Guide de Bulgarie : Cuisine bulgare

Le mézeta, gastronomie locale bulgare.
Le mézeta, gastronomie locale bulgare.

Ni grecque, ni russe, ni turque, la cuisine bulgare a sa propre originalité slave teintée d'Orient. Les viandes sont très présentes. Si la finesse n'est pas toujours au rendez-vous, les assiettes sont généralement très copieuses.

Vins et culture viticole en Moldavie

Ne soyez pas étonnés si vous trouvez de nombreux vins moldaves sur votre table... Petit pays coincé entre l'Ukraine et la Roumanie, la Moldavie se situe à la même latitude que la Bourgogne. Son climat continental, son sol fertile et ses collines, sont très favorables à la viticulture. Chaque année, le pays produit plusieurs centaines de vins différents ainsi que du vin mousseux moldave.

On dénombre 4 territoires viticoles principaux : Balti au nord, Cordu au centre, Nistreana ou Purcari au sud-est et Cahul au sud.

Près de 70 % des surfaces sont dédiées au vin blanc et plus précisément au chardonnay. On retrouve plusieurs cépages : le " Feteasca Alba " (" le blanc des jeunes filles ") qui est un cépage local, ainsi que de nombreux cépages d'origine française : aligoté, sauvignon blanc, Olivier Irsay, Cotnari...

Le vin rouge offre lui aussi plusieurs variétés : cabernet sauvignon, merlot, pinot noir, purcari noir, purcari rouge... Ces vins ont pour la plupart un contenu modéré en sucre et en alcool, ce qui leur donne de la légèreté et de la fraicheur.

Petit point historique : la viticulture en Moldavie est une tradition ancestrale depuis plus de 7000 ans. Tout d'abord les Romains, pendant leur période de domination ont eu un impact important sur le développement de la viticulture. Au Moyen Âge, de nouvelles techniques voient le jour, on consacre d'immenses surfaces aux vignobles et la période ottomane marque le début de l'exportation de ces vins vers la Pologne, l'Ukraine et la Russie. La place de la religion et de l'orthodoxie a également joué un rôle important puisque le vin était utilisé dans la plupart des rites ecclésiastiques. Au XIXe siècle, une nouvelle étape dans l'évolution de la production naît lorsqu'une partie de la Moldavie est annexée à l'Empire russe. Les nobles russes font alors importer des cépages haut de gamme de France. C'est depuis cette époque que les vins moldaves jouissent d'une excellente réputation et d'une renommée mondiale. Même si les révolutions et les guerres ont sérieusement affecté le développement de la viticulture moldave, aujourd'hui la production de vins est en perpétuelle expansion afin de satisfaire la demande croissante. Le secteur vinicole est l'un des plus importants de l'économie nationale et la Moldavie se situe dans les 10 premiers exportateurs mondiaux de vins. La Russie reste le plus gros consommateur de vins moldaves mais on note également une augmentation de cette consommation en Ukraine, aux États-Unis, au Canada, en Allemagne ainsi qu'en Angleterre.

Produits caractéristiques
Les aliments de base

La cuisine bulgare est réputée être très bien équilibrée. On utilise surtout des fruits, des légumes, des féculents, de la viande, de la volaille et du poisson... A la différence de la cuisine française, de façon simplifiée, on cuisine des plats où l'on met ensemble la viande et les légumes (ou les autres ingrédients). Ceux-ci sont généralement mijotés, dans des pots en terre cuite, issus de la cuisine traditionnelle du coin du feu. Par ailleurs, une grande place est accordée aux épices et aux aromates qui donnent une saveur orientale. Nombreux et variés dans une maison bulgare, chacun d'eux a son rôle à table. L'oignon et l'ail sont particulièrement importants. Autrefois, ils occupaient la place d'honneur à côté du pain. La tchoubritza est aussi très utilisée en cuisine, ainsi que le persil, la menthe crêpue, l'aneth. Citons une épice autochtone, la samardala, issue d'une plante éponyme poussant uniquement dans les Balkans, qui apporte un goût poivré et emplit les bocaux d'une belle couleur verte.

Les spécialités nationales

Le yaourt bulgare est connu dans le monde entier pour son goût unique grâce à son ferment lactique le Lactobacillius bulgarius (micro-organisme spécifique transformant le lait en yaourt par fermentation). Il est très bon pour la santé. Le goût n'est en rien comparable avec celui du yaourt français. Imaginez des yaourts faits à partir de lait entier et non pasteurisé, qui ont fermenté avant d'être vendus. Cela ressemble plus au fromage blanc dans sa faisselle qu'aux yaourts doux et autres produits dérivés. Les amateurs de produits laitiers apprécieront sans aucun doute.

