Guide de Martinique : Arts et culture

SPORTIVEMENT VOTRE

Destination kitesurf

Martinique cata Raid

Matinik

Caribbean canival

Le Carnaval

A peine les rois mages repartis, arrive avec fracas un nouveau souverain. Introduit aux Antilles par les colons, il se prépare en grand secret depuis des mois pour un véritable coup d'éclat ! Impunément et dans une liesse générale, le grand Vaval, porté aux nues par la rue, déclare ouvertes les festivités.

Car sans conteste, le carnaval en Martinique reste la plus grande fête de l'année. Et s'il n'est pas encore célèbre comme celui de Rio, il n'a rien à lui envier... Il commence le dimanche qui suit l'Epiphanie et se termine le mercredi des Cendres. Les jours et les nuits se succèdent dans la frénésie et la joie. Jamais on ne voit autant de costumes dans les boutiques spécialisées : du romantique au moderne, du sexy au naïf, les parures resplendiront le temps d'une sortie. Chacun donne libre cours à son imagination à travers de chatoyants déguisements, jouant son rôle un peu mieux chaque jour et assurant sa propre mise en scène. Sous le masque, on libère son envie d'être ensemble, on assouvit ses fantasmes sans trop s'impliquer. Cette rencontre de masques s'opère dans le cadre d'une intrigue de sueurs froides et de fièvres brûlantes. Un an d'attente, un trimestre de préparatifs, un mois d'élections de Miss Carnaval dans la plupart des communes, une semaine de fête pour cinq jours de liesse populaire. Pendant le carnaval, personne ne travaille ; les trois jours les plus importants ont chacun une couleur dominante que l'on retrouve dans les déguisements de la population (la journée rouge pour le diable, la journée noire et blanche pour l'enterrement de Sa Majesté Vaval, la journée blanche...). Le roi de la fête s'appelle donc Vaval, un personnage qui incarne le débordement et la fête et que l'on brûle à la fin des célébrations. Chaque année, à partir de la mi-janvier et durant tout le carnaval, on diffuse le tube qui bat tous les records d'audience à la radio et à la télévision : il s'agit généralement d'une chanson célèbre dont les paroles sont détournées, avec des connotations sexuelles...

Artisanat
<p>Poupees Traditionnelles Antillaises</p>

Poupees Traditionnelles Antillaises

Si l'expression la plus aboutie des spécialités martiniquaises reste le rhum, il ne faut pas oublier la place importante occupée par la vannerie. Sur les hauteurs de Sainte-Marie, le village de Morne-des-Esses est depuis des générations, le lieu où se transmet de père en fils l'art de tresser les fibres - le cachibou aux tonalités blanches et l'aroma de couleur brune - un savoir-faire qui remonte aux premiers habitants de l'île, les Indiens caraïbes. On pourra ainsi ramener en souvenir des bakoua, chapeaux traditionnels aux larges bords, des sets de tables, des boîtes et même des bijoux. Pour trouver des objets en bambou, des sculptures sur bois, de la poterie ou des poupées créoles, rendez-vous au Village de la Poterie aux Trois-Ilets, à la Paille Caraïbe - atelier de vannerie -, au Morne des Esses à Sainte Marie ou encore au marché artisanal de la Savane ou au Grand Marché à Fort de France.

Médias locaux

Presse. La presse métropolitaine est en vente dans les kiosques, les grandes surfaces et la chaîne Librairie Antillaise, avec environ un jour de décalage. Attention ! Les prix peuvent être majorés de quelques centimes d'euros selon l'éditeur. Le groupe France-Antilles bénéficie du monopole au niveau de la presse quotidienne avec le fameux quotidien qui a été relooké. Le groupe édite par ailleurs deux magazines TV, un distribué gratuitement le samedi avec le quotidien (France Antilles Magazine) et un autre vendu (TV Magazine). Le magazine féminin Créola est distribué gratuitement avec le journal le premier jeudi de chaque mois. La presse écrite antillaise s'étant beaucoup développée ces dernières années, de l'économie en passant par les magazines d'agrément, il est aisé de trouver en kiosque de quoi se divertir. Enfin, plusieurs guides de poche sont régulièrement distribués gratuitement dans les offices de tourisme et dans une grande partie des établissements touristiques.

Télévision et radio. La télévision par câble permet de capter toutes les chaînes nationales françaises, plus un grand nombre de chaînes internationales. L'écoute de la radio reste plus que jamais d'actualité dans la vie quotidienne des Martiniquais qui suivent avec passion le sport, l'actualité politique et les émissions musicales qui rendent largement hommage aux mélodies zouk. Anecdote curieuse : nécrologies et prières se glissent dans les émissions plusieurs fois par jour (France Inter 95,8 MHz FM).

Musique

On ne peut pas dissocier la vie antillaise et la musique. Elle est omniprésente dans la vie de tous les jours : que ce soit dans un bus, au supermarché, sur la plage, " La musique est notre médicament ", comme le chantait le célèbre groupe Kassav à ses débuts. Et elle a fait un sacré bout de chemin cette musique antillaise...

Si nos grands-parents dansaient sur des airs de biguine ou de mazurka, les rythmes ont bien évolué depuis cette époque ! Le zouk est toujours prédominant, mais de nouveaux courants font leur apparition, symbolisant la nouvelle génération. Une chose est sûre, la production musicale est impressionnante si on la mesure à la population ! A l'approche des grandes vacances, les radios locales voient fleurir grand nombre de nouveaux albums. Certains artistes arrivent à s'exporter avec succès en métropole ou ailleurs, tandis que d'autres ne dépassent pas les frontières de la Martinique ! Profitez de votre séjour pour découvrir les courants de cette musique antillaise. Ramenez dans vos bagages quelques CD de vos artistes préférés, cela vous réchauffera le coeur lors de vos tristes journées d'hiver ! Rien de tel qu'un bon zouk endiablé pour passer l'aspirateur le dimanche matin tout en gardant sa bonne humeur !

