Guide de SÉVILLE : Séville en 30 mots-clés

Alcázar

Emblème de la ville, les Reales Alcázares sont un ensemble imposant comprenant un palais fortifié dont la construction a débuté sous l'impulsion des Almohades. Ces derniers sont d'ailleurs aussi à l'origine de la Giralda, ancien minaret de la Grande Mosquée de Séville. C'est Pierre Le Cruel qui, s'inspirant de l'Alhambra de Grenade, demanda à des architectes et des ouvriers mudéjars d'achever l'édification des Reales Alcázares. Cet ensemble royal est aujourd'hui inscrit au patrimoine mondial par l'Unesco.

Azulejos

Ce sont des carreaux de céramique émaillés. Ils ornent les façades, les dallages, les contours de fenêtres ou les murs des églises. A Séville, et particulièrement dans le quartier populaire de Triana où ils sont fabriqués, les azulejos sont partout : au restaurant, dans les rues, les hôtels, les patios, les jardins publics... Le terme proviendrait directement de l'arabe azulaj signifiant " petite pierre ". Ce sont les Maures qui ont introduit, à partir du XIe siècle, cette technique de vernissage de la matière et qui ont les premiers représenté des motifs végétaux ou géométriques.

Bacalao

Le bacalao, c'est la morue ; elle est souvent au menu dans les bars à tapas : tortilla de bacalao, croquetas de bacalao... Mais ce mot désigne aussi une musique techno commerciale dont la machina est l'une des composantes et qui connaît un franc succès en Espagne depuis les années 80. Dans la région, vous l'entendrez, dans bon nombre de pubs ou de discothèques avec ses sons stridents, ses rythmes électroniques cheap et ses slogans au ras des pâquerettes, scandés en espagnol ou en anglais. Vous ne pourrez pas y échapper.

Botellón

Pratique typiquement espagnole, le botellón, mot dérivant de botella et signifiant " grande bouteille ", consiste en un grand rassemblement nocturne de jeunes dans la rue, les parcs, sur la plage ou la voie publique, le plus souvent en fin de semaine. Le but est de boire de l'alcool en passant du bon temps entre amis. Pour minimiser les dépenses, les jeunes, entre 18 et 30 ans, achètent à l'avance bière, sangria, vodka, whisky ainsi que des mélanges, comme le tinto de verano, vin rouge et soda, ou le calimocho, Coca-Cola® et vin rouge. Ensuite, vers 2h du matin, les troupes, euphoriques, se dirigent vers les bars et les discothèques pour faire la fête jusqu'au petit matin. Seulement, ce phénomène d'alcoolisation collective n'est pas du goût des autorités qui en dénoncent les dégâts, ceux dus à l'alcool mais aussi les déchets laissés sur la voie publique et le tapage nocturne mécontentant de plus en plus les riverains. Officiellement interdite, cette pratique s'est pourtant répandue à Séville. Et à partir du jeudi soir, deux places sont particulièrement concernées : la Plaza del Salvador et celle d'Alameda de Hércules.

Calèche
Des visites en calèche de la ville se font depuis la Plaza de España.
Des visites en calèche de la ville se font depuis la Plaza de España.

A défaut d'être utilisée par les habitants pour se déplacer au quotidien, la calèche est un moyen de transport apprécié par les touristes pour sillonner la ville. La balade dure un peu moins d'une heure et vous mènera à la découverte de sites incontournables comme l'Alcazar, le parc Maria Luisa, la plaza de España, la cathédrale et l'avenue de la Constitución... Rendez-vous au pied de la Giralda où vous attendent les cochers et leur attelage. Le prix est fixe, il faut compter 45 € pour un tour en calèche (5 personnes maximum).

