sauf exception, dont Rio), est lui aussi variable, du rudimentaire et fadasse au buffet à volonté.

Auberge de jeunesse se dit albergue da Juventude mais aujourd'hui on dit plutôt hostel.

Campings
Se déplacer

En l'absence d'un circuit ferroviaire développé, le car est le moyen de transport le plus utilisé et le meilleur marché au Brésil. Pour les longues distances, le meilleur moyen de se déplacer reste incontestablement l'avion. Plusieurs compagnies locales desservent régulièrement les principales villes du pays et offrent un service comparable aux lignes intérieures françaises. Mais pour les fauchés, les amoureux de l'asphalte, ou tout simplement les voyageurs qui souhaitent se fondre dans la population brésilienne, le car représente un excellent moyen de se déplacer. Si vous prenez un car longue distance, sachez que le trajet sera long, très long. Toutefois la qualité des cars est généralement bonne, le confort (et le prix) variant suivant les différentes catégories du véhicule, allant du basique au luxueux.

L'avantage principal du car par rapport à l'avion est, bien sûr, le prix. Pour les longues distances, à moins que vous ne disposiez de tout le temps, il est préférable de prendre l'avion, plus cher mais incomparablement plus rapide et plus confortable. L'autre avantage du car est qu'il permet de voyager en compagnie des Brésiliens, d'entrer en conversation avec son voisin et de commencer ainsi à se familiariser avec le Brésil et ses habitants. Le plus souvent, vos interlocuteurs auront à coeur de vous faire aimer leur pays. On ne demande que cela ! Les voyages en car sont également le moyen idéal de vivre réellement le pays, de sentir sa réalité géographique. Le temps qui dure fait prendre véritablement conscience des immensités parcourues, tandis qu'on passe de l'émerveillement à l'ennui devant cette succession sans fin de paysages.

Avion

Vu la taille du pays, et l'accès difficile de certaines régions, c'est un moyen de transport parfois indispensable pour ceux dont le temps est limité. Si votre voyage reste centré sur Rio et le Minas Gerais, le bus ou la voiture paraissent des moyens de locomotion plus appropriés.

Les trois principales compagnies sont Tam, la principale et la plus chère, Gol, et la dernière, Azul, deux compagnies low-cost qui proposent des vols domestiques vraiment compétitifs, même par rapport au bus, par exemple pour Belo Horizonte, dans les 200 R$.

GOL
Brasil Airpass - À savoir sur les pass aériens

L'achat d'un forfait pass aérien est une option intéressante si l'on envisage de se déplacer dans beaucoup d'États au cours de son séjour, mais pas toujours la meilleure. Achetez votre pass seulement si vous voulez visiter le pays du Nordeste à Iguazu, car il coûte environ 500 US$, ce n'est pas une petite somme ! Attention, ce pass ne peut pas être acheté au Brésil, il faut l'acheter dans votre pays résidence. Outre son prix, ce pass a un autre inconvénient : il faut tout réserver au départ de Paris, ce qui oblige à prévoir quasiment à l'heure près son séjour (et il n'est valable que trois semaines pour Azul).

Le Brasil Airpass est théoriquement limité à un seul par personne. Mais si vous restez plus longtemps que 21 jours, il est possible d'acheter deux pass à la même compagnie en insistant un peu ou d'acheter plusieurs pass à des compagnies différentes.

Il faut réserver les destinations et les dates au départ de Paris. Les changements sur place se négocient (plus ou moins bien) selon les compagnies.

Les pass actuels

GOL Brazilian Air Pass : 505 US$ + taxes + frais de dossier pour 4 vols sur GOL au Brésil, valable pour 90 jours, avec un vol international acheté à n'importe quelle compagnie.

GOL South America Airpass : 629 US$ + taxes pour 4 vols au Brésil, Argentine et Chili, valable pour 90 jours.

Azul Airpass : 499 US$ + taxes + frais de dossier pour 4 vols sur Azul au Brésil, valable pour 21 jours, avec un vol international acheté à Azul Airlines, United Airlines ou TAP.

