Guide des États-Unis : Population et langues

Population

Les Rocheuses ne sont pas connues pour leur mixité ethnique. Toutefois, un Etat est plus nuancé, il s'agit du Nouveau-Mexique qui se différencie culturellement du reste de la région avec une domination hispanique jusqu'au début du XXe siècle et une frontière commune avec le Mexique. C'est aussi, à l'origine, la terre d'accueil de nombreuses tribus amérindiennes dont les Cheyennes, les Lakotas, les Arapahos, les Blackfeets, les Flatheads, les Nez-Percés, les Coeur d'Alenes, les Shoshones, les Utes, les Crows, les Apaches, les Navajos, les Ourays, les Uintahs... Différents facteurs qui expliquent la présence d'une population bien plus hétérogène. Les autres Etats sont eux très majoritairement "blancs" et peu bigarrés bien que le Colorado accueille une population plus cosmopolite.

La communauté hispanique est la plus importante après celle des "blancs" dits caucasiens (origines européennes des premiers colons) mais va en diminuant au fur et à mesure que l'on se rapproche du Nord. La communauté afro-américaine complète le trio de tête devant les Amérindiens dont le nombre dépend des réserves implantées dans chaque Etat. Enfin, on compte un très faible pourcentage d'Asiatiques, Hawaïens ou natifs du Pacifique et une toute petite part de la population n'appartenant pas à ces catégories.

A noter qu'à la différence de la France, les statistiques ethniques sont autorisées et très répandues aux Etats-Unis. Il est donc fréquent de devoir remplir, sur un dossier d'embauche ou autres questionnaires, son appartenance raciale.

Population "blanche". La population dite "blanche" est majoritaire dans les Rocheuses et varie comme suit : 91,7 % dans l'Idaho, 91 % dans le Wyoming, 89,2 % dans le Montana, 87,6 % dans l'Utah, 85 % dans le Dakota du Sud, 84,2 % au Colorado et 73,2 % au Nouveau-Mexique. Parmi les blancs, on compte de nombreux Américains d'origines européennes arrivés à l'époque de la conquête de l'Ouest. L'Idaho est connu pour son importante communauté basque, notamment.

Population hispanique. Parmi la population dite "blanche" on trouve la communauté hispanique, pour la plupart d'origine mexicaine, qui varie beaucoup d'un Etat à un autre. Si elle représente plus de 45 % de la population du Nouveau-Mexique, dans les autres Etats des Rocheuses, le taux diminue plus on se rapproche du Nord. Elle représente 20 % de la population du Colorado et 13 % en Utah (qui a aussi été longtemps sous domination espagnole), 8,9 % dans le Wyoming, 11,2 % dans l'Idaho 2,7 % dans le Dakota du Sud, 2,9 % dans le Montana.

Population afro-américaine. La population afro-américaine est très faible dans la région. Pour comparaison, elle représente en moyenne 25 à 20 % de la population de la côte Est, alors qu'ici, elle représente seulement 4 % de la population du Colorado, 2,1 % de celle du Nouveau-Mexique, 1,6 % du Dakota du Sud, 1,1 % du Wyoming et de l'Utah, 0,6 % de l'Idaho et 0,5 % du Montana.

Population amérindienne. Les natifs américains ont été en grande partie exterminés par l'arrivée des colons suite aux maladies, aux guerres et à la faim. Ceux qui ont survécu ont été déportés dans des réserves. Aujourd'hui, leur population varie d'un Etat à un autre ; elle représente 9,1 % de la population du Nouveau-Mexique, 8,6 % du Dakota du Sud, 6,5 % du Montana, 2,2 % du Wyoming, 1,3 % de l'Idaho, 1 % de l'Utah et 0,9 % du Colorado. Les principales tribus qui habitent encore la région sont les Utes (Utah et Colorado), les Lakotas (Dakota du Sud, du Nord, Nebraska et Minnesota), les Cheyennes (Montana, Oklahoma), les Flatheads (Montana), les Blackfeet (Montana), les Crows (Montana), les Shoshones (Wyoming, Idaho), les Arapahos (Wyoming, Oklahoma), les Nez-Percés (Idaho) et les Coeur d'Alene (Idaho). Il existe près de 15 réserves sur la région, dont 7 de taille importante, essentiellement réparties dans le nord de la région.

Autres ethnies. Les autres communautés présentes sont constituées d'Asiatiques (beaucoup de Chinois sont venus à l'époque de la ruée vers l'or), de natifs d'Hawaï et du Pacifique et d'autres communautés non spécifiées qui représentent une infime partie de la population.

Langues

Aux Etats-Unis, aucune langue n'est reconnue au niveau fédéral, toutefois la plus utilisée par le gouvernement et les institutions officielles est l'anglais. 32 des 50 Etats du pays l'ont d'ailleurs adopté comme langue officielle, ce qui est le cas de tous les Etats des Rocheuses en dehors du Nouveau-Mexique. Dans cet Etat, l'anglais reste la langue la plus parlée mais tout y est traduit en espagnol : même les textes de loi ou autres documents officiels sont systématiquement bilingues.

L'influence des Espagnols, puis des Mexicains, sur la région explique l'importance de cette langue. Dans les autres Etats, l'espagnol est également la deuxième langue la plus pratiquée mais dans une moindre mesure, et l'on constate assez logiquement que plus on se rapproche du Mexique et plus sa pratique augmente. Si dans le Montana 1,2 % de la population parle l'espagnol à la maison, c'est presque 12 % au Colorado et près de 30 % au Nouveau-Mexique. Viennent ensuite, dans des proportions qui varient d'un Etat à un autre, les langues indo-européennes (allemand, russe, français, italien...) et les langues asiatiques.