Le fromage bulgare le plus répandu est le siréné, similaire à la féta, mais moins sec et moins salé. Il peut être de brebis ou de vache. L'autre fromage bulgare réputé est le kachkaval, fromage à pâte cuite jaune dont le goût et la consistance font un peu penser au cheddar. Il en existe plusieurs variétés.

Boissons
Petite histoire de la viticulture bulgare

La culture de la vigne commença il y a 5 000 à 6 000 ans autour de la mer Caspienne et de la mer Noire, en Asie Mineure, en Syrie et en Mésopotamie.

Dans la péninsule Balkanique, les premières traces de viticulture remontent aux IVe-IIIe siècles av. J.-C. Nombreux sont les monuments en Bulgarie qui témoignent des traditions viticoles des Thraces : le tombeau à Kazanlak, le trésor d'or de Panagurishte, des monnaies et des bas-reliefs représentant des grappes de raisin ou Dionysos, des cratères et des récipients pour le vin, et des objets en or et en argent.

Les fêtes consacrées au dieu du vin, Bacchus, sont adoptées par la population à l'époque de l'Empire romain. C'est peut-être de cette époque-là que date la tradition du 14 février, le jour du Vigneron. Plus tard, avec la christianisation, le patron des Vignerons, Trifon Zarézan est canonisé. Avec l'occupation de la Bulgarie par l'Empire ottoman en 1396, les Turcs, amateurs de vins sucrés, apportent de nouveaux cépages de production de vins de table comme affuzali, kazanparmak, antichaga, alzeinet...

Après la libération en 1878, la construction de caves commence et la production de vin suivant la technologie classique française se développe. Les premières coopératives voient le jour. Vers la fin du XIXe siècle, la maladie de la vigne - le phylloxéra - apparaît en Bulgarie et dévaste la plupart des plantes viticoles. A l'invitation du gouvernement bulgare, le scientifique français, M. Viala, spécialiste de la vigne, donne les premières solutions pour éradiquer ce problème en plantant notamment des vignes greffées. La reprise de la culture se fait très vite et après la Seconde Guerre mondiale, la surface viticole atteint 15 000 ha.

Dans les années 1950, les vignes sont collectivisées et un monopole d'Etat est établi sur la production et l'exportation des vins. Le développement intensif de la viticulture et de la viniculture au cours des années 1960 et 1970 entraîne un accroissement de la surface viticole qui atteint plus de 20 000 ha, ainsi que l'exportation de vin vers les pays d'Europe de l'Est et de l'Ouest. A cette époque la Bulgarie se rangeait parmi les plus grands exportateurs de vin à l'échelle européenne.

En 1984, Gorbatchev décide de limiter la consommation d'alcool. Cela se répercute en Bulgarie aussi, où l'exportation du vin diminue de 300 millions de bouteilles à 180 millions, et à 100 millions l'année suivante. Une campagne de destruction de la vigne est également entreprise. Après le changement de régime en 1989, l'industrie viticole se libéralise et la privatisation des entreprises et des caves commence.

Dans le cadre du Programme SAPARD d'aide à l'agriculture (ouvert avec le contrat de préadhésion à l'UE en 1999) ouvrent plusieurs dizaines de nouvelles caves dont quelques-unes de taille importante. Les anciennes caves sont pratiquement toutes modernisées et beaucoup de nouveaux massifs sont créés avec des cépages traditionnels et importés essentiellement de France. Cela apporte un nouveau dynamisme et des financements intéressants qui avec l'arrivée d'un savoir-faire en termes de technologie de la production du vin permettent à la production nationale d'atteindre les 5 millions d'hectolitres par an.