Carmen

C'est à Séville, au XIXe siècle, que la Carmen dont s'inspira Bizet connut son tragique destin. Cet opéra conte l'histoire d'une bohémienne andalouse, fantasque et passionnée, qui vit sans contraintes et entraîne avec elle un brigadier, qu'elle abandonnera pour un torero. C'est l'un des opéras français les plus joués au monde. Très récemment, la municipalité a mis en place un nouveau projet intitulé " Sevilla, ciudad de Ópera ", " Séville, ville de l'Opéra ", afin de faire découvrir aux visiteurs les lieux ayant inspiré les plus grands compositeurs : Cervantes, Franco Alfano, Beaumarchais....

Casa de Contratación

La Real Casa de Contratación de Indias fut une administration coloniale royale espagnole, créée à Séville le 20 janvier 1503, durant la colonisation espagnole en Amérique. Elle contrôlait tout le commerce des Indes espagnoles. Cet établissement est transféré à Cadix en 1717, alors que le port fluvial de Séville était pratiquement envasé par les sédiments, puis l'institution est supprimée en 1790 lorsque l'économie coloniale espagnole se libéralise. Aujourd'hui, la Casa de Contratación, située en face de la cathédrale, a été remplacée par los Archivios de las Indias, les Archives des Indes, bâtiment ouvert au public et également classé au patrimoine de l'humanité.

Castagnettes

Les castagnettes, castañuelas en espagnol, sont un instrument de musique, typique des folklores espagnol, portugais et italien, que l'on tient dans une main et que l'on fait claquer. Elles ont été introduites au XVIIe siècle pour accompagner le fandango, une danse à l'époque interdite par l'Eglise. A Séville, elles sont associées au flamenco, danse traditionnelle très populaire.

Christophe Colomb

C'est à Séville, dit-on, que Christophe Colomb, fuyant le Portugal avec son fils Diego, rencontra le prieur du monastère de la Rábida, qui le présenta ensuite à la reine Isabelle de Castille. Après des années d'argumentations et de discussions, il obtint le financement qui lui permettra de découvrir le Nouveau Monde. Pour son troisième voyage, Christophe Colomb embarqua au large de Sanlúcar de Barrameda, dans la province de Cadix. Par ailleurs, avant d'être transféré à Saint-Domingue en 1541, le corps du célèbre navigateur reposait à Séville dans le monastère de la Cartuja, devenu un Centre d'art contemporain.

Corrida

Née comme un sport au Moyen Age, la corrida est aujourd'hui considérée comme un spectacle ou même un art pour bon nombre d'aficionados. L'Espagne, et plus particulièrement l'Andalousie, véhicule l'image de la corrida : c'est à Ronda, province de Málaga, qu'ont été fixées les règles de la tauromachie moderne. Si beaucoup s'insurgent contre cette tradition, nombreux sont encore ses adeptes. Il s'agit du spectacle national le plus important après le football. Au même titre que les chanteurs ou les acteurs, les toreros sont de véritables vedettes. La saison taurine débute le dernier jour de la Semaine sainte et se clôture le 12 octobre, jour de la fête de la Vierge du Pilar. La saison compte 19 corridas, 2 corridas de rejones (taureau combattu par un cavalier) et 8 novilladas (corrida opposant de jeunes taureaux à de jeunes toréros) avec picadors. Dans les arènes de la plaza de Toros le public vocifère des " ¡ Olé ! " ; le spectacle est garanti.

Duende (el)

C'est un lutin, un esprit follet... Mais c'est aussi une sorte d'état de grâce pour l'émetteur, chanteur, danseur, musicien... et quelque chose qui peut s'apparenter à la transe pour le récepteur (le public). Ce mot traduit la magie du flamenco, il ne s'explique pas plus que cela, il se vit, se ressent.

Éventail

L'abanico, comprenez " éventail ", n'est pas seulement un cadeau typique que vous rapporterez de votre séjour, c'est avant tout l'accessoire indispensable des Sévillanes de tout âge. Elles seules connaissent l'art de le manier avec dextérité. A Séville, l'éventail est partout dès l'apparition du printemps ; ce n'est pas un luxe quand les températures dépassent les 30° C. Il en existe de toutes sortes, de toutes les couleurs, en bois, en ivoire, en plastique et à tous les prix. Comptez à partir de 4,50 € pour un éventail vendu dans la rue par les vendeurs ambulants ; les plus chers, en dentelles fines, peuvent atteindre des sommes faramineuses.

