Guide du Cambodge : Politique et économie

Politique
Structure étatique

Le Cambodge est une monarchie constitutionnelle en théorie. Le roi Norodom Sihamoni a succédé à son père Norodom Sihanouk. Mais le vrai pouvoir, celui de l'exécutif est détenu par le Premier ministre actuellement à la tête d'un gouvernement de coalition. L'Assemblée nationale, représentant le pouvoir législatif, compte 123 sièges où le Parti du Peuple cambodgien est majoritaire depuis près de trente ans. La faiblesse de l'opposition explique que l'Assemblée nationale ait laissé l'initiative des lois au gouvernement, se chargeant juste d'enregistrer les propositions législatives d'Hun Sen. Un Sénat a été créé en 1999, mais qui ne dispose pas réellement de pouvoir. Il ne peut que retarder la promulgation d'une loi souhaitée par le parlement en proposant des amendements, qui seront soumis à nouveau devant l'Assemblée nationale.

En février 2017, le Parlement cambodgien a adopté un projet de loi qui a donné plus de pouvoir à la Cour suprême pour dissoudre des partis politiques, surtout ceux de l'opposition et du CNRP. Cet amendement s'ajoute à une longue liste de manoeuvres du pouvoir, diviser l'opposition, diluer l'opposition et ses alliances, perturber et retarder le travail du Comité national des élections avant les communales de juin 2017 et les législatives en 2018. Stratégie qui a porté ses fruits : les législatives de 2018 ont été un véritable succès pour le PPC. Selon Charles Santiago, un député malaisien et représentant des parlementaires de l'Asean pour les droits de l'Homme, ce texte " transforme le pays en un système à parti unique et affaiblit considérablement la légitimité des élections "...

Partis

On compte trois groupes majeurs, dont deux d'opposition.

Le Parti du Peuple Cambodgien (CPP), ex-communiste et issu de la collaboration avec les Vietnamiens. Dirigé par l'inamovible Premier ministre Hun Sen, il detient les rênes du pays.

Le Parti du Sauvetage National du Cambodge (CNRP), dirigé par Sam Rainsy, qui aura vécu en exil de 2005 à 2013 pour se voir finalement gracier par le roi juste avant les dernières échéances législatives. Cette formation récente, la principale de l'opposition, est issue de la fusion de deux partis : le Parti Sam Rainsy et le Parti des Droits de l'Homme. Nationaliste, elle reste très proche de certains milieux républicains américains qui la financent, ainsi que de nombreux syndicats radicaux du textile et de l'hôtellerie.

Le Funcinpec (Front uni national pour un Cambodge indépendant, neutre, pacifique et coopératif), royaliste, qui fut dirigé par le prince Norodom Ranariddh jusqu'à ce qu'il soit évincé par une cabale montée par Hun Sen.

Enjeux actuels

Ce pays essentiellement rural est dépendant des puissances industrialisées étrangères comme les États-Unis, la Chine, le Viêt-Nam, le Japon et les pays européens. Il doit faire face à la convoitise économique de ses voisins (en particulier le Viêt-Nam, la Thaïlande et bien sûr la Chine). Les plus gros investisseurs sont des compagnies étrangères (la Corée du Sud notamment). Les domaines de l'éducation, de la santé publique et de la justice doivent être améliorés. Malheureusement, la réalité politique du Cambodge n'est pas celle d'un État de droit. L'ensemble du système administratif est corrompu : spéculation sur les produits alimentaires ou les biens immobiliers, déforestation anarchique, exactions impunies, rackets et combines en tout genre... Certaines priorités sociales sont traitées grâce à l'aide humanitaire étrangère mais l'efficacité des ONG est compromise par la corruption généralisée. Le Cambodge apparaît comme un pays sous-développé subissant de plein fouet les inconvénients du libéralisme mondial. L'enjeu serait d'établir un État de droit et d'instruire la population pour permettre une relance dynamique équitable : on est loin du compte, comme le prouvent les élections de 2018, une véritable farce démocratique. Les Cambodgiens en ont d'ailleurs conscience. Et leur réticence à parler de politique ou du pouvoir absolu d'Hun Sen prouve la main mise de ce parti unique sur la vie quotidienne du Cambodge.