Sur le marché britannique, ce processus est vu par Mme Caroline Gilby MW (experte en viticulture) comme l'arrivée d'une nouvelle génération de promoteurs et de vignerons, enthousiastes et motivés pour faire à nouvau parler de la Bulgarie comme un grand pays du vin. Apparaît aussi la notion de vin de terroir avec l'installation de producteurs et d'oenologues de France et d'ailleurs. Ainsi sont créés de très bons vins tels " enira " de Bessa Valley, " claret " et " cuvee " de Château de Val, " reDark " et " uniqato " de Damianitsa, " rose de mavroud " de Villa Vinifera, " mavroud teres " de Todoroff, " sensum " et " le cubiste " de Valley Wintners, Edoardo Miroglio sans oublier les vins commercialisés sous l'appellation " santa sara " ou " telish " et les vins aux labels de " stork nest estates ", " maxxima ", " domaine Boyar ", " villa lubimets ", et ce n'est pas tout ! Aujourd'hui, plus de 70 % de la production annuelle est exportée dans plus de 30 pays.

La Bulgarie est peut-être le seul pays au monde où la vigne est cultivée sur l'ensemble du territoire. La dernière réglementation quant à l'appellation d'origine veut que les vins en Bulgarie soient déclarés du " Nord " ou du " Sud ".

Deux salons du vin sont organisés chaque année en Bulgarie :

Vinaria, Salon international de l'entretien de la vigne et de l'oenologie, chaque année en mars à Plovdiv. Cette foire viticole est la plus importante de l'Europe du Sud-Est, elle organise en même temps un festival du vin (www.fair.bg/en/events/vinaria - [email protected]).

Salon du vin organisé par le centre des congrès de Sofia et la Chambre nationale de la vigne et du vin (www.bulgarreklama.com - [email protected]).

Les régions viticoles

La production peut être regroupée en cinq régions viticoles.

Les coteaux du Danube. On y produit essentiellement des vins rouges : gamza (local), cabernet sauvignon, merlot, pamid (local). Mais aussi des blancs comme les misket (local), chardonnay, sauvignon blanc, aligoté et riesling.

A l'est : la région de la mer Noire. On y produit les meilleurs vins blancs des cépages chardonnay, riesling, dimiat, ugni blanc, muscat otonel, traminer, aligoté.

La région sud balkanique : la vallée des roses, entre la vallée des Thraces et la Stara Planina. Cépages caractéristiques : misket, riesling, rkaciteli et cabernet sauvignon.

Au sud : la vallée des Thraces, où sont représentés environ 60 % de tous les cépages de vin rouge du pays : merlot, cabernet sauvignon, mavroud (local), pamid, rubin (cépage original sélectionné en Bulgarie dans les années 1960), pinot noir et dernièrement shiraz.

Au sud-ouest : la vallée de la rivière Strouma. La région se caractérise par un climat doux. Les principaux cépages cultivés sont : merlot, cabernet sauvignon, shiroka melnishka (local).

Que signifient les notations sur les étiquettes ?

Réserve - signifie que le vin a vieilli au moins un an en tonneau avant d'être mis en vente.

Réserve spéciale - le vin a vieilli deux ans et plus en tonneau.

Premium - signifie qu'un seul cépage est utilisé pour la production du vin.

Premium réserve - c'est la meilleure qualité de vin, d'une seule récolte et d'un seul cépage. Il est vendu après le lot de premium de la même récolte.

Sélection spéciale - signifie que le vin a vieilli trois ans et plus.

Vin de collection - une partie du lot réserve spéciale, mais pas plus de la moitié du lot.

Baric signifie que le vin a vieilli dans un tonneau de chêne d'un volume de 500 l.

Premium oak signifie que le vin a fermenté dans un tonneau en chêne neuf. De cette manière, le vin prend beaucoup plus d'arômes et d'éléments du chêne.

Par D. Atanassov, président du Wine Club, Varna, revu par L. Popiordanov et L. Boyadjiev.

Eaux et boissons non alcoolisées

L'abondance des sources bulgares offre de nombreuses eaux minérales en bouteille très bonnes. Les plus connues sont Devin, Bankya et Gorna Banya.

D'un goût surprenant et très populaire chez les Bulgares, la boza est une boisson fermentée et sucrée à base d'orge ou de millet. De la même origine, turque, l'ayran est une délicieuse boisson désaltérante composée de yaourt de lait de vache, de brebis ou de chèvre, d'eau de source et de sel. Il faut y goûter de préférence au déjeuner. Pour la petite anecdote, lorsque la Bulgarie a rejoint l'Union Européenne en 2007, les ventes de boza ont explosé à l'international en raison d'un vieux mythe bulgare selon lequel les seins des femmes pousseraient si elles en buvaient !

