Guide du Cap-Vert : Comment partir ?

Partir en voyage organisé
Spécialistes
Généralistes
Réceptifs
Sites comparateurs

Plusieurs sites permettent de comparer les offres de voyages (packages, vols secs, etc.) et d'avoir ainsi un panel des possibilités et donc des prix. Ils renvoient ensuite l'internaute directement sur le site où est proposée l'offre sélectionnée. Attention cependant aux frais de réservation ou de mise en relation qui peuvent être pratiqués, et aux conditions d'achat des billets.

Partir seul
En avion
Principales compagnies desservant la destination
Aéroports
Sites comparateurs

Certains sites vous aideront à trouver des billets d'avion au meilleur prix. Certains d'entre eux comparent les prix des compagnies régulières et low-cost. Vous trouverez des vols secs (transport aérien vendu seul, sans autres prestations) au meilleur prix.

En bus
Location de voitures
Se loger

De nombreux sites internet aident à trouver des offres de logement au meilleur prix. Pour aider les hôteliers et leur permettre d'être payés l'intégralité de la nuitée, sans devoir une commission à la plateforme, vous pouvez regarder les tarifs sur le site comparateur, puis téléphoner à l'hôtel, la pension... afin de leur communiquer le prix trouvé et négocier ce dernier avec eux.

Attention, quand les hôteliers vous demandent gentiment si vous prendrez le repas ou le petit déjeuner, il peut arriver qu'ils ne vous préviennent si ceux-ci sont en supplément et que vous ayez une petite surprise au moment de la note. Demandez donc bien si cela est inclus ou non.

Hôtels

Les principaux services et prestations offerts par la plupart des hôtels de standing (3 ou 4 étoiles) sont l'eau chaude, les salles de réunion, l'air conditionné, les bars, les restaurants, les courts de tennis, les piscines, la télévision dans les chambres, les salles de jeux, les centres de sport, les discothèques, des boutiques à proximité, les pressings.

Prix moyens des chambres. Selon la catégorie de logement choisie, les prix varient entre 1 500 et 10 000 CVE pour les chambres simples, entre 2 500 et 11 000 CVE pour les chambres doubles. Les prix les plus élevés se trouvent à Sal, à Boa Vista et à Praia, où la moyenne est de 3 500 CVE pour une chambre individuelle et entre 4 000 et 5 000 CVE pour une chambre double.

Campings

Il n'existe aucun terrain aménagé. Le camping sauvage est toléré parce que rare : vous pouvez décider de planter votre tente sur une plage pour la nuit. Même si les Cap-Verdiens ne donnent pas spécialement l'exemple, veillez à ne laisser aucun déchet. Attention également à choisir un endroit plutôt sûr, car, à Mindelo ou à Praia, par exemple, vous n'êtes pas à l'abri d'une agression nocturne et le camping n'est pas du tout conseillé. Le vent peut facilement vous décourager lorsque les alizés soufflent. N'hésitez pas à demander aux locaux où camper, ils peuvent vous conseiller des endroits sûrs ou sinon ils peuvent gentiment vous inviter à camper dans leur jardin ou sur la plage devant leur habitation. A Santo Antão, on peut camper, mais il faut penser aux réserves d'eau, ce qui alourdit le sac (sinon procurez-vous des Micropur pour purifier l'eau de source ou l'eau du robinet).

Se déplacer

Se déplacer au Cap-Vert devient de moins en moins compliqué, cependant les liaisons inter-îles, qu'elles soient aériennes ou maritimes sont toujours tributaires du facteur météo. L'avion est le moyen de transport privilégié et le plus pratique, mais il reste cher surtout pour les locaux. La compagnie aérienne nationale du Cap-Vert, la TACV, qui opérait les vols inter-îles, s'est vu retirer son monopole en 2017, autant en raison de ses déficits récurrents que de sa légendaire nonchalance dans le respect des horaires. Les liaisons qu'elle assurait jusqu'en août 2017 sont maintenant prises en charge par la Binter-CV (compagnie d'origine espagnole qui assure les vols inter-îles aux Canaries) qui relie dorénavant toutes les îles de l'archipel sauf celles Brava et Santo Antão qui ont été abandonnées faute de sécurité (allez voir pour cela la piste d'atterrissage de Ponta do Sol, vous serez surpris par sa faible longueur). Elle a été renommée Transport Interilhas de Cabo Verde (TICV) en août 2019.