Économie
Production textile au Cambodge.
Production textile au Cambodge.
Principales ressources
Pêcheur du lac Tonlé Sap.
Pêcheur du lac Tonlé Sap.
Part des principaux secteurs d'activités dans le PIB

Agriculture : 25,3 %

Industrie : 32,8 %

Services : 41,9 %

Agriculture

Le Khmer reste avant tout un agriculteur très attaché à sa terre. Il est généralement très individualiste et jaloux de ses libertés, mais sait faire preuve d'esprit communautaire pour ce qui concerne les activités proprement agricoles. Egalement très conservateur, il est peu porté à accepter d'emblée les méthodes ou les cultures nouvelles. De nombreux étrangers l'ont, dans le passé, jugé insouciant ou même paresseux ; bien sûr, c'est une opinion que ne partagent pas les Cambodgiens  !

Outillage. Sur tout le territoire cambodgien se retrouvent les mêmes outils agricoles qui n'ont souvent subi que peu de transformations depuis la période angkorienne. La charrue, ou plus exactement l'araire, dont le soc seul est en métal et qui est tirée par un couple de boeufs ou de buffles. La charrette, typiquement khmère (on peut l'observer à loisir sur les bas-reliefs des temples), légère, solide, élastique, entièrement construite en bois, et très jolie. La faucille, coudée, à lame très courte, utilisée pour la moisson des rizières. Il y en a, bien sûr, des dizaines d'autres, que vous découvrirez au fur et à mesure et que vous pourrez tenter de marchander auprès des paysans car il y a de très beaux objets auxquels un long usage a donné une superbe patine.

Pêche

Pêche en eau douce. Il n'est pas un voyageur au Cambodge d'avant-guerre qui n'ait mentionné dans ses récits les pêches miraculeuses auxquelles il a pu assister ou dont il a entendu parler. Ces évocations d'ordre littéraire sont absolument confirmées par les observations scientifiques qui reconnaissaient que les grands lacs du Cambodge figurent parmi les plus poissonneux du monde. La raison de cette richesse ichtyologique est essentiellement due aux conditions très particulières du régime des eaux qui fait passer le grand lac Tonlé Sap de 2 700 km² en basses eaux à 10 000 m² en période de crue et transforme la forêt inondée en un extraordinaire réservoir à plancton.

Dans les fleuves, en particulier dans le Mékong, se pratique la pêche au filet flottant dont la senne, manoeuvrée par une série de sampans, peut avoir de 1 000 m à 2 000 m de longueur. Les Cham utilisent généralement un attirail de pêche plus réduit, notamment l'épervier ainsi qu'une sorte de grand carrelet carré placé à l'avant d'une embarcation.

Dans les preks - affluents du Mékong - la technique la plus utilisée est le barrage construit à la décrue et ménageant un canal déversoir qui se termine dans une nasse où le poisson est aspiré par le flot. La période des pêches se place sept jours avant la pleine lune, en décembre, janvier et février. Les chambres de capture sont alors relevées toutes les deux heures, et les pêcheurs, plongés dans cette masse de poissons, en assurent la vidange à pleins paniers. Il existe une autre technique de pêche, plus récente mais fort développée à l'heure actuelle : il s'agit de la pêche à l'explosif. Théoriquement interdite, elle a encore de beaux jours devant elle dans la mesure où le gouvernement ne dispose d'aucun moyen de faire appliquer la loi. C'est fort dommage pour l'écosystème qui commence à en pâtir sérieusement, certains cours ou plans d'eau étant quasi dépeuplés par cette pratique qui laisse à chaque fois largement plus de 70 % de poissons crevés au fond. Les pêcheurs utilisent la grenade ou bien des engins artisanaux fabriqués à partir de bombes non explosées que l'on scie pour en retirer l'explosif.