Alcools

La traditionnelle salade chopska, mangée au début du repas, est généralement accompagnée de petits verres de rakia (d'eau-de-vie). Le côté astringent de l'alcool se marie bien avec la richesse de la salade. Il existe deux types principaux de rakia, celui à base de prune, slivova, le plus riche en arôme, et celui obtenu du raisin, grozdova, plus sec.

Le mastika est un digestif anisé, bu sans ajout d'eau.

Il existe également des liqueurs de rose, de griottes, du cognac de Preslav ou d'Euxinovgrad.

Trois bonnes bières bulgares de qualité et pas chères : Zagorka de Stara Zagora, Kamenitza produite à Plovdiv et Shoumensko de Shoumen.

Attention quand on commande à boire. L'équivalent d'un verre d'alcool de 50 ml est un verre de 50 g en Bulgarie. Les Bulgares ont tendance à servir des doubles doses en général, surtout aux hommes. Il vaut mieux alors préciser simple ou double au serveur.

Attention Bis aux contrefaçons contenant de l'alcool frelaté, faites-vous conseiller pour l'achat d'une bouteille. A Noël 2015, plusieurs habitants ont succombé après avoir ingurgité de la "rakia tueuse". Les autorités ont essayé à plusieurs reprises de réglementer cette production pour préserver la santé publique (et récupérer les taxes bien sûr). La dernière tentative de novembre 2015 a fait choux blanc face à la résistance des petits producteurs.

Vins

Les Bulgares ont toujours été de grands amateurs de vin, et les productions locales sont parmi les plus anciennes au monde. La vigne poussait déjà en Thrace, il y a plus de 3 000 ans. Le climat largement continental, avec des étés chauds et des hivers froids, est tempéré à l'est par la mer Noire. La Bulgarie est située à la même latitude que les Abruzzes italiennes.

Si le climat semble idéal pour la culture vinicole, il n'en a pas été de même pour les conditions historiques. La domination ottomane a limité l'exploitation vinicole à une échelle locale, et ce n'est qu'après 1918 que les domaines se sont développés, mais la collectivisation du régime communiste a nivelé la qualité des vins et ce n'est que depuis le milieu des années 1970 que la modernisation a commencé dans les domaines viticoles.

Habitudes alimentaires

Le Bulgare est un bon vivant. Le tempérament méditerranéen aidant, il apprécie la bonne cuisine et ne boude pas la boisson, mais toujours d'une manière conviviale. Le repas de fête est l'occasion de réunir les amis et la famille, et quand il n'y a pas de fête particulière, tous les prétextes sont bons.

Avant de commencer

Au restaurant, il vous faudra demander du pain, car le Bulgare n'en prend habituellement pas avec les entrées. En revanche, il accompagne le plat principal. Au restaurant, on vous demandera combien de pain (en tranches ou petits pains) vous désirez, et il sera facturé à part. Au menu...

Les soupes

Les soupes sont nombreuses et délicieuses. En été, la soupe préférée est le tarator - soupe froide de yaourt et de concombres parfumée à l'ail, à l'aneth et aux noix. L'autre soupe très appréciée est la soupe au gras double (chkembe tchorba), qu'on agrémente de piment fort, d'ail et d'un filet de vinaigre. Cette soupe est le meilleur remède après une soirée bien arrosée. Il y a également, la soupe de poulet, le bob tchorba ou manastirska, soupe de haricots blancs, soupe d'orties (koprivena) ou d'épinards (spanatchéna)... La liste est très longue. Bien sûr, on peut manger une soupe au déjeuner comme au dîner.

Les entrées

Appelées mézéta, elles peuvent aussi être servies au moment de l'apéritif.

En entrée froide, différentes salades. Les plus renommées sont la chopska (tomates, poivrons, concombres, oignons, siréné râpé), les poivrons grillés (pétcheni tchouchki), la mechana (tomates et concombres), le snéjanka (yaourt égoutté, concombre, ail, aneth), le kiopolou (caviar d'aubergines), la ovcharska (tomates, poivrons, concombres, oignons, champignons, siréné râpé, jambon) ou les feuilles de vigne (lozovi sarmi). L'hiver, les salades sont faites de légumes salés ou conservés dans du vinaigre (tourchia). N'hésitez pas à y goûter, c'est délicieux ! Il y a également de nombreuses charcuteries, généralement moins grasses et moins salées qu'en France (loukanka, salam, jambon, etc.)