Bus

Les gares routières. Elles sont appelées rodoviarias. Ce sont généralement de véritables hubs et fourmilières. Elles sont plutôt bien conçues et sûres. Dans la plupart, on trouvera une zone de restaurants et lanchonetes, des toilettes (généralement payantes, de 0,50 à 2 R$), un ou des kiosques à journaux, éventuellement des magasins de souvenirs, des téléphones publics, ainsi qu'une consigne à bagages (manuelle, automatique ou les deux) dont le prix varie de 8 à 10 R$ par bagage pour 24 heures. Souvent, on y trouve un bureau d'information touristique.

Il existe des dizaines de compagnies de bus différentes, mais, quelle que soit la destination, tous partent du même endroit. Les rodoviarias se trouvent généralement à la sortie de la ville. Si la gare elle-même ne pose pas de problèmes, l'extérieur, dans les grandes villes, peut parfois être franchement louche (notamment à Rio), un peu (Belo Horizonte).

Les cars. Généralement, les cars sont fiables, modernes, rapides et ponctuels. Le confort y est très correct. Le prix varie en fonction du confort et du type de car. Au Brésil, il n'existe pas de grande compagnie nationale. Une multitude de compagnies, certaines plus grandes que d'autres et assurant plus de liaisons, d'autres n'assurant que quelques liaisons régionales, se répartissent l'énorme réseau de routes. Dans la plupart des cas, vous trouverez une ou plusieurs compagnies reliant deux grandes villes (la ligne phare étant la ligne Rio-São Paulo, où les départs se suivent sans interruption).

Les billets. On achète les billets à la rodoviaria ou, beaucoup plus rarement, en ligne, mais beaucoup de compagnies exigent un CPF pour cela (un enregistrement d'identité réservé aux résidents). Néanmoins d'autres autorisent la réservation en ligne, profitez-en ça évite un déplacement. Le plus facile est de réserver son billet de départ le jour de l'arrivée, ainsi pas besoin de repasser à la gare, souvent excentrée. Certains billets peuvent être remboursés et échangés sous conditions, bien vérifier avant un achat, mais en général il n'y a pas de problème. Pensez bien à donner votre nom et votre numéro de passeport à chaque achat (en cas de perte ils vous retrouvent dans la base). Pensez à demander une place loin des toilettes lors de la réservation.

Le voyage. Les bus circulent de jour comme de nuit et sont généralement équipés de climatisation (poussée à fond, prenez vraiment pull et pantalon !), et quelques-uns du wifi, disposent de toilettes à bord et offrent des sièges plus ou moins inclinables. Les conventionals sont les plus basiques et moins chers, suivis des executivos (plus confortables et inclinables). Les plus confortables sont les semi-leitos et les leitos (demi-lits et lits), larges et inclinables en entier pour les plus chers (leitos), avec oreiller et couvertures (le grand luxe !). Pour ceux-ci, il faut les réserver tôt car les places sont limitées. Des arrêts, d'une durée variable (de 15 à 45 minutes), sont prévus à peu près toutes les 4 heures, dans des relais de routiers. Juste le temps de manger quelque chose, de faire un brin de toilette et de se dégourdir les jambes. Vous pouvez déposer vos bagages dans la soute ou, si ceux-ci sont peu volumineux, les garder avec vous. Pour chaque sac laissé dans la soute à bagages, vous recevrez en échange un reçu, que vous devrez présenter à l'arrivée pour pouvoir le récupérer. Le classique problème de la climatisation à fond, qui vous faisait regretter d'avoir laissé à la maison votre gros pull de laine et votre bonnet de ski, a été résolu dans la plupart des cars, où des systèmes de climatisation automatique régulent la puissance. Les bus s'arrêtent parfois le long de la route pour prendre des passagers. Ces arrêts se font à des endroits précis (abribus, etc.), soit au hasard, selon la demande.

Pour les courtes (et parfois moins courtes) distances, on peut tomber - principalement dans les zones un peu reculées - sur de vieux cars avec un " cobrador ", une personne qui s'occupe du paiement dans le bus. Les conducteurs se prennent pour des pilotes de Formule 1 et les routes sont dans un état douteux, mais c'est ainsi au Brésil !

Les routes. Les gouvernements qui se sont succédé depuis plusieurs décennies ont eu à coeur de privilégier les infrastructures routières du pays considérées comme stratégiques. Le car est le moyen de transport accessible au plus grand nombre. On peut se déplacer quasiment partout de cette façon à travers le pays. L'état des routes est en général très correct, mais peut varier selon les régions : dans le Sud et le Sudeste - le poumon économique du pays -, les routes sont généralement en bon état et bien entretenues. Mais si l'on s'éloigne des grands axes et des villes les plus fréquentées, on peut parfois tomber sur de mauvaises pistes de terre.