Feria de Abril

Avec la Semaine sainte, c'est incontestablement l'événement annuel le plus festif de la ville. Les origines de la Feria remonteraient à 1846. La fête se déroule dehors, dans les rues, mais aussi dans les casetas, ces petites maisons ou loges publiques ou appartenant à des confréries. Les Sévillans s'y retrouvent pour manger des tapas et boire de la manzanilla, un vin typique, du fino, un vin doux, ou la boisson vedette : le rebujito, mélange de vin doux et de limonade. L'après-midi, place aux défilés de chevaux avec les cavaliers vêtus du vêtement des travailleurs andalous, le traje corto). Sans oublier les corridas sans lesquelles la Feria ne serait pas vraiment ce qu'elle est. Une fête emblématique, véritable rassemblement de couleurs, de danses, sevillanas et seguidillas, et de joies simples.

Flamenco

Le flamenco, qui est à la fois un genre musical et une danse, est né en Andalousie. Il est issu des diverses cultures qui s'épanouirent en Espagne au fil des siècles. Le chant flamenco, cante flamenco, se serait manifesté dès le XVIIIe siècle dans le quartier populaire et gitan de Triana, ainsi qu'à Cadix et Jerez. Sont ensuite apparues les palmas, claquements de mains, la danse, el baile, et la guitare flamenca, toque. Le flamenco est indéniablement perçu comme le symbole du folklore sévillan. D'ailleurs, la ville organise tous les deux ans une manifestation de renommée internationale : la Biennale du flamenco ; l'occasion de découvrir cette expression pure et puissante de l'âme andalouse. Pendant plus d'un mois, les meilleurs artistes flamenco se retrouvent à Séville pour faire vivre au public des moments inoubliables.

Giralda

Symbole architectural de Séville, l'ancien minaret de la Grande Mosquée almohade datant du XIIe siècle est devenu au moment de la reconquête le clocher de la cathédrale de Séville. Suite à un tremblement de terre, la Giralda fut transformée au XVe siècle. S'élevant à plus de 98 m, elle ne compte pas moins de 25 cloches. Son giraldillo, petite girouette, pèserait environ 1 300 kg, mais étant creux, il virevolte à chaque coup de vent. Du haut des 34 paliers, le panorama est magnifique. Sachez qu'il n'y a pas d'escaliers ; ce qui, à l'époque, permettait aux chevaux d'y monter.

Gitans

L'Espagne du Sud compte environ 300 000 gitans. La plupart vivent dans les zones périphériques des agglomérations. En Andalousie, certains d'entre eux habitent dans des grottes (souvent sans eau ni électricité) aux abords de Grenade ou d'Almería. Près de grands sites touristiques - l'Alhambra ou la cathédrale de Séville -, vous croiserez souvent des femmes de cette communauté qui tenteront de vous vendre une branche de romarin en guise de porte-bonheur. Triana a longtemps été le quartier gitan de Séville. Ces derniers ont été expulsés vers les banlieues dans les années 1970, sous la pression du développement immobilier. Selon les statistiques, plus de 70 % des adultes gitans sont analphabètes, avec un pourcentage de chômeurs équivalent, et seulement trois enfants sur dix sont scolarisés. Aujourd'hui, des programmes sociaux sont mis en oeuvre pour favoriser la scolarisation des enfants, mais les autorités se heurtent à la difficile évolution des moeurs de la population sévillane.

Guadalquivir

Traversant la capitale andalouse du nord au sud, le Guadalquivir est à Séville ce que le Danube est à Budapest. Puissant et long de 579 km, il donne à la ville cette force tranquille. Il est agréable de se balader sur ses rives ou de voguer sur son cours en bateau ou en canoë. La plaine du Guadalquivir est la plus vaste de toute la péninsule et c'est à elle que l'on doit le développement agricole alentour.