Parmi les diverses entrées chaudes, les poivrons farcis d'oeuf et de siréné, le tout pané (tchouchki burek) ou des courgettes ou des aubergines frites avec de l'ail et des herbes ou encore des abats (comme la cervelle d'agneau, très prisée). Les entrées s'accompagnent d'un verre de rakia (eau-de-vie) ou de vodka.

Les plats

On passe ensuite au vin ou à la bière avec le plat de résistance. Les plats s'accompagnent de salades ou de garnitures qui doivent être commandées à part.

Les grillades, simples et souvent délicieuses proposent un large éventail de viandes telles que la kebapcheta (de la viande hachée de forme allongée assaisonnée de cumin), la kioufteta (boulettes de viandes avec des oignons hachés et du persil), la chichtchéta (brochettes), la karantchéta (saucisse fine) ou la parjola (côtes de porc, de veau, de poulet).

Les viandes rôties sont toujours à point. La viande de boeuf est très méprisée. Les Bulgares appellent veau ce que nous considérons comme du boeuf.

Les plats traditionnels bulgares sont mijotés ou cuits longtemps au four dans des plats en terre cuite. Il était fréquent autrefois de confier son plat au boulanger qui le mettait pour quelques heures dans son four et rendait le meilleur giouvetch (sorte de ratatouille avec ou sans viande) au monde.

Les légumes farcis sont le plus souvent réalisés avec de la viande hachée et du riz, mais il en existe aussi des végétariens (zélévi sarmi).

La cuisine bulgare étant une cuisine essentiellement de saison, les plats d'hiver sont plus lourds, comme le porc aux choux (svinsko sas zélé), avec des haricots blancs (svinsko s bob).

Pour les végétariens, il existe plusieurs plats sans viande. A part les omelettes, essayez le michmach (des oeufs brouillés avec du siréné, des tomates et des poivrons préalablement mijotés) ou les poivrons et les courgettes farcis au riz ou au fromage. Un plat sans viande se dit un " postno iadéné ".

Les desserts

Les pâtisseries consistent en toutes sortes de gâteaux, plus ou moins farineux, feuilletés ou beignets. Certains desserts tiennent de l'Orient, comme les baklavas (feuilletés aux noix), les kadaïf, les touloumbi, les trigouni, tous au sirop, qui se marient très bien avec la boza. Sinon, on vous proposera de nombreux gâteaux (torti), des glaces, des crèmes caramel, des crêpes ou des fruits. En hiver, les Bulgares mangent du kompot (des fruits au sirop), généralement faits à la maison.

Le matin

Quand il a le temps, le Bulgare prend un petit déjeuner copieux et souvent salé, avec du fromage, des olives et de la charcuterie. La vie moderne étant ce qu'elle est, on a plutôt tendance à avaler un café noir, quitte à grignoter quelque chose dans la matinée. Les en-cas les plus fréquents sont la banitza, un délicieux feuilleté au fromage qui peut parfois être fourré aux épinards, aux poireaux, à la viande ou sucré, à la pomme, ou au potiron. Kifla (sorte de pâte briochée), milinka (pâte levée au fromage), ponichka (pâte à beignet saupoudrée de sucre glace, parfois avec de la marmelade à l'intérieur), gevrek (petit pain rond en forme d'anneau, parfois saupoudré de graines de sésame) ou sandwich (souvent toasté) sont accompagnés d'un café, d'un jus de fruits, ou d'aïran (du yaourt fermenté dilué avec de l'eau qui peut être légèrement salé ou sucré).

Recettes

Voici quelques recettes de plats typiques bulgares, faciles à réaliser. L'occasion rêvée de goûter un peu les spécialités de ce pays après l'avoir visité, ou même avant de s'y rendre.

Entrées
Chopska

Salade chope, du nom des habitants de la région de Sofia

Ingrédients : 300 g de fromage type féta • 500 g de poivrons • 300 g de tomates • 150 g de concombres • 100 g d'oignons • de l'huile d'olive • sel • poivre • vinaigre.

Préparation : faites griller les poivrons au four pour faire noircir la peau et la peler. Coupez les tomates et les concombres en dés. Coupez les oignons en fines lamelles. Mélangez tout. Salez, poivrez et mettez de l'huile et du vinaigre suivant votre goût. Râpez la féta dessus. Délicieux avec un petit verre de rakia.

Tarator

Ingrédients : un ou deux concombres • 500 g de yaourt • une gousse d'ail • 2 à 3 noix • de l'aneth • sel • poivre • une cuillère à café d'huile de tournesol.

