Guide du SAINT-PÉTERSBOURG (САНКТ-ПЕТЕРБУРГ) : Saint-Pétersbourg en 10 mots-clés

Baroque

Associés à l'architecte italien Rastrelli, les grands maîtres de ce style font fureur au XVIIIe siècle à Saint-Pétersbourg. Rastrelli, né à Paris en 1700, arrive à Saint-Pétersbourg en 1716 avec son père, sculpteur. Durant les trente années que durent le règne d'Anna Ivanovna puis celui d'Elisabeth Ire, il marque la ville de son empreinte. Fortement inspiré du style baroque occidental, le baroque russe donne naissance à des édifices majestueux et un peu prétentieux, dotés de longues colonnades, de façades allongées peintes en bleu ou vert et surchargées de moulures, frontons et angelots dorés. Auteur des palais impériaux, Rastrelli introduit, dès 1734, le faste du rococo dans le palais d'Eté, et devient l'architecte attitré d'Elisabeth. Le palais d'Hiver, l'ensemble Smolny, l'église Saint-Nicolas-des-Marins, les palais de Peterhof et de Tsarkoïe Selo comptent parmi les chefs-d'oeuvre de cette époque. Mais l'essor de l'art baroque est aussi le fruit de la formation des boursiers envoyés par Pierre Ier en Europe. L'assimilation des modèles occidentaux a donné lieu ici à une véritable création.

Cyrillique

L'alphabet russe est un descendant en ligne directe du glagolitique, qui tire son nom du vieux mot slave " parler ". En russe moderne, le mot " glagol " désigne d'ailleurs un verbe. Cet alphabet slave est introduit dans le royaume de Grande Moravie au IXe siècle par les moines bulgares Cyrille et Méthode, pour les besoins d'évangélisation des populations balkaniques. Il est interdit par le pape et manque même de disparaître complètement au Xe siècle. Toujours est-il que vous risquez de vous trouver en Russie bien perdu devant les panneaux indicateurs et les enseignes. Proche de l'alphabet grec, l'alphabet russe est trompeur. La lettre P est en fait un " r ", la lettre Y se dit " ou ", la lettre C se prononce comme un " s ", bizarreries auxquelles il faut ajouter nombre de graphies qui ne vous diront rien du tout. Et c'est dommage parce que quelques mots pratiques sont empruntés au français (restaurant, métro, station ferroviaire, etc.). Cet alphabet comporte 33 signes dont l'apprentissage ne demande que deux ou trois heures. Ensuite, rien de plus simple pour descendre à la bonne station ou trouver un café : en russe, toutes les lettres se prononcent. Enfin, presque...

Fenêtre sur l’Europe

La construction de Saint-Pétersbourg représente un pari politique immense, car il s'agit alors de bâtir une capitale occidentale, bien différente de la capitale de la Moscovie, restée attachée aux traditions antérieures et foyer d'opposition aux réformes. Grâce à Saint-Pétersbourg, Pierre le Grand cherche à ouvrir en Russie une " fenêtre sur l'Europe ". D'où sa position sur le golfe de Finlande, menant à la mer Baltique. S'ouvrir sur l'Europe, c'est déjà prendre possession de celle-ci. La construction de Saint-Pétersbourg, en tant que forteresse militaire détentrice d'une flotte gigantesque, est le prélude à l'avancée définitive de l'Empire russe vers le Nord européen. Mais Saint-Pétersbourg doit également, dans son architecture, s'inspirer de tendances européennes. Ce raffinement vise à démontrer à ses voisins qu'elle n'est pas sauvage, un cliché dont elle peine à se débarrasser... Ainsi Pierre le Grand fait-il venir des architectes italiens et français, donnant à la ville un aspect qui n'a parfois rien de slave, si ce n'est son excès. Catherine II, qui fréquente assidûment Voltaire et Diderot, se charge ensuite d'imprégner la cour de l'esprit des Lumières. Sans parler de la mode vestimentaire européenne qui devient de bon ton. Tout comme il est recommandé de bannir la langue russe, jugé trop primaire, au profit du français ou de l'allemand...