Une longue tradition musicale

Connaissez-vous la mazurka créole, cette danse où le cavalier enlace sa partenaire au plus près du corps ? Henri Guédon, percussionniste martiniquais, assure que le mot " zouk " fait référence à des lieux de danse réservés aux plus pauvres. Mais, à l'origine, le terme " zouk " viendrait de " mazouk ", une danse polonaise rythmée à trois temps ! Même si cette danse demeure un art ancestral, nombre d'entre nous se déhanchent assurément sur ses airs éclatants.

Le zouk est une musique tropicale spécifique et voit le jour au début des années 1980. Cette musique naît à travers la biguine et le rythme des carnavals (Mas a Sinjan, masque de Saint-Jean). Ces deux genres musicaux traditionnels s'harmonisent à l'aide de percussions, de flûtes de bambou, d'accordéons ou de maracas... Aux Antilles, les animations musicales et les festivités restent fortement liées. La biguine, danse martiniquaise plutôt traditionnelle formée par un admirable mélange bèlè - polka, est influencée par le jazz américain des années 1970. Les ressortissants haïtiens en Martinique ont alors créé le Kadans, alliance de différentes influences culturelles et folkloriques comme le Chouval Bwa martiniquais ou le Gwoka guadeloupéen.

Grâce aux différentes manifestations culturelles, le zouk, symbole identitaire collectif, est reconnu depuis plusieurs dizaines d'années et connaît une évolution musicale et mélodique constante : simplification rythmique du zouk love (attribuée à une influence africaine du Cap Vert) jusqu'au Soulzouk moderne, un zouk brésilien qui s'accommode de différents genres comme le rap ; hanches, tête, jambes, épaules et bras doivent s'articuler simultanément sur le rythme, pas facile ! Ainsi, le calypso (musique de carnaval à deux temps) ou le bèlè (caractérisé par une rythmique spécifique), importés par les esclaves africains, trouvent leurs origines à travers les traditions antillaises. Hier importée - dans les anciennes colonies, comme le kadans haïtien -, aujourd'hui manifeste, la musique zouk constitue indéniablement un important facteur d'animations, de bien-être et de divertissements.

Finalement, le compas, musique populaire d'origine haïtienne (véritable bébé du légendaire saxophoniste haïtien Nemours Jean-Baptiste), le zouk, ou le raggamuffin issu de la Jamaïque, ont bouleversé à travers le temps la jeunesse et la société antillaises.

Le zouk

Finalement, l'origine du mot " zouk " reste aujourd'hui incertaine. Cependant, la musique zouk ne doit pas être dissociée du groupe légendaire Kassav'. Un beau jour de 1979, Pierre Édouard Décimus, musicien dans un orchestre en vogue, les Vikings de la Guadeloupe, et Freddy Marshall discernent leur amour pour la musique antillaise. Les deux hommes décident de s'adonner à leur passion pendant les carnavals, sur des airs de biguine et de compas haïtien. La rencontre des deux compères avec le guitariste Jacob Desvarieux et l'arrivée de Georges Décimus constituent la naissance d'une aventure merveilleuse : le groupe Kassav'. Au début des années 1980, le groupe connaît un nouvel essor avec une équipe talentueuse, Jocelyne Béroard, Jean-Philippe Marthély, Patrick St Eloi et Jean-Claude Naimro. Ces artistes transforment, en définitive, le style musical traditionnel en une musique plus moderne et chaleureuse ; une musique mondialement reconnue grâce aux albums vendus par millions... Et puis vient la naissance du zouk love. Le tempo est modifié afin de laisser la piste libre aux jeunes amoureux, un slow romantique à la façon antillaise. Outre Atlantique, la musique se démocratise tout comme les danseurs, et les styles évoluent. Ainsi, Jean-Michel Rotin calque un zouk traditionnel sur le rap US. Une tendance appréciée, reconnue et, somme toute, copiée par de nombreux artistes des années 1990. Aujourd'hui, la jeunesse s'identifie à travers un engouement incontestable du ragga et du zouk. Néanmoins, les grands-parents adorent inlassablement les soirées rétro où le raggamuffin laisse place au zouk d'antan.

Incontestablement, le zouk est maintenant une référence musicale - incontournable - aux Antilles et dans le monde. Les musiciens passionnés ont, en définitive, réussi à mélanger différents styles musicaux tout en gardant en tête le plus important : lors des différentes réjouissances aux Antilles, vous entendrez : " on va zouker ! "

Préparez votre voyage !

transports
  • Vol pas cher
  • Louer une voiture
  • Réservez un ferry
  • Location de moto
  • Taxi et VTC
hebergement
  • Tourisme responsable
  • Echange de logement
  • Réservez un hôtel
  • Location de vacances
  • Trouvez votre camping
Séjours
  • Voyagez sur mesure
Sur place
  • Assurance voyage
  • Activités Funbooker
  • Réservez une table
  • Trouvez une activité

Adresses Futées de Martinique

Avis
Jeu concours

Les jeux concours du moment

Remportez un week-end de ski dans les 3 Vallées pour 2 personnes !

Un séjour d'hiver dans le Domaine des 3 Vallées avec l'Office du Tourisme de Brides-les-Bains