Guide de Croatie : Mode de vie

Vie sociale
Le système éducatif

La scolarité dans les établissements publics d'enseignement primaire et secondaire est gratuite. La semaine de 5 jours par semaine alterne classe le matin (de 8h à 13h) ou l'après-midi (de 14h à 19h) d'une semaine à l'autre. Le temps libre n'est pas oisif, des classes de sport, des cours de musique, danse ou d'arts plastiques prenant le relais. Il n'y a pas de cantine, les enfants mangent donc chez eux. Pour l'instant, ils rentrent en CP à 7 ans. Ils commencent à apprendre l'anglais en CP. Les établissements d'enseignement secondaire se répartissent en fonction des programmes des lycées généraux (gymnases), professionnels (techniques, industriels, d'artisanat) ou artistiques (musique, danse, arts plastiques). Au bout de 4 ans, ils débouchent sur l'examen final obligatoire dit de maturité (baccalauréat). La scolarité en lycée professionnel ou artistique s'achève par l'élaboration et la présentation d'un travail final et donne également droit de se présenter à l'examen de maturité. Depuis 2010, l'obtention de la maturité est une condition obligatoire pour s'inscrire à la fac !

Les études supérieures sont gratuites mais le système des bourses d'État n'existe pas encore. L'ensemble des dépenses de la vie quotidienne de l'étudiant sont donc à la charge des familles.

Depuis 2009, les universités appliquent le système de Bologne, le diplôme universitaire obtenu en Croatie a ses équivalences dans toute l'Union européenne. Nombre de jeunes diplômés quittent ainsi la Croatie et vont étudier à l'étranger. Pour le Gouvernement, la grande réforme de l'école primaire, secondaire et des études supérieures supérieures reste à faire. Au programme, flexibilité du système éducatif, renouveau des programmes d'université, engagement financier de l'État, détermination d'un cadre permettant la formation continue tout au long de la vie active. Ces réformes devraient favoriser davantage l'accès au plus grand nombre aux études supérieures et apporter des ressources humaines qui correspondent aux nouvelles demandes du marché du travail.

La santé. La médecine légale est tout à fait fiable, évoluant dans un système de santé moderne, qui applique des normes de qualité rigoureuses dans ses pratiques et propose même des offres en tourisme médical (chirurgie esthétique et dentaire). Une agence de voyage, MédiCroTour s'en est fait une spécialité. Elle accompagne le patient dans ses démarches de soins médicaux auprès de cliniques partenaires, à Zagreb, Opatija, Dubrovnik.

Pour les usagers croates, les dépenses de santé sont élevées. Le régime de sécurité sociale obligatoire comprend les assurances maladie-maternité, invalidité-vieillesse-décès, chômage et sert des prestations familiales. Mais il n'existe pas d'assurance spécifique accidents du travail-maladies professionnelles, risques couverts dans le cadre des assurances maladie et pensions de fonds privés. La couverture sociale n'est pas aussi avantageuse qu'en France, la prise en charge des patients relève beaucoup du secteur privé. La tentation est grande de se tourner vers les pratiques alternatives. Le recours aux médecines douces est répandu, la connaissance des plantes aux vertus curatives également.

Mœurs et faits de société

Les descendants des Illyriens, plus tard, des Grecs, Romains, Slaves, Germains puis des Italiens ont façonné l'ossature du peuple croate, avec une certaine disparité Nord-Sud. En Croatie, où plus de 80 % de la population se déclarent de confession catholique. La société évolue entre respect des pratiques religieuses, amour de la patrie, sentiment de la nature, indolence méditerranéenne, un certain fatalisme balkanique aussi. Sur le plan sociétal, les dénominateurs communs conjuguent la fierté de la nation au sens du bien collectif, héritage de l'ère communiste, le traditionalisme, certes, mais aussi un fort intérêt pour le modernisme, le libéralisme, l'entreprise privée de structure familiale. Exemple révélateur, les locations saisonnières privées, très répandues sur tout le territoire touristique.

Le statut des femmes. Durant la dernière guerre (1991-1995), les femmes en Croatie ont subi le durcissement de la structure sociale traditionaliste, surtout dans les milieux ruraux. Dans la 2e moitié des années 1990, la politique nataliste, fondée sur la seule fonction maternelle, a relégué les femmes à la maison. Il faudra attendre les années 2000, grâce notamment à l'action militante des associations féministes croates, pour que la situation se normalise. Désormais, de nouvelles législations sanctionnent les violences familiales, favorisent une meilleure accessibilité au travail. On note aussi une plus forte représentation des femmes dans la sphère politique (25 % des sièges au Parlement), ce qui place l'État au-dessus de la moyenne européenne. C'est d'ailleurs une femme, la conservatrice Kolinda Grabar-Kitarović, qui a été élue présidente aux dernières élections de janvier 2015. L'amélioration de la condition féminine, la promotion de l'égalité des sexes contribuant au respect des droits de la femme était l'une des conditions à remplir pour l'entrée de la Croatie dans l'UE.

