A 180 km au nord-ouest d'Arusha, à mi-chemin entre les lacs Manyara et Natron, sur les contreforts du cratère de Ngorongoro, se blottit le village d'Engaruka. On y organise la visite d'un des plus vieux systèmes africains d'irrigation, d'un marché de zébu, de boma, la participation à la vie communautaire et des safaris à pied. Le lieu est loin, mais assez exceptionnel.

Blotti contre le grand escarpement sur un torrent permanent, Engaruka reste un mystère pour les archéologues contemporains. On y trouve en effet des habitations de pierre, de forme carrée, et tout un système ingénieux et gigantesque d'irrigation, avec des canaux parfois surélevés de 3 m de hauteur. Datés du XVIIe siècle, ces témoignages d'une exceptionnelle maîtrise ne sauraient être attribués, à moins qu'il s'agisse d'une exception, aux tribus nilotes, bantoues, couchites et khoisans, qui se contentaient toutes au mieux de simples constructions en bois et en boue séchée. Cette cité disparue était, par ailleurs, située trop à l'écart des routes des grandes caravanes pour que l'on puisse l'attribuer aux Arabes, d'autant que la culture des champs ne faisait pas du tout partie de leurs occupations coutumières en Afrique noire. Plusieurs hypothèses ont été avancées : Egyptiens ou Grecs venus il y a plus de 2 000 ans, Hollandais arrivés il y a plusieurs siècles, puis décimés par la maladie et exterminés par les Maasaïs, ou petit royaume africain rayonnant mais disparu, un peu comme le " Grand Zimbabwe " des Bantous shona, éteint dès le XVIe siècle. L'appauvrissement de la cité aurait pu être dû à une sécheresse exceptionnellement sévère et durable, à la disparition des arbres (acacias et mopanés) qui servaient à chauffer la pierre avant de la faire éclater en versant sur elle de l'eau froide, à l'exténuation des terres due à la surexploitation et à l'érosion, à la domination de tout le commerce par les Portugais, à une épidémie, à une guerre ou, plus probablement, à plusieurs de ces facteurs réunis. La date de l'abandon de la cité, avec ses ruelles, ses longs canaux d'irrigation soigneusement construits et tous ses champs entourés de retenues, remonte en tout cas à l'époque de l'arrivée, dans le nord-est de la Tanzanie actuelle, des Barabaigs (ou Tatogs) et des Maasaïs dont on sait qu'ils conquirent, sans forte opposition, toutes ces terres pour leurs troupeaux, repoussant plus au sud les ethnies installées depuis quelques milliers d'années. Des fragments de poterie, contenant autrefois du sorgho, ont été retrouvés et datés mais on n'a pas su les attribuer. On sait également que les mystérieux bâtisseurs élevaient du bétail, non pas de manière extensive mais dans des sortes d'étables. On suppose que si certains survécurent, ils furent dispersés et se mélangèrent aux ethnies environnantes, notamment des Wa-Arushas et des Sonjos, ces derniers étant les seuls Bantous de toute la région à connaître quelques rudiments de techniques d'irrigation, mais uniquement avec des fossés en terre et sur des surfaces bien moindres. L'analyse des découvertes effectuées lors des fouilles a montré que les habitants d'Engaruka pratiquaient une agriculture ultra-spécialisée, et donc fortement sensible aux aléas climatiques (les pluies annuelles dans la région ne dépassent pas de toute manière les 250 mm) et, dans une certaine mesure aussi, aux aléas volcaniques, puisque de nombreuses épaisseurs de cendre, sans doute en provenance du Ol Doinyo Lengai voisin, ont été retrouvées.

Adresses Futées d'ENGARUKA

Rechercher par catégorie :

Organiser son voyage à ENGARUKA

Transports
  • Vol pas cher
  • Location voiture
  • Réservez un ferry
  • Location de moto
Hébergements & séjours
  • Trouver un hôtel
  • Location de vacances
  • Location Airbnb
  • Trouvez votre camping
  • Voyage sur mesure
Services / Sur place
  • Activités Funbooker
  • Activités Airbnb
  • Réservez une table
  • Activités & visites

Photos d'ENGARUKA

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

TANZANIE

Guide TANZANIE

TANZANIE 2020/2021

14.95 €
2019-10-09
480 pages
Avis
Jeu concours

Les jeux concours du moment

Remportez un week-end bien être pour 2 personnes en Auvergne !

Profitez d'une parenthèse enchantée pour 2 personnes en Auvergne avec Aiga Resort.