Du fait du vent qui souffle fort sur le Cap-Vert, les vols entre les îles secouent souvent, en particulier pendant les phases de décollage et d'atterrissage. La durée des vols varie suivant la distance entre les îles, de 10 min pour un Maio-Santiago à 40 min pour Santiago-São Vicente. Au niveau des vols internationaux, vous pouvez trouver des vols directs, ce qui n'est pas le cas avec la TAP (la compagnie portugaise fait toujours escale à Lisbonne). Par prudence, pensez à téléphoner ou à vérifier votre vol auprès de la compagnie avant d'aller à l'aéroport.

En ce qui concerne les liaisons maritimes, une compagnie unique avec un site internet pour les réservations et voir les horaires a été mise en place depuis août 2019. Il s'agit de la CV Interilhas. Les jours et horaires des liaisons inter-îles peuvent cependant toujours changer sans préavis, parfois d'un jour sur l'autre. La page d'accueil de leur site internet diffuse les liaisons et horaires à venir. On peut aussi leur passer un coup de téléphone (aux heures d'ouverture) ou se rendre sur place, au port, où se trouvent les bureaux de la compagnie. Il est fortement conseillé d'acheter son billet la veille et d'arriver au moins 30 minutes avant l'embarquement. Vous pourrez déposer vos bagages encombrants dans les boxes sans appréhension au moment de monter à bord, retenez juste le numéro du box où vous les avez déposés, vous les récupérerez à l'arrivée.

A l'intérieur des îles, se déplacer n'est pas chose très difficile dans la mesure où vous avez le choix entre, les nombreux taxis, les Hiace, transports collectifs (aluguers ou colectivos), et même, sur certaines îles, voitures de location, quads ou vélos. Certains endroits ne sont accessibles qu'à pied ! Attention, le port de la ceinture est obligatoire à l'avant dans tout véhicule (le chauffeur vous oblige souvent à vous attacher, car l'amende encourue s'élève à 5 000 CVE) ; l'utilisation du téléphone portable ou d'écouteurs quelconques (baladeur ou oreillette pour téléphone) est interdite aux conducteurs.

Avion

Il y a eu ces dernières années d'importants chamboulements dans l'aviation civile au Cap-Vert. Le lourd endettement de la compagnie nationale TACV a conduit l'Etat cap-verdien à la privatiser et à sectoriser le marché. Filiale d'une compagnie canarienne, la TICV (Transportes Interilhas de Cabo Verde, ex-Binter CV) s'est vu confier le trafic inter-îles. De son côté, l'ex-TACV, passée sous le contrôle d'une compagnie islandaise, est devenue la Cabo Verde Airlines et se concentre désormais sur les vols internationaux, avec l'aéroport de Sal pour base opérationnelle. Face aux protestations, ça n'est qu'au troisième trimestre de 2019 que la CVA a fini par proposer des vols à partir de et à destination de l'aéroport de Praia sur l'île de Santiago : celui de São Vicente devrait lui aussi recevoir des vols. Autre nouveauté en 2019, la CVA organise des vols inter-îles pour amener les passagers de ses vols internationaux jusqu'à son hub de Sal.

Bateau

Le secteur maritime a lui aussi fait l'objet de profondes restructurations. Fini le temps des compagnies privées qui se faisaient concurrence, le Cap-Vert s'est doté d'un opérateur unique chargé du transport des passagers et des marchandises. Détenue à hauteur de 51 % par un armateur portugais, CV Interilhas organise les traversées sur sept lignes en s'appuyant sur une flotte déjà connue, de nouveaux navires pourraient la rejoindre en 2020. L'impératif fixé par le gouvernement est qu'aucune île ne devra rester sans liaison maritime pendant plus de 48 heures. Les prix pratiqués ne devraient pas changer, comptez 800 CVE pour les distances les plus courtes (São Vicente - Santo Antão), plus de 5 000 pour les trajets plus longs et avec escales (São Vicente - Boavista). Le nouveau système doit encore faire ses preuves et il reste hautement recommandé de vérifier dès votre arrivée sur place les horaires prévus pour la semaine en cours, en consultant le site officiel www.cvinterilhas.cv. 

Sachez aussi que les Cap-Verdiens, bien qu'îliens, n'ont pas du tout le pied marin. A peine à bord, ils sont déjà malades, il faut dire que la houle peut être forte surtout quand soufflent les alizés. Faites attention donc à ne pas être " sous le vent " ! Sachez enfin que pour les longues traversées, il vaut mieux prévoir de l'eau minérale, des provisions et des comprimés contre le mal de mer.