Mais, au printemps 2018, " la Marche pour la Vie ", pour la 2e année consécutive a attiré des milliers de personnes Zagreb et Split, mobilisées contre l'avortement. Cette fois, ce fut surtout la ratification au Parlement de la Convention d'Istanbul contre la violence à l'égard des femmes, qui a fait descendre les gens dans la rue. Les manifestants accusaient le Gouvernement de vouloir imposer un document qui introduirait, selon eux, la " théorie du genre " et saperait les valeurs de la famille traditionnelle et chrétienne.

L'homosexualité. Le respect des droits des homosexuels s'est peu à peu amélioré. La petite communauté bénéficie d'une meilleure visibilité grâce à de nouveaux lieux d'accueil et de manifestations dédiées (Gay Pride à Zagreb et à Split), et globalement jouit de plus de tolérance. En 2003, la Croatie a accordé aux couples de même sexe les mêmes droits qu'aux hétérosexuels vivant en union libre mais, comme en France, la voix des anti-mariage gay a été virulente en 2013. Elle inquiète les militants des droits LGBT, qui redoutent les comportements homophobes.

Religion
Marija Bistrica.
Marija Bistrica.

Toutes les communautés religieuses sont égales devant la loi. Il n'y a pas de religion officielle d'État, la Constitution croate garantissant la liberté de culte. Le catholicisme, groupe religieux dominant (87 %), est très lié à l'affirmation de l'identité nationale croate. Le gouvernement a reconnu son rôle historique et culturel particulier ainsi que sa position sociale en signant quatre accords d'intérêt mutuel avec le Vatican entre 1996 et 1998. Les nombreuses fêtes religieuses et les pèlerinages sont bien suivis. Les églises se remplissent à l'heure des messes et l'on fait la queue pour la confession. Depuis la fin de l'ère communiste, la religion a donc repris une place significative dans la société et peut peser sur les questions éducatives, familiales ou sociétales.

La famille catholique conservatrice

L'attachement des Croates à la défense des valeurs traditionnelles et la grande influence de la religion ont des répercussions sur la société. Un exemple ? Le référendum réclamé en 2013 par des ONG conservatrices, comme l'association catholique Au Nom de la Famille, a porté sur la question du mariage gay. Parmi les votants, 65,76 % ont dit non. Cette consultation d'initiative populaire, qui portait sur la définition constitutionnelle du mariage comme " fondement de la famille et de la société " a donc consacré la seule union d'un homme et d'une femme. Après un débat d'idées virulent, l'Église catholique croate a fait pencher la Cour constitutionnelle, et l'enseignement de l'éducation sexuelle a été interdit à l'école. Cependant, en juillet 2014, le Parlement a adopté une loi autorisant les unions civiles entre personnes de même sexe, leur accordant les mêmes droits en matière de succession, d'avantages sociaux et de fiscalité, mais excluant le droit à l'adoption.

Les minorités religieuses et laïques

On compte 4,4 % d'orthodoxes (surtout des Serbes), 0,3 % de protestants (Hongrois) et quelques milliers de juifs. Après les catholiques, la minorité religieuse la plus importante en nombre de croyants est la communauté musulmane avec 1,3 %. La plupart des musulmans sont originaires de Bosnie-Herzégovine, de Macédoine et du Kosovo. Ils vivent dans les Balkans depuis des siècles et parlent la même langue, ce qui contribue à une relative bonne intégration. Même si l'immense majorité de la population est d'obédience catholique, une tendance anticléricale, héritage du régime communiste, persiste chez les membres de la fonction publique et chez les intellectuels. Cette forme de pensée laïciste est présente dans les médias, les institutions culturelles et dans le système éducatif.

Préparez votre voyage !

transports
  • Louer une voiture
  • Réserver un ferry
  • Location de moto
hebergement
  • Réservez un hôtel
  • Location de vacances
  • Votre logement Airbnb
  • Trouvez votre camping
Séjours
  • Voyagez sur mesure
Sur place
  • Réservez une table
  • Trouvez une activité
  • Expériences & Boxs

Adresses Futées de Croatie

Avis
Jeu concours

Les jeux concours du moment

Remportez un séjour d'une semaine pour 4 personnes en Sud Vendée !

Prenez l'air martin et vivez une expérience unique ! Sud Vendée Tourisme vous offre un séjour d'une semaine pour 4 personnes en Sud Vendée !

3 nuits en chambres d'hôtes au cœur du Marais poitevin avec petit-déjeuner, 3 nuits dans un hôtel*** à la Tranche sur mer, une balade en barque avec pique-nique, location de 4 vélos pour une journée.