Il était une fois trois pêcheurs de la région de Battambang, qui ne deviendront probablement jamais prix Nobel de physique. Ayant vainement tenté de scier deux grosses bombes pour en extraire l'explosif, ils les ont mis à ramollir... sur le feu ! Trois morts... et des générations de poissons provisoirement épargnées.

Industries de la pêche. Les périodes et les régions de pêche étant assez étroitement limitées, le problème de la conservation du poisson est d'une importance capitale. La méthode la plus couramment employée est le séchage, au cours duquel les poissons, après avoir subi un commencement de fermentation, sont salés et exposés au soleil pendant environ 48 heures. Cette opération fait perdre au poisson les deux tiers de son poids.

Les sauces de poissons, ou teuk trey, sont préparées en mélangeant le poisson entier, non vidé, avec du sel. Après quatre à six mois, le poisson se liquéfie, et les matières alimentaires de la chair passent dans la sauce qui constitue véritablement du poisson liquide. Cette sauce est consommée mélangée avec du riz et des légumes.

Le prahok, qui est le condiment national khmer, est une pâte de poisson fermentée obtenue à partir d'un petit poisson pêché en très grande quantité dans le Tonlé Sap et autres rivières. Le prahok est fabriqué à partir de certaines espèces de poissons mélangées à du riz grillé et broyé.

Les déchets de poisson sont utilisés pour fabriquer une huile blonde, assez limpide, employée pour l'éclairage dans les villages. Les résidus de cette fabrication peuvent être transformés soit en farines de poisson pour l'alimentation animale, soit en engrais pour les cultures maraîchères.

Vie maritime. La côte cambodgienne du golfe du Siam, bien abritée par de nombreuses îles, constitue un refuge de prédilection pour les bancs de poissons migrateurs qui y trouvent une alimentation riche dans les eaux déversées par les rivières côtières. Encore relativement préservée de la pêche intensive pratiquée dans les pays voisins (cela ne durera pas, car Thaïs et Vietnamiens sont de plus en plus présents...), la côte khmère abrite en grand nombre toutes les espèces de poissons présentes dans la mer de Chine. La pêche se pratique toute l'année, mais principalement d'octobre à mars, le long des côtes et sur des fonds ne dépassant guère une vingtaine de mètres. Les techniques de pêche ainsi que les embarcations sont de type traditionnel et ne permettent pas d'obtenir de très hauts rendements.

Les autres industries

En dehors de ses industries traditionnelles et ancestrales, le Cambodge n'est encore guère développé, rien à voir avec ses voisins vietnamien et thaï. Notons tout de même l'hévéa culture introduite par les Français et assez mal gérée depuis, les plantations autour de Kompong Cham comptèrent parmi les plus grandes du monde. Le secteur de l'industrie textile, assez nouveau au Cambodge, emploie des dizaines de milliers d'ouvrières non qualifiées et génère tout de même des dizaines de millions de dollars de revenus, mais il s'agit là d'une activité très fragile initiée par des Chinois de l'étranger et soumise à des quotas américains et européens. En lisière de Phnom Penh, de nombreuses usines textiles ont récemment ouvert leurs portes, ce qui développe tous azimuts la banlieue de la capitale. Les projets immobiliers à la Chinoise se multiplient : des immenses zones résidentielles, aujourd'hui complètement vides, ont poussé comme des champignons. Certains accusent leur propriétaire chinois de se servir de ces projets pour blanchir leur argent sale. En tout cas, un risque de bulle spéculative immobilière est à prévoir.

Place du tourisme
Angkor Wat offre de belles images.
Angkor Wat offre de belles images.