La vie dans les réserves amérindiennes

Entre les guerres indiennes et la vie actuelle dans les réserves, l'histoire n'a cessé de mettre à l'épreuve et de malmener les populations autochtones. Voici les grandes étapes depuis l'arrivée des colons et des migrants sur leurs terres jusqu'à aujourd'hui.

La création des réserves et les guerres. Lorsque les migrants viennent s'installer dans l'Ouest, il commence à y avoir conflit d'intérêts entre ces derniers et les Amérindiens qui vivent dans la région depuis des milliers d'années. Des réserves commencent à être créées, laissant la liberté aux nouveaux arrivants de s'installer sur les terres de leur choix, à leur guise, et certaines tribus y sont confinées. Des agents indiens sont alors en charge de gérer les relations avec le gouvernement et les différentes réserves. Ces personnes sont souvent très mal payées et, dans la plupart des cas, corrompues. Les conditions de vie dans les réserves sont très mauvaises, les natifs n'ont pas le droit d'en sortir librement et la faim et les maladies y sont monnaie courante... Certaines tribus refusent d'être parquées ainsi et résistent, donnant naissance aux guerres indiennes qui les opposent à l'armée. Petit à petit, les guerres et la malnutrition déciment ou affaiblissent les populations natives et les survivants finissent par se rendre pour venir grossir les réserves. Le processus de "civilisation" consiste alors à préparer les natifs à la vie "moderne". On leur impose l'agriculture, on leur enseigne la religion des "blancs" et on les oblige à parler anglais. Les enfants sont envoyés en pension où ils doivent abandonner toutes pratiques et traces de leur culture (langue, coupe de cheveux, tenues, objets personnels...).

La politique d'assimilation. Plusieurs traités, parfois contradictoires, viennent structurer les réserves. Alors que le General Allotment Act (1887) réduit de près des deux tiers la surface des réserves, le reste étant vendu aux colons, l'Indian Reorganization Act (1934) aboutit à l'augmentation sensible de leur superficie et l'achat de terres par l'Etat au profit des tribus amérindiennes. Finalement, le Termination Act (1954) réduit le nombre de réserves et supprime le statut particulier des Amérindiens voués à être considérés comme des citoyens classiques avec les mêmes droits et les mêmes devoirs. Cette politique dite d'"assimilation" signifie l'arrêt de toutes les aides fédérales ainsi que des services de protection et enfin la fermeture des réserves. Entre 1953 et 1964, plus de 100 tribus auraient été assimilées, soit plus de 12 000 Amérindiens perdant leur appartenance tribale et leurs terres, qui, n'ayant plus de protection fédérale, sont largement vendues. L'éducation, la santé et l'économie sont les secteurs les plus touchés par la fin des aides fédérales. De nombreux Amérindiens sont encouragées à vivre en ville où les conditions d'embauche seraient meilleures. A partir des années 1960, les instances fédérales commencent à remettre en cause l'application de cette politique aux effets dévastateurs connus et en 1976 la Cour suprême reconnaît la souveraineté des tribus indiennes sur leur réserve et leur accorde une grande liberté de décision dans les réserves qui sont réhabilitées.

Les réserves actuelles. Aujourd'hui, il existe plus de 300 réserves réparties dans le pays et concentrées essentiellement à l'ouest du Mississippi. Ces zones protégées peuvent aller d'un petit camp à un immense territoire plus grand qu'un Etat. A la différence du passé, les natifs peuvent décider d'y vivre ou non et certains font le choix d'habiter en dehors tout en gardant des liens étroits avec leurs terres et leur culture. Dans les réserves évidemment, les maisons (ou bungalows pour les plus défavorisés) ont remplacé les tipis, et les natifs sont équipés de tout le confort moderne.

Les territoires sont gérés par le Bureau des Affaires Indiennes et sont plus au mois autonomes. De nombreuses tribus ont leur propre police tribale et leur cour de justice. Toutefois, il y a des limites à leur pouvoir, la cour est habilitée à juger uniquement les délits commis dans la réserve par des natifs amérindiens (les crimes doivent passer devant une cour fédérale). L'Etat continue de soutenir les réserves avec des aides financières (éducation, aides sociales...) mais la pauvreté reste très fréquente et la vie précaire (fort chômage, problème d'éducation, important taux d'alcoolémie et de drogue...). Si les natifs ont le droit, depuis 1988 avec l'Indian Gaming Regulatory Act, d'exploiter les casinos et jeux de hasard, dans le but de leur apporter un développement économique, cette solution reste insuffisante pour faire vivre correctement toute la réserve et surtout est source de nombreuses dérives et de corruption.

Préparez votre voyage !

transports
  • Vol pas cher
  • Louer une voiture
  • Réservez un ferry
  • Location de moto
  • Taxi et VTC
hebergement
  • Tourisme responsable
  • Réservez un hôtel
  • Location de vacances
  • Votre logement Airbnb
  • Trouvez votre camping
Séjours
  • Voyagez sur mesure
Sur place
  • Assurance voyage
  • Activités Funbooker
  • Réservez une table
  • Trouvez une activité

Adresses Futées des États-Unis

Avis
Jeu concours

Les jeux concours du moment

Remportez un séjour d'exception pour 2 personnes en Corse !

Un séjour de 4 nuits et 5 jours pour 2 personnes en Corse avec l'Agence du Tourisme de la Corse.