Guide de BRUXELLES - BRUSSEL : Histoire

Même si certains historiens font remonter l'origine de Bruxelles au temps des Celtes, ce qui deviendra son nom apparaît pour la première fois dans un document du Xe siècle, pour évoquer un événement remontant à 695. Cette année-là, saint Vincicien, évêque de Cambrai et d'Arras, se fait transporter mourant de Brosella, un petit village dans les marais, près de la rivière Zinne (Senne), à l'abbaye du Mont Saint-Eloi. En 966, c'est le terme " Bruocsella " qui apparaît dans un document de l'empereur du Saint Empire romain germanique Otton Ier. Ce nom viendrait des mots celte bruoc (marais) et latin sella (habitation).

En 977, Charles de France reçoit en fief d'Otton II le duché de Basse-Lotharingie. Il fait construire sa demeure fortifiée (castrum) sur l'une des îles de la vallée de la Senne. L'agglomération va se développer, elle est dotée d'un embarcadère, d'une place de marché et de plusieurs églises ou chapelles (Saint-Géry, Saint-Michel, Saint-Jacques). Bruxelles est née... mais la ville ne prend vraiment son essor qu'aux XIe et XIIe siècles. Elle s'étend sur la rive droite de la Senne. Les comtes de Louvain, qui dominent la région et deviendront bientôt ducs de Brabant, se font bâtir sur le site du Coudenberg, occupé actuellement par la place Royale et les rues voisines, une maison et un oratoire (vers 1070). Les premiers remparts remonteraient à 1100. Au XIIe siècle, la ville profite de sa situation géographique : elle se trouve sur la route reliant Bruges, le plus grand port de la mer du Nord, à Cologne, la plus grande ville de commerce de l'Allemagne. Sa première enceinte, dont il reste quelques vestiges parmi lesquels la tour Noire, la tour Anneessens et des fragments de remparts, est largement dépassée. Une nouvelle enceinte est construite (1357-1379, elle subsista jusqu'au XIXe siècle) et, si les boulevards actuels en marquent l'étendue, la porte de Hal en est le seul témoignage encore visible.

En 1421, sous le duc Jean IV, Bruxelles se dote d'une constitution municipale, dont les bases se sont maintenues jusqu'au XVIIIe siècle. En 1430, à la mort du duc Philippe de Saint-Pol, le duché de Brabant passe à Philippe le Bon, qui en fait sa résidence. Les métiers de luxe : tapissiers, orfèvres, fabricants de cuir, y prédominent. Sous les Habsbourg et Philippe II, le siège du gouvernement central des Pays-Bas, rétabli à Malines pendant un certain temps, est définitivement transféré à Bruxelles.

En 1531, sous le règne de l'empereur Charles Quint, Bruxelles devient la capitale des Pays-Bas. Mais la gestion des gouverneurs espagnols entraîne plusieurs révoltes de la population bruxelloise, réprimées dans le sang. En 1695, lors des guerres de Louis XIV, Bruxelles est bombardée par le maréchal de Villeroi : tout le centre-ville, la Grand-Place, l'hôtel de ville et plus de 4 000 maisons sont incendiés.

En 1714, au terme de la guerre de Succession d'Espagne, les Pays-Bas espagnols passent sous contrôle de l'empereur du Saint Empire romain germanique, Charles VI. Il en confie la régence à sa soeur, Marie-Elisabeth d'Autriche. Bruxelles est autrichienne... En 1717, la ville est en ébullition face à la poigne de ceux qui la dirigent. En 1719, François Anneessens, doyen des corporations de Bruxelles, est d'ailleurs décapité pour avoir défendu les franchises de la ville contre les empiètements du gouvernement autrichien.

Bruxelles ne jouit d'un peu de repos que sous le prince Charles de Lorraine (1744-1780), beau-frère de Marie-Thérèse qui, envoyé par elle pour gouverner les Pays-Bas, veut faire de Bruxelles une capitale de style classique, en réalisant des travaux monumentaux. Devenue, sous la République française, chef-lieu du département de la Dyle, Bruxelles, de 1815 à 1830, sera alternativement avec La Haye la résidence du roi des Pays-Bas.

La révolution pour l'indépendance de la Belgique commence dans la nuit du 24 au 25 août 1830. Du 23 au 26 septembre, les Belges résistent à l'armée hollandaise, qui quitte le pays le 27 septembre ! Le roi Léopold Ier fait son entrée solennelle dans la ville, le 21 juillet 1831. Bruxelles connaît un développement considérable à la fin du XIXe siècle et au commencement du XXe, avec la création de nouveaux quartiers, le voûtement de la Senne et les percées et nivellement au coeur du vieux Bruxelles (jonction Nord-Midi). Si les structures de la ville ne souffrent pas trop de la Première Guerre mondiale - les Allemands y entrent le 20 août 1914 -, elle est bombardée dès le 10 mai 1940. Le 18, l'armée allemande l'occupe. En 1943-1944, Bruxelles subit de multiples bombardements. Elle est libérée par les Anglais le 3 septembre 1944. Mais, jusqu'en avril 1945, elle subit les terribles frappes des V2.

L'Exposition internationale et universelle de 1958 - dont il subsiste le célèbre Atomium - marquera le tournant vers la vocation internationale de Bruxelles : c'est l'arrivée de la CEE (devenue l'Union européenne), de l'Otan, en 1967, et la construction du " Caprice des Dieux " pour héberger le Parlement européen. La région de Bruxelles-Capitale sera créée le 18 juin 1989.

Aujourd'hui, alors que la ville s'enorgueillit d'être la " capitale de l'Europe ", elle est toujours au coeur de tractations communautaires entre les deux principales régions linguistiques du pays.

Préparez votre voyage !

transports
  • Louer une voiture
  • Réservez un train
  • Réserver un ferry
  • Location de moto
hebergement
  • Réservez un hôtel
  • Location de vacances
  • Votre logement Airbnb
  • Trouvez votre camping
Séjours
  • Voyagez sur mesure
Sur place
  • Réservez une table
  • Trouvez une activité
  • Expériences & Boxs

Adresses Futées de BRUXELLES - BRUSSEL

Avis
Jeu concours

Les jeux concours du moment

Gagnez 2 séjours de prestige pour 2 personnes à Pornic !

Une escapade bien méritée à Pornic avec l'Office de Tourisme Intercommunal de Pornic .

2 séjours de prestige à remporter (2 gagnants) !