Guide de DUBROVNIK : Population et langues

Population

La Croatie compte une population de 4 438 000 personnes (selon le recensement de 2001). Les estimations plus récentes maintiennent un chiffre à peu près comparable, avec cependant une tendance à diminuer : 4 105 493 habitants (2018).

La dubrovačko-neretvanska županija, soit la région administrative de Dubrovnik et ses alentours (comprenant toutes les localités traitées dans ce guide), compte 123 000 habitants, ce qui en fait la septième županija la moins peuplée du pays (sur les 21 provinces de Croatie).

Dans la ville de Dubrovnik elle-même, 43 770 résidents à l'année ont été recensés en 2001.

La population de la région de Dubrovnik est actuellement relativement homogène, en ce sens qu'elle est peuplée majoritairement par des Croates (à hauteur de 94 %).

On estime qu'une centaine de victimes croates ont péri lors du siège de Dubrovnik. La ville de Dubrovnik était peuplée, en 1991, à 83 % par des Croates, à 7 % par des Serbes et à 4 % par des Musulmans.

Une population croate déplacée puis replacée : suite à l'occupation d'un quart du territoire croate et à la guerre qui a fait rage dans le pays de 1991 à 1995, une grande partie de la population croate a été déplacée ou est venue se réfugier dans les régions plus sûres. Il a alors fallu accueillir plus de 200 000 déplacés et plusieurs centaines de milliers de réfugiés, pour la plupart originaire de Bosnie-Herzégovine et de Serbie. La guerre d'indépendance a entraîné une diminution de la population d'origine serbe dans le pays (4,45 % de la population selon le recensement de 2001, contre 12,16 % en 1991). Les principaux immigrés sont les réfugiés de Bosnie-Herzégovine d'origine croate ou bosniaque. Au plus fort de la guerre entre la Bosnie-Herzégovine et la Serbie, la Croatie a accueilli jusqu'à 800 000 réfugiés. La plupart d'entre eux étaient logés dans les hôtels de la côte dalmate. En 2009, la grande majorité des immigrés est repartie, seul un petit nombre demeure encore en Croatie. Dans la région de Dubrovnik, suite au siège orchestré par la JNA en 1991, une population de plus de 10 000 personnes a quitté les lieux (en bateau surtout), pour revenir s'installer quelques mois, voire années, plus tard.

Les Croates de Bosnie-Herzégovine : établis en Bosnie depuis le Moyen Âge, les Croates font partie intégrante de la population aux côtés des Bosniaques et des Serbes. Ils représentaient 17,3 % de la population en 1991, soit 761 000 personnes, et se trouvaient le long des vallées de la Bosna et de la Neretva. On estime aujourd'hui que leur nombre a été divisé par deux et ils sont essentiellement concentrés au sud, en Herzégovine.

La diaspora croate : de nombreux Croates vivent à l'étranger : 700 000 en Bosnie-Herzégovine, près de 40 000 en France, 350 000 en Allemagne et 1,5 million aux États-Unis. Les Croates seraient plus de 4 millions en comptant les descendants ayant quitté leur pays.

 

La question des migrants : historiquement, des filières mafieuses ont toujours fait entrer en Croatie une immigration clandestine, des personnes seules et des familles qui traversaient les Balkans depuis la Grèce pour atteindre la Slovénie puis l'Italie en direction des pays européens du Nord. Mais à l'automne-hiver 2015-2016, la crise migratoire, conséquence directe des guerres en Syrie et en Irak et des tensions au Moyen-Orient, fut sans précédent. Des milliers de réfugiés et candidats à l'exil sont arrivés en Slavonie orientale à la frontière serbo-croate. La frontière avec la Hongrie devenant plus difficile voire impossible à franchir, la route des Balkans se déplaça vers la Croatie, ne faisant que déplacer le problème humanitaire commun à l'Europe.

Langues
Langues parlées

Croate. Langue officielle de la République de Croatie, langue maternelle de 96,12 % de la population, elle regroupe trois dialectes se distinguant par la forme du pronom interrogatif " quoi ? " : kaj, što, ča. Le kajvakien est parlé au nord de Zagreb, le čakavien à l'ouest du pays, le štokavien partout ailleurs.

Serbo-croate. Contraction de deux langues similaires, comme on pourrait comparer l'anglais et l'américain, ce terme désigne uniformément la langue croate et la langue serbe. Pour de nombreux Croates, il correspond à un abus de langage. Du temps de l'ex-Yougoslavie, on utilisait quatre langues officielles, dont le serbe et le croate. Le parti communiste en place a tenté de rapprocher les deux langues majoritaires pour n'en faire qu'une seule. Partout dans l'administration, l'armée ou les médias, la langue officielle était le serbe. Les autres langues, considérées comme minoritaires, furent progressivement abandonnées. Mais chaque nation de l'ex-fédération a réussi à retrouver la spécificité de sa langue natale.