Loto

Les Sévillans, mais aussi les Andalous et même les Espagnols en général, sont très friands de jeux de hasard. L'Espagne est d'ailleurs un des pays où l'on joue, et où l'on gagne, le plus d'argent au monde. Pratiquement tous les cafés disposent d'une machine à sous et partout dans la rue, des vendeurs proposent des tickets de loto aux passants. Si les jeux sont un commerce très juteux pour l'Etat, ils permettent aussi, via l'ONCE (Organisation Nationale des Aveugles Espagnols), de financer des programmes d'aide aux personnes handicapées. Chaque année, la moitié de la population tente sa chance à la loterie nationale de Noël (El Gordo ou " gros lot ") ; la plus importante au monde en termes de gains versés.

Mañana, mañana !

¡ Mañana, mañana ! ", comprenez " Demain, demain ! ". " Pourquoi ne pas remettre au lendemain ce que l'on peut faire le jour même " : un adage qui conviendrait parfaitement à l'Andalousie. Ici c'est clair, on prend le temps de vivre. Ne vous attendez pas à voir des gens pressés courir dans la rue, il est presque d'usage d'arriver en retard à un rendez-vous. Point de stress.

Marcha (la)

Ir de marcha pourrait se traduire par " aller faire la fête ". Les Andalous font la fiesta de bars en pubs, de pubs en discothèques, de discothèques en afters, d'afters en bars, de bars en pubs, etc. En haute saison et le week-end, la fête bat son plein 24h/24. Les bars sont bondés, tout comme les terrasses d'été, terrazas de verano, les chapiteaux ou grandes tentes, carpas, les places et les discothèques en plein air. Musique, alcool, tapas et bonne humeur ; à Séville toutes les conditions sont réunies pour s'amuser quand on va faire la fête.

Marchés

Pour savoir ce que Séville a dans le ventre, rien de tel qu'une balade dans les allées de ses marchés : fruits et légumes de saison, poisson, viande et produits frais abondent, la vie bat son plein. Au marché couvert de Triana, fruits et légumes se vendent et se dégustent ; le dimanche matin, l'odeur alléchante des produits de la calle de Torneo attirent les habitants ; à la Feria, toutes les générations déambulent pour acheter fleurs, poissons frais et produits du terroir. Allez faire un tour à celui d'El Arenal, un peu plus calme ou bien au tout nouveau de la Encarnación sous les parasols... Lieu incontournable, le marché offre aussi l'occasion de faire des découvertes parfois déroutantes, comme la queue de taureau par exemple.

Olive (huile d')

Arbre millénaire, l'olivier a été introduit en Espagne au XVIIe siècle par les Arabes. Première région productrice d'olives au monde, l'Andalousie couvre 85 % de la production nationale d'huile d'olive.

Les principales provinces qui en produisent sont : Jaén, Cordoue, Séville, Málaga et Grenade. Aujourd'hui, on estime à environ 165 millions le nombre d'oliviers dans la région.
Parmi les variétés d'huiles, les plus répandues sont la Picual, mais aussi la Hojiblanca, la Picudo, l'arbequine, la Lechin de Sevilla, la Royal de Cazorla et la Verdial de Velez-Málaga. Sachez que la plupart des plats espagnols sont cuisinés avec cette huile ou en contiennent.

Pipas

Les pipas, ce sont des graines de tournesol ; ici les oiseaux et les Espagnols en raffolent. De nombreuses boutiques spécialisées - notamment les confiterías - vendent, souvent au poids, petites graines (courges, maïs, pistaches, etc.) et fruits secs. On craque l'écorce salée des pipas entre les dents (certains la mangent) et on savoure la graine. Au cinéma, au même titre que le pop-corn, les pipas sont très appréciées par les spectateurs (à en juger au parterre d'écorces). En revanche, dans le bus, la consommation de pipas est interdite, une signalétique se charge d'ailleurs de le rappeler aux voyageurs.