Bus

Outre les aluguers qui relient les villes et villages des îles, deux sociétés de bus se partagent le marché : la Transcor, entreprise nationale, et la Kita, compagnie privée. Le bus est très bon marché malgré la concurrence des aluguers. Il y a des stations de bus avec des horaires et des lignes bien définis. A Praia, le ticket de bus coûte 39 CVE pour un voyage d'un bout à l'autre de la ligne. Il y a des passages fréquents jusqu'à 20h. C'est un bon moyen de découvrir la ville à moindre coût. A partir de 20h, il vaut mieux prendre un taxi.

Voiture

Pour louer une voiture au Cap-Vert, en théorie vous devez avoir un permis de conduire international. Dans la pratique, munissez-vous de votre permis français, ça ne pose pas de problème. Il est très difficile de trouver une voiture à louer au Cap-Vert, surtout en haute saison, car les sociétés qui proposent ces prestations possèdent un parc de véhicules limité. Les premiers prix pratiqués sont d'environ 4 000 CVE par jour auxquels il faut ajouter une caution de 10 000 à 20 000 CVE suivant le type de voiture par empreinte de carte bleue (c'est un ordre de débit qui ne fonctionne que si l'on doit payer la caution au retour du véhicule. On parle d'une empreinte, puisque ce n'est pas un débit). Renseignez-vous pour choisir des locations avec kilométrage illimité ; sinon, entre 80 km et 100 km par jour sont inclus dans les prix suivant les agences et le prix du kilomètre supplémentaire est d'environ 10 CVE. Or, sur Santiago, les 80 km sont vite atteints. On vous proposera divers types de véhicules, des 4×4 Opel Frontera, Suzuki Vitara ou Samurai, des pick-up, des Toyota Corolla, des Opel Astra, des Peugeot 306, des Nissan, etc. Il est également possible de louer une voiture dans certains hôtels, mais les prix sont plus élevés. Et si vous ne trouvez aucun véhicule, n'hésitez pas à faire circuler l'information et vous recevrez des propositions de particuliers qui seront ravis de vous louer leur voiture pour une journée ou plus, mais exigez de voir l'assurance quand même et négociez les prix sans trop exagérer, le marchandage n'est pas dans la culture capverdienne hormis sur les marchés. Il existe également des possibilités de location de voiture avec chauffeur et ce sont en général des pick-up et des minibus HiAce Toyota qui vous sont proposés. Cela devient très intéressant lorsque vous êtes plusieurs et dans le cadre d'excursions, car les chauffeurs, qui connaissent parfaitement la région, peuvent se révéler d'excellents guides. Dans ces cas-là, n'hésitez pas à vous associer à d'autres touristes afin d'alléger le prix de la location, qui varie suivant les îles. En moyenne, pour 5 000 à 8 000 CVE, vous pouvez disposer d'une voiture avec chauffeur à la journée à Santo Antão ou Boa Vista, le tarif est plus élevé à São Felipe sur l'île de Fogo par exemple. N'hésitez pas à vous mettre d'accord avec le chauffeur sur votre parcours (à l'aide d'une carte) et sur le timing, cela vous permettra de jauger votre interlocuteur et mettra toutes les chances de votre côté pour être satisfait de votre excursion.

Prudence sur la route

Si vous louez une voiture, un 4x4 ou un scooter/moto, faites attention sur les routes pas très souvent en bon état, notamment concernant les routes pavées.

A l'approche des villages, il y a beaucoup de dos d'âne plutôt fourbes, notamment sur route pavée, qui ne sont jamais signalés par des panneaux. Ralentissez donc à chaque fois.

Klaxonnez dans les virages pour vous faire entendre ou lorsque la route se rétrécit.

Ne vous aventurez pas sur les sentiers sans le véhicule adapté, type 4x4. L'assistance dépannage consistera à tirer ou pousser la voiture soi-même avec l'aide des habitants.

Ne soyez pas surpris par la présence de vaches, chèvres, chiens, poules, coqs ou encore cochons qui traversent ou qui se prennent pour des véhicules. Ici la route est empruntée par tout être vivant. Mais la cohabitation fonctionne plutôt bien.

Taxi

On en trouve partout et ils sont à un prix raisonnable : environ 200 CVE pour une course au centre-ville, 300 CVE la nuit. A Praia, le trajet aéroport-Platô, par exemple, coûte entre 500 et 700 CVE. L'Etat a instauré l'obligation d'avoir des compteurs dans tous les taxis même si peu de taxis les utilisent. Vous pouvez demander à voir la liste des prix officiels. En montant dans un taxi, mettez-vous d'accord tout de suite avec le chauffeur sur le prix de la course (surtout à l'aéroport). Les taxis officiels sont désormais reconnaissables : bleus à Sal, crème à Praia, jaunes à Fogo.