Langues étrangères. La plupart des Croates parlent au moins une langue étrangère. La première langue qu'on apprend à l'école est l'anglais. En seconde langue, les enfants peuvent choisir l'italien ou l'allemand. Généralement, au nord du pays, en Slavonie, les enfants apprennent plutôt l'allemand comme langue optionnelle alors qu'en Istrie et en Dalmatie, c'est l'italien. Le français s'apprend très peu à l'école, mais de plus en plus de jeunes s'y intéressent car il est demandé dans le secteur du tourisme en raison du nouvel afflux de touristes francophones. La présence des touristes espagnols et portugais motive nombre de Croates à se familiariser avec ces deux langues.

Une histoire de langues...

Le croate est une langue slave qui regroupe trois dialectes se distinguant par la forme du pronom interrogatif " quoi ? " : respectivement kaj, što, ča. Le kajvakien est parlé au nord de Zagreb, le čakavien à l'ouest du pays, et enfin le štokavien est utilisé partout ailleurs et constitue la langue standard.

La Dalmatie et la région de Dubrovnik ont toujours été un berceau du štokavien, langue mise à l'honneur par les grands écrivains croates ragusains, tels que Gundulić (au XVIIe siècle).

Le serbe et le croate sont deux langues similaires, leur degré de proximité s'apparente à celui qui existe entre l'anglais et l'américain mais la comparaison s'arrête là. Car il s'agit bien de deux langues distinctes, parler de serbo-croate relève de la simplification (maladroite pour les locuteurs des deux langues). Croates, Serbes et Bosniaques se comprennent parfaitement mais tous vous affirmeront qu'ils ne parlent pas la même langue. Même au temps de l'ancienne Yougoslavie, il existait quatre langues officielles au sein de la fédération dont le croate et le serbe. A cette époque, le parti communiste tenta de rapprocher les deux langues pour n'en faire qu'une seule. Partout dans l'administration, à la télé, dans l'armée, la langue officielle était le serbe, au détriment des autres langues. En se montrant persévérante, chaque nation a réussi à préserver la spécificité de sa langue.

A partir du IXe siècle jusqu'au XVe siècle, les habitants de la côte dalmate écrivaient en caractère glagolitique. L'alphabet moderne utilise les caractères latins et possède 30 lettres. Il fut inventé pour traduire les Evangiles du grec en slavon (ancienne langue religieuse slave) par saint Cyrille et saint Méthode. Cette écriture ne fut utilisée qu'en Croatie, puisque les Slaves orthodoxes rédigeaient leurs textes en alphabet cyrillique, elle resta dominante jusqu'au XVe siècle.

Il reste encore quelques mots dans le parler croate actuel de Dubrovnik issu du ragusain, un dialecte dalmate éteint au XVIe siècle, fortement italianisé. La langue officielle de la république de Dubrovnik a été l'italien de 1492 à sa chute en 1808. La noblesse parlait italien et croate, le reste de la population parlait croate.

Deux ou trois notions de croate

L'alphabet croate moderne utilise les caractères latins et possède trente lettres : a, b, c, ć, č, d, đ, dž, e, f, g, h, i, j, k, l, lj, m, n, nj, o, p, r, s, š, t, u, v, z, ž. On peut dire que le Croate écrit comme il parle ! Il prononce chaque lettre mais omet les voyelles entre les consonnes, contrairement au Français qui peut utiliser plusieurs lettres (certaines restant muettes) pour un seul son.

Abrégé de prononciation

č et ć (tch), š (ch), ž (j) et đ (dj)

c se prononce toujours ts

u se prononce toujours ou

j se prononce comme le y de yen

e se prononce même à la fin du mot

g se prononce toujours comme dans gare

h se prononce un peu comme un r provenant de la gorge et se fait toujours entendre comme dans hôtel (rotel)

r entre deux consonnes se prononce eur

Exemples

ja = ya (je)

ja sam = ya same (je suis)

ljubav = lyoubav (amour)

gospodin = gospodine (monsieur)

gospođa = gospodja (madame)

Krk = Keurk

Krka = Keurkaa

šest = cheste (six)

račun = ratchoun (l'addition)

kuća = koutcha (maison)

riža = rija (riz)

drugi = drougui (deuxième)

hvala = difficile à écrire mais ça se rapproche de rouala (merci)

Préparez votre voyage !

transports
  • Vol pas cher
  • Louer une voiture
  • Réservez un ferry
  • Location de moto
hebergement
  • Réservez un hôtel
  • Location de vacances
  • Votre logement Airbnb
  • Trouvez votre camping
Séjours
  • Voyagez sur mesure
Sur place
  • Activités Funbooker
  • Réservez une table
  • Trouvez une activité
  • Activités Airbnb

Adresses Futées de DUBROVNIK

Avis
Jeu concours

Les jeux concours du moment

Remportez un week-end bien être pour 2 personnes en Auvergne !

Profitez d'une parenthèse enchantée pour 2 personnes en Auvergne avec Aiga Resort.