Ponts
Pont de la Barqueta.
Pont de la Barqueta.

Séville est traversée du nord au sud par deux cours d'eau : le Guadalquivir, qui contourne la ville par l'ouest, et sa darse, également appelée canal Alphonse XIII, qui la traverse du nord au sud. Il a fallu attendre l'Exposition universelle de 1992 pour que la darse soit de nouveau partiellement ouverte vers le nord. De nombreux ponts traversent ces deux cours d'eau, même si Séville s'est tardivement autorisé à enjamber le Guadalquivir ; le tout premier pont est celui de Triana, (ou Puente Isabel II) qui ne date que de 1852 (les travaux auraient commencé en 1845). Le pont de l'Alamillo, de l'architecte Santiago Calatrava, est le premier si l'on arrive par le nord de la ville ; le second est celui de la Barqueta. S'élevant à 142 m de haut, le mât de l'Alamillo est le plus haut point de la ville. Celui de la Barqueta, qui mesure 168 m de long et 214 m de haut, a été construit par Juan Jose Arenas y Marcos Pantalon spécialement pour l'Expo.

Raisin

Le raisin, uvas en espagnol, joue un rôle très particulier en Espagne. Le soir du 31 décembre, un grain de raisin doit être avalé aux douze coups de minuit afin que l'année à venir se déroule sous les meilleurs auspices. Petits et grands pratiquent cette tradition, alors si vous êtes en Andalousie le soir du 31, vous savez ce qu'il vous reste à faire...

Semaine sainte

La Semaine Sainte, Semana Santa, est la célébration religieuse la plus importante de la ville, et l'une des plus célèbres d'Espagne. Elle commence le dimanche des Rameaux et s'achève une semaine plus tard, le dimanche de Pâques, pour la commémoration de la résurrection du Christ. Durant ces huit jours dédiés à la passion du Christ, 60 confréries (Hermandades et Cofradías) sortent en procession pour se rendre à la cathédrale. Tout comme la Feria d'avril, qu'elle précède de quelques semaines, elle rythme le quotidien des Sévillans : de grands chars, fleuris et décorés de représentations de la passion, images ou statues, défilent à travers la ville, suivis par une foule de pénitents. La journée, les fidèles vont se recueillir, prier à l'église ; le soir, la fête bat son plein dans les bars et les tavernes.

Sieste

A Séville, comme dans le reste de l'Espagne, le rythme de vie est décalé par rapport au nôtre et les repas se prennent beaucoup plus tard qu'en France. Ainsi le déjeuner se termine vers 14h ou 15h et l'après-midi ne commence qu'à 17h, après la " sacro-sainte " sieste ! Attention donc aux horaires d'ouverture des magasins qui ne rouvrent souvent qu'à partir de 16h30 ou 17h. Croyez-en notre expérience, vous devriez vite vous habituer à ce rythme de vie...

Tabac

Depuis 2011, L'Espagne applique la même législation sur le tabac que dans les autres pays européens, après une période de transition de trois ans. On ne peut donc pas fumer dans les hôtels, les restaurants et les lieux publics. Mais cela reste encore permis dans les jardins ou les terrasses.

Tapas

Les tapas sont des amuse-gueule typiquement espagnols : charcuteries, fromages, olives, fritures... Souvent au pluriel, le mot tapas fait référence à plusieurs petits plats généralement servis en petites portions et accompagnés d'un verre de vin, vino, ou de bière, cerveza. Selon l'heure et l'appétit, on peut commander une tapa, une demi-portion, una media ración, ou une portion complète, una ración. Diverses et variées, les tapas sont une représentation miniature des spécialités gastronomiques régionales. A Séville, les gens se retrouvent dans des bars ou des restaurants pour déguster, souvent debout autour d'une table haute ou d'une barrique, des tapas typiques : jambon serrano, salmorejo, gazpacho, queso viejo (vieux fromage).