Météo capricieuse

Saint-Pétersbourg est largement connue pour sa pluie et ses nuages lourds, mais cela ne signifie pas pour autant que les locaux sont indéfiniment privés de soleil ! La ville dispose en moyenne de 70 jours de soleil par an (pas si mal !). La météo est très variable, il n'est pas rare que de la neige fondue tombe en fin de printemps, suivie de pluie l'après midi et d'un chaud soleil le soir. Cela s'explique par la proximité de la Baltique, la grande taille plane de la région d'est en ouest, la diversité du paysage et la proximité de grandes étendues d'eau. En conséquence, il est très important de prévoir des vêtements chauds et un parapluie, même si vous effectuez votre voyage en été.

Nuits blanches

Saint-Pétersbourg est la grande métropole la plus septentrionale du monde, située sur le 60e parallèle nord, comme Oslo et Helsinki. Cette latitude engendre un phénomène particulier : de mai à début juillet, le soleil ne se couche pratiquement pas. Il ne disparaît qu'à 6 ° sous l'horizon, ce qui est tout à fait insuffisant pour assombrir le ciel. De fin juin à début juillet, les journées durent 18 heures et les nuits sont presque blanches. Les habitants de Saint-Pétersbourg ne cachent pas leur joie devant cet été enfin retrouvé, après un hiver très rude. Quand arrivent les " Nuits blanches ", la joie s'empare de la ville. Les concerts et les festivals se multiplient, les bars et les rues ne désemplissent pas. Les jeunes flânent indéfiniment sur les quais, une canette de bière à la main, attendant que les ponts de la Neva se lèvent l'un après l'autre. De manière générale, les Russes sont emplis d'allégresse dès qu'arrive la fonte des neiges, et qu'un rayon de soleil pointe son nez. On voit alors, à Saint-Pétersbourg, les membres du " club des Morzhes " se réunir en maillot de bain au pied de la forteresse Pierre-et-Paul.

Palais

Saint-Pétersbourg offre un décor de conte de fées. Les résidences des nobles et de la famille impériale se répartissent dans toute la ville, y compris dans ses environs. Ces palais (dvorets) sont le reflet de ce mode de vie passé. Ils montrent, par leur démesure, que toutes les richesses du pays se concentraient entre les mains de ces quelques élus, qui ne représentaient qu'un pour cent de la population russe ! Visiter un palais, c'est accéder à l'intimité de leur vie privée, qui semble tout à fait féerique et éloignée des réalités pratiques. Résidence d'été, résidence d'hiver, jardin d'été ou d'hiver, chambre à coucher d'apparat, grand salon, petit salon, boudoir chinois, boudoir turc, pavillon des bains, pavillon à musique... Chaque pièce, chaque édifice, ressemble à un caprice, mais ne nous en émerveille pas moins. Il y a une centaine de palais à Saint-Pétersbourg, certains se suffisent à eux-mêmes, d'autres servent d'écrin à diverses oeuvres d'art.

Perspective Nevski

L'avenue principale de Saint-Pétersbourg (souvent surnommée les Champs-Elysées pétersbourgeois) a été imaginée par Pierre Le Grand et taillée dans une forêt à partir de 1760. Entre les bords de la Neva et la gare de Moscou, elle concentre la majorité des commerces, des banques, de la vie culturelle et nocturne de la ville, et l'une des grandes activités, aussi bien pour les habitants que pour les touristes, est de l'arpenter dans les deux sens. En octobre 1918, Nevsky Prospekt (littéralement " l'avenue de la Neva ") a été rebaptisée avenue du 25-Octobre, en l'honneur du premier anniversaire de la révolution d'Octobre. Alors que l'effroyable siège de Leningrad touche à sa fin, c'est Staline qui rend l'avenue son nom d'origine le 13 janvier 1944. La Perspective Nevski est aussi le nom d'une célèbre nouvelle de Gogol.

