Guide d'Irlande : Politique et économie

Politique

L'Irlande, pays membre de l'Union européenne (mais pas de l'Otan), est une République parlementaire, dont la constitution date du 1er juillet 1937, révisée en 1972.

Structure étatique

Le chef de l'État irlandais est le président (uachtarán). Celui-ci ne dispose d'aucun pouvoir exécutif puisqu'il ne peut agir que sur le conseil du gouvernement et il exerce surtout un pouvoir de représentation. Il est élu au suffrage universel direct pour un mandat de 7 ans qui ne peut être renouvelé qu'une fois. Mary McAleese, élue en 1997 et réélue en 2004, fut la première présidente à être originaire d'Irlande du Nord. Le président actuel est Michael D. Higgins (né en 1941 à Limerick), en poste depuis novembre 2011 et réélu confortablement le 26 octobre 2018.

Le Premier ministre (taoiseach) est désigné par le président sur proposition de la Chambre des députés. Il est l'un des chefs de gouvernement disposant du plus de pouvoir en Europe, notamment car il assume nombre de fonctions exercées traditionnellement par le chef de l'État. Le Parlement (Oireachtas) est constitué par le président et l'Assemblée législative, elle-même composée de deux chambres : la Chambre des députés (Dáil Eireann) et le Sénat (Seanad Eireann). Le Premier ministre actuel, Leo Varadkar, en poste depuis juin 2017, est membre du parti Fine Gael.

Les 166 députés du Dáil Eireann sont élus tous les 5 ans, directement par le peuple, au moyen d'un système de représentation proportionnelle.

Le Sénat compte 60 sénateurs, désignés pour 5 ans ; 11 d'entre eux sont nommés par le Premier ministre, 6 sont élus par les diplômés du Trinity College de l'université de Dublin et de l'université nationale d'Irlande, et les 43 autres sont élus par 5 comités spéciaux composés de parlementaires, des membres sortants du Sénat et des membres des conseils de comtés.

Partis

Petit aperçu des principaux partis politiques d'Irlande :

Fianna Fáil. Parti de centre-gauche fondé en 1926 par Eamon De Valera. Ses principaux enjeux demeurent toujours les mêmes depuis la rédaction de la Constitution en 1937, à savoir la volonté de paix dans le processus d'indépendance de l'Irlande, la lutte contre le chômage et l'intégration du pays dans l'Union européenne.

Fine Gael. Premier parti politique du pays, formé en 1933 en faveur de l'alliance avec la Grande-Bretagne. De tendance plutôt centre gauche, il prône l'égalité des classes et la participation active de l'Irlande dans l'Union européenne.

Green Party. Formé en 1982, au moment de l'émergence des groupes à tendance écologiste. Comme son nom l'indique, le Parti vert lutte pour la protection de l'environnement en insistant sur le fait que le progrès économique du pays ne doit pas être nocif à l'environnement naturel.

Labour Party. Parti socialiste fondé en 1912 par James Connolly, Jim Larkin et William O'Brien. Sa plus grande période de succès fut sans aucun doute en 1990, année où Mary Robinson est devenue la première présidente d'Irlande.

Progressive Democrats. Formé en 1985 par un groupe de politiciens issus du Fianna Fáil. L'une de ses fondatrices, Mary Harney, fut la première femme à être élue en 1985 à la tête d'un parti politique en Irlande. L'objectif principal est le développement de l'intégration politique et économique au sein de l'Union européenne.

Sinn Féin. Créé en 1905, c'est le parti le plus ancien d'Irlande, dont le but principal est l'unité du pays ; son alliance avec l'Irish Republican Army (IRA) a fait l'objet de nombreuses polémiques. Son leader depuis 1983, Gerry Adams, originaire de Belfast, a officiellement quitté la scène politique début 2018. C'est Mary Lou McDonald qui lui succède.

Irexit Freedom. Lancée en 2018, cette nouvelle formation eurosceptique, inspirée par le Brexit, aspire au retrait de l'Irlande de l'Union européenne.

La religion et l’Etat

Profondément marquée par les valeurs catholiques énoncées dès le préambule, la Constitution de 1937, rédigée par Eamon de Valera et John Charles Mac Quaid, archevêque de Dublin, est toujours en vigueur aujourd'hui. Certains articles, comme celui concernant le divorce, ont bien été abrogés depuis, tant pour améliorer les conditions des Irlandais que pour s'adapter à la modernité.
D'autres articles cependant restent inchangés, tels ceux concernant l'éducation, l'Eglise et l'Etat, institutions qui paraissent inséparables (les écoles primaires sont presque toutes gérées par des institutions catholiques et les écoles secondaires sont catholiques à 64 %).

En ce qui concerne les partis politiques, on constate qu'aujourd'hui encore l'Eglise catholique est un groupe de pression particulièrement puissant qui exerce son autorité sur l'Etat, et sur les hommes politiques par la même occasion.