Tinto de verano

Le tinto de verano, littéralement " vin rouge d'été ", est une boisson fraîche alcoolisée d'origine espagnole, très appréciée dans la région. C'est un mélange à base de vin doux et fruité, souvent peu onéreux, et de limonade servie soit nature soit au goût citron, au choix avec des glaçons. Il est certain que pour les Français, grands amateurs de vin, cela peut surprendre... Mais il serait tout de même dommage de ne pas y goûter. Comme son nom l'indique, cette boisson se boit surtout l'été au moment des fortes chaleurs ; les Sévillans en raffolent et les touristes y deviennent vite accros.

Faire / Ne pas faire

En Andalousie, comme ailleurs, il y a certains codes, certaines règles à respecter :

Au restaurant : en Espagne, on commande souvent des raciones, des assiettes de spécialités nationales ou locales, que l'on partage avec ses convives. Il peut donc être malvenu de commander son propre plat et de le déguster seul, sans le partager avec ses convives. Si vos amis commandent una ración, il s'agit souvent d'un plat à partager, tandis que s'ils commandent un plato, c'est une assiette individuelle. Avec ces deux mots en tête, vous éviterez bien des gaffes.

La bise : la spontanéité avec laquelle les Espagnols font la bise peut paraître surprenante. Même lors d'un rendez-vous professionnel, votre interlocuteur peut vous tendre la joue et non la main ! Et en partant, si tout s'est bien passé, attendez-vous même à une accolade.

Conduite : soyez vigilant sur les routes et autoroutes andalouses et méfiez-vous des conducteurs impulsifs. Pendant les vacances et aux retours des week-ends, des accidents sont souvent provoqués par les domingueros (conducteurs du dimanche). D'autre part, en périphérie de la ville, les embouteillages sont fréquents le matin ou le soir, aux heures de pointe.

Discrétion : gardez votre avis sur la politique espagnole. Inutile de froisser les gens ou de juger leurs convictions politiques. Autre chose, évitez les commentaires chauvins ; étant, eux aussi, très patriotes, les Espagnols pourraient se vexer.

Retard : en Andalousie, être en retard n'est pas considéré comme un manque de politesse, c'est une manière de vivre, tranquillement. Sachez que les Andalous ne sont pas pointilleux sur les horaires, inutile donc de remettre les pendules à l'heure !

Savoir-vivre : l'Espagnol est d'une nature généreuse et cordiale. Une invitation au restaurant n'insinue pas " chacun paye sa part " : c'est une marque de sympathie de la part de celui qui invite.

Vie nocturne : les Espagnols aiment faire la fête... jusqu'au bout de la nuit. Evitez le discours : " Il est tard, il est 3h ", car les soirées s'achèvent souvent au petit matin.

Tutoiement : Ne soyez pas étonné de la facilité avec laquelle les Andalous utilisent le tutoiement. L'usage du " vous " de politesse (usted) est ici très peu répandu. Mais s'il est rare de vouvoyer quelqu'un de son âge ou de plus jeune, il convient en revanche de vouvoyer les personnes plus âgées. La langue espagnole autorise une plus grande liberté de ton et moins de formalisme que le français. Le tutoiement est ici la preuve que les rapports humains sont plus directs et moins formels qu'ailleurs.

Préparez votre voyage !

transports
  • Louer une voiture
  • Réservez un train
  • Réserver un ferry
hebergement
  • Réservez un hôtel
  • Location de vacances
  • Votre logement Airbnb
  • Trouvez votre camping
Séjours
  • Voyagez sur mesure
  • Week-ends en France
Sur place
  • Réservez une table
  • Trouvez une activité
  • Expériences & Boxs

Adresses Futées de SÉVILLE

Avis
Jeu concours

Les jeux concours du moment

Remportez un week-end de prestige pour 2 personnes au Château de la Dauphine !

Une escapade romantique en Gironde, au Château de la Dauphine .