Train

Le train est au Brésil ce que le bateau est à la Suisse ! Comme dans le reste du continent sud-américain, le transport ferroviaire de voyageurs est passé de mode, au grand dam des nostalgiques. Il a été impitoyablement remplacé par le car et l'avion. Les seuls trains longues distances qui circulent aujourd'hui transportent des marchandises. Une notable exception concernait la ligne Rio-São Paulo qui reliait la fameuse Central do Brasil à la Estação da Luz, du centre de São Paulo, mais elle n'est plus en service. Un projet de TGV est en cours et devrait relier les deux mégapoles en 2020.

Il existe des petits trains touristiques anciens et réhabilités, dans le Minas Gerais : celui entre Ouro Preto et Mariana (Trem da Vale) ou celui entre Tiradentes et São João del Rei (Maria Fumaça), qui ne fonctionne que le samedi et dimanche.

Voiture

La location d'une voiture permet de visiter, en toute liberté, certains coins du pays, de longer la côte de village de pêcheurs en plage de rêve. C'est relativement bon marché (environ 75 R$ par jour pour les voitures économiques). Il faut avoir une carte de crédit, le permis de conduire et au moins 21 ans. Les distances sont considérables, donc préférez louer pour vous déplacer localement et empruntez des bus pour les grandes distances.

Mise en garde. Les routes sont de qualité variable, bonnes le plus souvent, mais parfois dans un sale état en dehors des grands axes. Elles ont la réputation d'être dangereuses, moins à cause de leur état que pour la façon de conduire des Brésiliens. En ville, c'est souvent la loi de la jungle : embouteillages, pas de place pour se garer, on peut se faire voler sa voiture et, accessoirement, se faire braquer aux feux, notamment à São Paulo mais aussi ailleurs (les fameux car-jackings). Ces dits feux rouges ont donc une valeur indicative la nuit, parfois décorative. Hors des villes et sur les routes secondaires, les poteaux indicateurs sont quasiment inexistants. La limitation de vitesse est ici une notion qui dépasse l'entendement d'un Brésilien. D'aucuns affirment avoir déjà vu un panneau, précisant 80 km/h. La vitesse serait plutôt limitée au minimum par les avertisseurs des voitures qui suivent. En conclusion, ne louez une voiture que si vous êtes particulièrement sûr de vous ! Il existe de nombreuses compagnies de location, les principales grandes entreprises internationales ayant une filiale au Brésil.

Taxi

Les taxis sont très nombreux et d'un prix encore raisonnable. C'est un moyen idéal pour se déplacer à Rio pour ceux qui disposent d'un budget pas trop " serré ".

Les taxis communs (jaunes avec une bande bleue) fonctionnent avec compteur, vérifiez toujours qu'il soit bien allumé. Ces taxis officiels de la ville de Rio sont reconnaissables à leur plaque rouge et à la carte d'identification du chauffeur placée devant lui.

Dans les radio-taxis, le prix est fixe et déterminé en fonction du quartier où vous allez. Ces taxis sont plus confortables mais plus chers (d'environ 30 %). Leurs couleurs changent en fonction de la compagnie.

Deux-roues
Auto-stop

C'est sans doute l'une des plus belles façons de voyager, mais elle est très fortement déconseillée au Brésil, pour des raisons de qualité des infrastructures routières, de sécurité routière et de sécurité tout court  !

Préparez votre voyage !

transports
  • Louer une voiture
  • Réserver un ferry
  • Location de moto
hebergement
  • Réservez un hôtel
  • Location de vacances
  • Votre logement Airbnb
  • Trouvez votre camping
Séjours
  • Voyagez sur mesure
Sur place
  • Réservez une table
  • Trouvez une activité
  • Expériences & Boxs

Adresses Futées du Minas Gerais

Avis
Jeu concours

Les jeux concours du moment

Gagnez 2 séjours de prestige pour 2 personnes à Pornic !

Une escapade bien méritée à Pornic avec l'Office de Tourisme Intercommunal de Pornic .

2 séjours de prestige à remporter (2 gagnants) !