Enjeux actuels

L'élection en mars 2016 du député Séan O Fearghail du Fianna Fáil (premier parti d'opposition) à la présidence du Dáil (Assemblée nationale irlandaise) a marqué une inflexion dans le rapport des forces entre l'exécutif et le Parlement, et constitue la première étape d'une réforme donnant plus de pouvoirs à ce dernier.

En juin 2017, le parlement élit Leo Varadkar Premier ministre (ancien ministre de la protection sociale). Il remplace Enda Kenny, soupçonné d'avoir couvert des pratiques de favoritisme, et démissionnaire de la présidence du Fine Gael (centre droit) en mai. Défenseur d'idées ultralibérales, celui-ci a la difficile charge de gérer les effets du Brexit prochain sur son pays.

Depuis le vote référendaire portant sur la sortie du Royaume-Uni de l'UE, les négociations entre les deux partis sont des plus houleuses. Pendant des mois durant, les discussions sont restées au point mort sans parvenir à un accord concernant les modalités de sortie du pays. Parmi les sujets ultra sensibles de ces négociations, la question épineuse d'un retour éventuel d'une frontière physique entre les deux Irlandes cristallise toutes les tensions. L'idée d'une frontière dématérialisée sous la forme d'un " filet de sécurité " semble faire son chemin et mettre tout le monde d'accord. Quoiqu'il en soit, il faudra trouver une solution rapidement, puisque l'entrée en vigueur du vote sur le Brexit est prévue pour le 29 mars 2019.

Économie

L'Irlande bénéficie d'atouts majeurs, notamment sa situation stratégique entre les Etats-Unis et l'Europe, et sa fiscalité attractive, d'où le grand nombre de multinationales implantées. Même si la croissance économique s'est aujourd'hui ralentie, ces quelques années de croissance impressionnante (années 1990 du " Tigre celtique ") ont laissé une population beaucoup plus riche qu'auparavant, le revenu par habitant ayant dépassé la moyenne européenne. L'Irlande entra en récession aux deuxième et troisième trimestres 2008. Fin 2010, la dette irlandaise atteignait un seuil tel qu'elle influençait (en mal) les cours de la bourse... Depuis la récession, on revient à une économie affichant des chiffres positifs, dont un taux de croissance de 7 % en 2017 (le plus élevé de l'Union européenne).

Tigre celtique ?

Par référence aux tigres asiatiques des années 1980 que sont la Thaïlande, la Malaisie, l'Indonésie, le Vietnam et les Philippines, on décerne le qualificatif de " Tigre celtique " à la République d'Irlande pour ses excellents résultats économiques dans les années 1990. En presque 20 ans, l'Irlande, vue autrefois comme le parent pauvre de l'Europe et qui accumulait un important retard, s'est considérablement développée. Ce boom économique fut d'autant plus spectaculaire qu'il transforma un pays de tradition agricole en un porte-drapeau de la révolution technologique. Caractérisée par un taux de croissance du PIB élevé (il a dépassé la barre des 10 % en 2000 pour se stabiliser aujourd'hui autour de 4 %), l'économie irlandaise fut parmi les plus performantes du monde.

Principales ressources

Agriculture. L'Irlande est longtemps restée un pays essentiellement agricole. Si elle a perdu sa prédominance passée, l'agriculture reste un secteur important de l'économie irlandaise. Elle représente encore aujourd'hui 15 % des exportations, mais n'emploie plus qu'une petite partie de la main-d'oeuvre. Le pays est à 85 % autosuffisant en denrées alimentaires.

Dans la région de Dublin, le sol est essentiellement utilisé pour les cultures céréalières, alors que le centre et l'ouest du pays sont consacrés à l'élevage. L'élevage des vaches laitières est important dans le sud, le nord étant plus spécialisé dans l'élevage d'ovins. Les principales cultures sont l'orge, l'avoine, le froment, la pomme de terre et la betterave à sucre.

Industrie. Le brassage et le tissage font encore partie des activités traditionnelles, mais n'occupent plus qu'une petite partie de la population. Au cours des années 1930, l'Etat a encouragé une économie protectionniste en prélevant des droits de douane sur les marchandises d'importation. Mais en 1958, l'Irlande se lance dans une nouvelle politique économique, rompant avec le protectionnisme qui prévaut depuis l'indépendance. La libéralisation des échanges s'accompagne d'un appel aux capitaux étrangers. Ainsi, de nombreuses entreprises étrangères s'implantent sur le territoire irlandais.

En 1959, une zone franche industrielle fut créée près de l'aéroport international de Shannon afin d'assurer le transit des marchandises destinées à l'importation et l'exportation sans droits de douane. L'IDA (Industrial Development Authority) chercha alors à attirer les investisseurs étrangers en se consacrant au développement industriel. La production industrielle a connu, pendant les années 1980, une croissance annuelle de 12 %. Celle-ci s'est maintenant stabilisée autour de 5 %.