« Piter »

Saint-Pétersbourg, Petrograd ou Leningrad, ce sera toujours " Piter " pour les habitants et les amoureux de l'ancienne capitale impériale. A moins de parler avec des étrangers, rares sont les Pétersbourgeois qui appellent leur ville par son vrai nom. Ils lui ont donné ce petit nom, " Piter ". Un mélange de fierté tranquille et d'affection jalouse enveloppe ce mot tendre qui, employé par des Russes, atteint des cimes quasi mythiques. " Ah, Piter ! " Synonyme de culture (les Moscovites sont des affairistes) et d'Europe (on n'est pas vraiment en Russie ici), cette ville à part et quasi personnifiée est l'objet de beaucoup de tendresse.

Ponts

Ils ont valu à Saint-Pétersbourg le surnom de Venise du Nord et constituent indéniablement l'un des nombreux charmes de cette ville à part, en Russie mais aussi dans le reste du monde. Simples passages de pierre au-dessus de l'eau, architectures tripodes ou longues allées richement ornées, les ponts sont l'objet des plus belles balades le long des canaux. Ceux qui relient les principales îles entre elles s'ouvrent et se ferment à heures fixes, et tout Pétersbourgeois a les horaires en tête. Se faire prendre en défaut suppose d'attendre toute la nuit, avant de pouvoir regagner son hôtel. Ce genre d'étourderie peut cependant être à l'origine de bien belles découvertes pendant les " Nuits blanches ".

Révolution

C'est à Saint-Pétersbourg que l'histoire bascule. Le 22 janvier 1905, se produit l'événement qui va consacrer le divorce entre l'Etat et le peuple. Près de 100 000 ouvriers réunis face à l'Ermitage pour protester contre leurs conditions de travail se font tirer dessus à bout portant par la troupe impériale. La révolte gronde au sein du prolétariat opprimé, qui tente une première révolution, avortée en 1905. La seconde, en février 1917, entraîne de telles manifestations qu'elle provoque l'abdication du tsar, sans que le gouvernement soit encore aux mains des bolcheviks. Durant la nuit du 6 au 7 novembre 1917, ces derniers s'emparent des principaux centres de décision de Saint-Pétersbourg, occupent en silence tous les ponts, s'assurent du ralliement de la garnison de la forteresse Pierre-et-Paul... Les ministres du gouvernement provisoire siègent pendant ce temps au palais d'Hiver. Ils n'ont pour se défendre qu'une petite troupe de 1 300 soldats, cosaques et élèves officiers. Lénine fait tirer le croiseur Aurore, annonçant l'assaut du palais. Ses partisans, aidés par 5 000 marins de Kronstadt, assiègent l'Ermitage, tirant près d'une trentaine d'obus en sa direction. Armes au poing, ils se hasardent dans les méandres du palais, débusquent les ministres, les arrêtent, et libèrent leurs soldats... C'est l'avènement du bolchevisme.

Romanov

Saint-Pétersbourg est la ville princière par excellence. Pierre le Grand, un des tout premiers tsars de la famille des Romanov, l'a créée, et tous ses successeurs y ont vécu. Se plonger dans leur histoire, c'est revivre trois siècles de querelles intestines, de passions, de grandeur et de drame. La personnalité de beaucoup d'entre eux recèle bien des mystères, et leur vie est jalonnée d'anecdotes pittoresques.

A commencer par Pierre le Grand, citons sa taille démesurée pour l'époque (2,03 m), ses crises de nerf, son alcoolisme et ses prétentions (il se déclarait professionnel dans 14 disciplines différentes, dont celle d'arracheur de dents...). Il épouse une blanchisseuse, qui devient Catherine Ire, et n'hésite pas à nommer Menchikov, un vendeur de pirojki qu'il juge sympathique, gouverneur de Saint-Pétersbourg.

Catherine II, figure emblématique de la ville à la fin du XVIIIe siècle, est une femme fatale très érudite, multipliant les amants, divisant pour mieux régner. Elle n'hésite pas à faire assassiner Orlov, son plus fidèle amant, et à emprisonner à vie son faible mari...