Préparation : délayez le yaourt avec un demi-verre d'eau. Coupez les concombres en tout petits dés. Salez-les et égouttez-les pendant environ 10 minutes. Hachez l'ail avec un peu de sel. Broyez les noix. Mélangez les concombres, l'ail et le yaourt dans un grand saladier. Ajoutez le sel, l'aneth, et les noix. Arrosez avec l'huile. C'est un plat rafraîchissant idéal pour l'été.

Caviar d’aubergines (kyopolou)

Ingrédients : 600 g d'aubergines • 150 g de tomates • 60 g de yaourt • 3 à 4 noix • une gousse d'ail • persil • huile d'olive • sel.

Préparation : faites griller les aubergines entières au four ou sur un grill pour que la chaire ramollisse pendant 45 minutes thermostat 6. Retirez-la et épluchez la peau et retirez les graines puis écrasez-la au mortier avec les tomates épluchées et l'ail. Hachez le persil, ajoutez-le ainsi que l'huile d'olive, le yaourt et salez selon votre goût. Bien mélanger. Peut être servi comme accompagnement ou en entrée.

Fromage à la paysanne (siréné po chopski)

Ingrédients (par personne) : 100 g de fromage féta • 10 g de beurre • un oeuf • une tomate • un poivron • un petit piment (facultatif) • poivre noir.

Préparation : mélangez le fromage, le beurre, la tomate et le poivron coupés en dés dans un bol ou un ramequin en terre cuite. Faites cuire à four chaud pendant 10 minutes. Sortez et cassez l'oeuf dessus, vous pouvez aussi ajouter le piment. Enfournez à nouveau jusqu'à ce que l'oeuf soit cuit. On peut ajouter également des olives noires ou des champignons.

Feuilleté de fromage (banitza)

Ingrédients : de la pâte à banitza, ou filo, (on en trouve dans les magasins de produits balkaniques) • 3 à 4 oeufs • 250 g de yaourt • 100 g de beurre. 150 g de fromage râpé.

Préparation : battez les oeufs et ajoutez le fromage râpé. Mettez un peu de beurre fondu et de mixture sur chaque feuille que vous enroulez ensuite comme un cigare. Placez-les dans un plat et arrosez-les avec le beurre fondu qui reste. Faites cuire à four moyen pendant 20-25 minutes. Servez chaud. Il est possible d'ajouter à la mixture des poireaux ou des épinards. Dans tous les cas, froid ou chaud, c'est excellent.

Plats
Kavarma kebab

Ingrédients : 750 g de porc • un oignon • 300 g de poivrons • 2 tomates • 100 g de beurre • un verre de vin rouge.

Préparation : coupez la viande en dés et faites-les frire avec du beurre et les oignons. Ajoutez les poivrons coupés en lamelles et les tomates coupées en cubes. Ajoutez le vin et un peu d'eau. Faites mijoter pendant 1 heure.

Moussaka

Ingrédients : 500 g de viande hachée (mélange de boeuf et de porc) • 100 ml d'huile • 800 g de pomme de terre • 300 g de tomates • 10 g de purée de tomates • 5 oeufs • sel • poivre • persil.

Préparation : épluchez les pommes de terre et coupez-les en petits cubes. Dorez la viande avec les oignons, les tomates et la purée de tomates. Faites revenir les pommes de terre. Mélangez le tout et remplissez un plat à gratin. Salez, poivrez et parsemez de persil. Avant la cuisson, couvrez d'eau. Cuire pendant environ une demi-heure (le temps de cuisson des pommes de terre). Cinq minutes avant la fin de la cuisson, battez les oeufs avec un peu de farine et de yaourt. Versez sur le plat et cuisez 3-4 minutes. Saupoudrez de fromage râpé. Servir chaud. Vous pouvez remplacer les pommes de terre par des tranches d'aubergines frites.

Préparez votre voyage !

transports
  • Louer une voiture
  • Réserver un ferry
hebergement
  • Réservez un hôtel
  • Location de vacances
  • Votre logement Airbnb
  • Trouvez votre camping
Séjours
  • Voyagez sur mesure
  • Week-ends en France
Sur place
  • Réservez une table
  • Trouvez une activité
  • Expériences & Boxs

Adresses Futées de Bulgarie

Avis
Jeu concours

Les jeux concours du moment

Remportez un week-end de prestige pour 2 personnes au Château de la Dauphine !

Une escapade romantique en Gironde, au Château de la Dauphine .