Seconde source de revenus nationale, le tourisme est pour le moment la seule véritable industrie moderne viable du Cambodge avec le secteur du textile et de la chaussure. Malheureusement, cette activité souvent anarchique ne répond pas aux attentes du marché. L'environnement n'est pas respecté. La culture rarement valorisée. Les représentants du ministère ne semblent pas s'investir suffisamment sur le terrain sans parler des magouilles immobilières. Après un fort ralentissement au milieu des années 2000, dû aux affrontements militaires, le nombre de visiteurs a repris son envol et a presque triplé entre 2006 et 2017 (de 1,7 million à 5 millions par an). La progression de 30 % du nombre de touristes entre 2011 et 2017 a permis au pays d'enregistrer une progression de 10 % de sa croissance économique en 2017. L'activité touristique (13 % du PIB) a engrangé des recettes de 2,5 Mds $ en 2017. Mais pour la plupart, ce sont essentiellement des Chinois, qui voyagent en circuit fermé. Compagnies aériennes chinoises, tours opérateurs chinois, compagnies de bus chinois, hôtels et restaurants chinois... et même un nouvel aéroport chinois, dirigé par la Yunnan Investment Holdings Ltd, à Siem Reap. Tout cela au final ne profite guère aux Cambodgiens.

Enjeux actuels

Avec une progression du PIB à deux chiffres par an, l'économie cambodgienne connaît un rattrapage rapide depuis 20 ans, stimulé par la politique d'ouverture des autorités qui a permis au pays de bénéficier de ses avantages comparatifs à l'échelle mondiale.... L'économie du pays repose principalement sur la construction et la production de vêtements. Cette dernière emploie plus de 280 000 personnes (5 % de la force de travail) et contribue à plus de 70 % des exportations. Elle doit faire face à la concurrence féroce des pays voisins, Viêt Nam, Thaïlande, Laos et Myanmar, qui empêche un véritable relèvement des salaires et des conditions de travail, même si, selon la fondation Heritage, celles-ci ce seraient légèrement améliorées ces dernières années. De nouvelles filières industrielles sont apparues ces dernières années comme la sous-traitance pour de grands groupes automobiles, essentiellement japonais, ou la production de vélos (2e exportateur à destination de l'Union européenne). Le fort développement de l'économie, et notamment l'arrivée massive de capitaux étrangers, reste gêné par la généralisation de la corruption. Le Cambodge est ainsi classé 161e sur 180 pays dans l'index 2018 des Perceptions de la corruption, réalisé par Transparency International. La corruption du secteur judiciaire serait le plus important facteur empêchant les investissements étrangers, les demandes de pots de vin étant considérés comme communs. La présence de trafiquants de drogues et de syndicats mafieux serait favorisée par ce cadre plus que douteux. Même si les entreprises à 100 % étrangères sont autorisées dans la plupart des secteurs, ce qui n'est par exemple pas le cas en Chine, le manque de transparence de la justice et des régulateurs apparaît comme un frein supplémentaire.

Le développement du secteur minier pourrait cependant profiter au pays. Des réserves de pétrole exploitables ont en effet été trouvées dans ses eaux territoriales et le nord du pays possède, selon le gouvernement, de fortes réserves en or, argent et bauxite.

Le Cambodge bénéficie d'un important soutien des bailleurs multilatéraux et bilatéraux (près d'1 milliard d'euros (source ministère français de l'économie), et par ailleurs, des avantages commerciaux (accès préférentiel aux marchés européen et américain) liés à son statut de PMA (Pays les Moins Avancés, classification CNUCED). Une sortie du PMA est envisagée pour 2020.

Préparez votre voyage !

transports
  • Louer une voiture
  • Réserver un ferry
  • Location de moto
hebergement
  • Réservez un hôtel
  • Location de vacances
  • Votre logement Airbnb
  • Trouvez votre camping
Séjours
  • Voyagez sur mesure
Sur place
  • Réservez une table
  • Trouvez une activité
  • Expériences & Boxs

Adresses Futées du Cambodge

Avis
Jeu concours

Les jeux concours du moment

Gagnez 2 séjours de prestige pour 2 personnes à Pornic !

Une escapade bien méritée à Pornic avec l'Office de Tourisme Intercommunal de Pornic .

2 séjours de prestige à remporter (2 gagnants) !