Faire / Ne pas faire

Voici quelques règles comportementales à adopter en société :

La vodka

Il y a des règles qui régissent la consommation modérée et immodérée de vodka. En compagnie d'hôtes ou d'amis russes, connus ou inconnus, vous risquez de vous retrouver quelque part avec le verre rempli.

La vodka se boit d'un trait, et le verre se repose vide. Tâchez de ne pas échouer. On ne vous en voudra, pas bien sûr, mais votre échec rompra la magie de l'instant et les serments scellés.

Le premier verre de vodka ne se refuse pas. Ensuite, libre à vous de continuer à boire, mais prenez garde, cette boisson est traîtresse. Avec l'habitude, "  la petite eau  " porte très bien son nom. Les Russes soutiennent qu'avaler - et c'est le mot qui convient ! - la vodka d'un trait préserve de la cuite, l'organisme ingurgitant ainsi moins d'alcool, ce qui n'a pas de preuve scientifique... Pour votre bien, n'oubliez pas de manger en buvant. Les petits zakouskis salés ou gras (pain noir avec du lard et moutarde ou hareng, par exemple) sont des accompagnements traditionnels de la vodka. Autre fait intéressant : la vodka est bue froide et en exhalation.

Préparez un petit mot pour porter un toast, car votre tour viendra forcément.

Le foyer

Il y a également quelques règles à respecter à l'intérieur de la maison  :

A votre arrivée, tendez la main à vos hôtes, hommes et femmes, mais évitez de le faire en travers de la porte. Soit vos amis vous rejoignent à l'extérieur, soit vous attendez d'être entré avant de les saluer.

Les Russes se déchaussent à l'intérieur de la maison. Ils ont toujours une paire de chaussons à la disposition de leurs invités.

Les Russes croient que si lors d'un repas en famille vous veniez à renverser par mégarde la salière, ce serait annonciateur de fâcherie à venir avec quelqu'un autour de la table. Pour conjurer le sort, il suffit de recueillir quelques grains du sel tombé sur la table et de les jeter par-dessus votre épaule gauche.

Le Voyage

Avant un départ, il est de coutume de s'assoir pour quelques minutes avant le départ de chez soi pour un long voyage.

Les applaudissements dans l'avion sont plus une tradition qu'une règle comportementale qui a pris naissance en Russie dans les années 1990. Après l'atterrissage, les passagers applaudissent généralement l'équipage, en reconnaissance d'un atterrissage réussi. Un peu kitsch et bonne ambiance !

La politique

Sujet sensible entre tous, surtout avec des étrangers qui souvent se veulent donneurs de leçons de démocratie et auxquels on répète à longueur de journaux que la Russie est une dictature. Les Russes n'apprécient pas tellement ces remarques et quoi qu'on en dise, Poutine reste très populaire. Et, comme nous, ils critiquent facilement leur pays mais n'aiment pas que des étrangers s'en chargent ! Le souvenir de feu l'URSS sera aussi un sujet sensible, à n'évoquer qu'avec des personnes dont vous connaissez bien les opinions, au risque de blesser profondément quelqu'un.

Préparez votre voyage !

transports
  • Vol pas cher
  • Louer une voiture
  • Location de moto
  • Taxi et VTC
hebergement
  • Tourisme responsable
  • Echange de logement
  • Réservez un hôtel
  • Location de vacances
  • Trouvez votre camping
Séjours
  • Voyagez sur mesure
Sur place
  • Assurance voyage
  • Réservez une table
  • Trouvez une activité

Adresses Futées du SAINT-PÉTERSBOURG (САНКТ-ПЕТЕРБУРГ)

Avis
Jeu concours

Les jeux concours du moment

Remportez un séjour dans le Calvados avec Gîtes de France !

Un bon cadeau d'une valeur de 700€ pour votre prochain séjour dans le Calvados avec Gîtes de France !