" Nouvelles industries ". Les NTIC (informatique et télécommunications) sont en pleine expansion. Il faut savoir que 60 % des logiciels pour PC vendus en Europe sont fabriqués en Irlande. Cinq des dix plus importantes sociétés de logiciel au plan mondial y sont implantées. Ce secteur connaît une croissance annuelle de 15 %. L'intégration économique européenne permet au pays de connaître une mutation impressionnante. De plus, les gouvernements irlandais successifs ont mené à bien une politique fiscale avantageuse pour les investissements étrangers. La région de Dublin est ainsi devenue, grâce à des allègements fiscaux, un important centre de téléservices desservant l'ensemble de l'Europe.

Tourisme. Une autre source de revenus en pleine expansion ; le total des visiteurs internationaux est passé de 3,6 millions en 1994 à 10 millions en 2017, dont plus de 500 000 Français. L'Irlande bénéficie en effet d'une cote d'amour sans précédent ! Dublin et Galway sont les destinations prisées des 19-24 ans, tandis que le Ring of Kerry et Cork sont davantage sollicités par les plus de 65 ans.

Les brevets, une future aubaine ?

Le pays se penche désormais sur la propriété intellectuelle, continuant ainsi à faire rêver les entreprises. Depuis le 1er janvier 2016, les entreprises déposant des brevets en Irlande bénéficieront d'un taux d'imposition de 6,25 % si leurs dépenses de R&D sont effectuées dans le pays.

Guerre déclarée à Apple ?

Fin août 2016, la Commission européenne condamne la firme américaine Apple a restitué 13 milliards d'euros d'arriérés fiscaux à l'Irlande. Elle assimile à des aides d'État illicites les deux accords fiscaux passés entre Dublin et Apple en 1991 et 2007, et destinés à réduire considérablement le montant des impôts acquittés par la firme. Le pays dénonce cette décision européenne contrariant sa politique fiscale attractive. Un accord entre la firme à la pomme et l'Irlande sera finalement signé en décembre 2017, concernant les modalités de restitution des 13 milliards.

Place du tourisme

Notamment portée par la série Game of Thrones et l'épisode 7 de Star Wars, l'image de l'Irlande n'a jamais été aussi positive. Selon la National Tourism Development Authority, le tourisme irlandais a accueilli 8,4 millions de visiteurs en 2017 avec des retombées économiques de 4 milliards d'euros (4 % du PNB, 200 000 emplois). La grande clientèle vient du Royaume-Uni, suivie par les Américains, les Français et les Allemands. L'île Verte n'en finit plus de séduire les voyageurs en mal de nature, d'authenticité et de convivialité, qui plébiscitent aussi une destination rassurante dans le climat anxiogène actuel.

Enjeux actuels

De la lanterne rouge au phare de l'Europe. L'économie irlandaise rugit de nouveau et a crû de 7 % en 2017. La croissance est notamment tirée par la reprise au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, les deux principaux partenaires commerciaux d'une petite économie très ouverte. La flexibilité du droit du travail et l'impôt sur les sociétés à 12,5 % restent des pivots de la stratégie irlandaise pour attirer les investissements directs étrangers. Les enjeux actuels consistent à continuer de porter l'économie vers la croissance et de stimuler l'emploi, tout en maintenant le cap de la réduction de la dette. Et pour cela, le gouvernement n'hésite pas à créer des événements comme " The Gathering " : le rassemblement. Des réunions ont lieu partout sur l'île pour réunir les idées et les participants. Les publics visés sont surtout les Irlandais et les descendants d'Irlandais vivant à l'étranger.

Victime du Brexit ? L'Irlande est aujourd'hui l'un des rares pays membres dans lequel il n'y a qu'un seul parti anti-européen : même le Sinn Féin, qui affiche une forte volonté de réformer l'Union, récuse toute perspective de sortie. L'Irlande a suivi avec inquiétude les préparatifs du référendum britannique sur l'appartenance à l'UE, compte tenu de ses liens commerciaux et historiques très étroits avec le Royaume-Uni. L'Irlande du Nord, qui a voté en force à 56 % pour rester dans l'UE, réclame un référendum d'unification avec le Sud.

Protestation contre la taxe sur l'eau

L'eau était gratuite en Irlande depuis 1977 (situation unique en Europe), mais en 2015, le gouvernement en a décidé autrement. " L'impôt de trop " pour nombre d'Irlandais, a suscité la colère et ils ont été des milliers dans les rues des grandes villes à manifester. Beaucoup de foyers ont refusé de s'équiper d'un compteur. La fin de la gratuité... une décision qui ne passe toujours pas !

Préparez votre voyage !

transports
  • Vol pas cher
  • Louer une voiture
hebergement
  • Réservez un hôtel
  • Votre logement Airbnb
  • Location de vacances
  • Trouvez votre camping
Séjours
  • Voyagez sur mesure
  • Week-ends en France
Sur place
  • Réservez une table
  • Trouvez une activité
  • Expériences & Boxs

Adresses Futées d'Irlande

Avis
Jeu concours

Les jeux concours du moment

Remportez un séjour d'une semaine en tente trappeur pour 5 personnes avec Huttopia !

Envie de prendre l'air ? Remportez un séjour d'une semaine en tente trappeur pour 5 personnes avec Huttopia .