Tous les taxis rencontrés au cours de nos déplacements et dont nous avons eu la carte de visite, avec qui le trajet s'est bien déroulé, sont détaillés dans les villes et les îles où vous pourrez faire appel à eux.

Deux-roues

On en aperçoit de plus en plus. Découvrir les îles en deux-roues est un vrai régal. Vous trouverez des scooters en location à Sal et Boa Vista. Soyez prudent, car on rencontre de tout sur les routes. Certaines d'entre elles sont pavées, mais il y a encore beaucoup de pistes à peine carrossables. Il y a d'assez belles portions de bitume à Maio, Sal, Santiago, São Vicente, Fogo et Boa Vista. Préférez les côtes pour des visites plus agréables, les vues sont superbes et il y fait moins chaud.

Quads. Pour les quads, il n'est officiellement plus possible d'en louer sans excursion organisée, et ce, afin de garantir la sécurité du conducteur et de préserver les espaces naturels protégés. Officieusement, c'est plutôt le contraire. Une caution vous sera demandée. N'oubliez pas votre permis de conduire : il est obligatoire pour louer un quad. Si vous choisissez de le louer sur plusieurs jours et de parcourir l'île sans guide, soyez prudent et munissez-vous d'une bonne carte de l'île (sans oublier le chapeau, l'eau et la crème solaire, lunettes contre le sable et la poussière). Quelques accidents ont été signalés, avec ou sans guide. Il est conseillé de partir à plusieurs. Le quad demande une bonne condition physique et un bon sens de l'orientation. Les pistes secondaires sont pleines d'obstacles. Ne surestimez pas vos capacités, il serait dommage de gâcher le séjour. Veillez à ne pas vous faire rattraper par la nuit sur des petites pistes, il sera difficile de retrouver votre chemin. Les jauges des quads sont assez fantaisistes, aussi pensez à repérer les stations-essence ; elles sont rares en général et vous n'en trouverez pas dans l'arrière-pays ; il serait dommage de tomber en panne au milieu des dunes ou d'une oasis. Pour finir, sachez que l'utilisation du quad en général n'est pas très écologique au sein des espaces naturels, ils portent atteinte à la faune et à la flore sauvage. Même si pour le moment aucune réglementation n'existe sur l'utilisation des véhicules à moteur dans les espaces naturels, cela ne vous empêche pas de penser à l'écosystème et à sa protection.

Vélo. Sur certaines îles, comme Sal, Boa Vista, Maio et Santo Antão, vous pouvez louer des vélos à l'heure, à la demi-journée ou la journée (le prix dépend de l'île et du type de vélo). Ne négligez pas la qualité du vélo, des chemins pittoresques vous attendent, mais ils seront probablement très raides ou pas très praticables. Vous trouverez des vélos principalement dans les hôtels ou agences de voyages. Les balades à vélo sur la plupart des îles sont possibles, mais n'oubliez pas de vous protéger : crème solaire, casquette et lunettes de soleil sont de rigueur. De plus, n'oubliez pas que la majorité des routes est pavée : la première heure passée, on a de plus en plus de douleurs à l'arrière-train et aux avant-bras. Faites attention aux crevaisons également, les routes secondaires ou encore les pistes sont pleines de chausse-trappes, sans compter que les épines d'acacias sont bien acérées !

Auto-stop

Se dit " dam oun boleya ". Cela marche très bien, car les gens sont très coopératifs et s'entraident beaucoup. Mais nous vous conseillons de n'utiliser ce moyen de transport que dans certains cas, comme lorsque vous êtes dans une zone isolée, ou le dimanche quand il n'y a pas d'aluguer. Proposez alors de participer aux frais d'essence, par exemple. Faites un signe de la main pour arrêter les conducteurs, le pouce levé sert plutôt de salutation au Cap-Vert.

Préparez votre voyage !

transports
  • Louer une voiture
  • Réserver un ferry
  • Location de moto
hebergement
  • Réservez un hôtel
  • Location de vacances
  • Votre logement Airbnb
  • Trouvez votre camping
Séjours
  • Voyagez sur mesure
Sur place
  • Réservez une table
  • Trouvez une activité
  • Expériences & Boxs

Adresses Futées du Cap-Vert

Avis
Jeu concours

Les jeux concours du moment

Gagnez 2 séjours de prestige pour 2 personnes à Pornic !

Une escapade bien méritée à Pornic avec l'Office de Tourisme Intercommunal de Pornic .

2 séjours de prestige à remporter (2 gagnants) !