Sur une superficie de 76 020 ha, à 56 km de Fort Dauphin en direction d'Ambovombe, ce parc abrite une grande diversité d'écosystèmes : la montagne Anosyenne arrêtant en effet les pluies sur son versant est, on se retrouve à la frontière entre la forêt tropicale humide particulière à la côte est (Anosy), et la forêt sèche et épineuse de l'ouest (Androy). C'est ce qu'on appelle une forêt de transition. Plus on se dirige vers l'ouest ou le sud, plus la végétation devient aride, sèche, et le voyage à la croisée de ces deux mondes végétaux est fascinant.

Peu connu des voyageurs, ce parc n'en est que plus attrayant.

Les botanistes se pencheront avec intérêt sur l'Andasonia, l'une des six variétés de baobabs de Madagascar. Son tronc est un véritable réservoir d'eau, ses fruits sont consommables, et son écorce est utilisée comme ferment pour cailler le lait. Essayez d'observer avec précaution les nids savamment suspendus : ils hébergent les tisserins, des oiseaux passereaux, et leur originalité réside dans le fait qu'il faut entrer dans le nid par le bas. Prédateurs s'abstenir !

On s'intéressera également au jabihy (Operculicarcya decaryi), dont l'écorce est utilisée après l'accouchement pour le bon rétablissement de la mère, ou pour soigner les cheveux (le jus rouge qu'on en extrait sert aussi de teinture pour confectionner les tissus traditionnels) ; ou encore le fameux palmier trièdre (Dypsis decaryi, communément appelé lafa ici), qui, comme son nom l'indique, est constitué de trois ramifications principales : c'est le seul endroit au monde où il se trouve à l'état naturel. Une croyance locale veut qu'il possède des pouvoirs mystérieux, comme de rendre fou celui qui lui donne un coup de pied (méfiance...) !

Côté faune, penchons-nous (c'est le cas de le dire) sur les Iguanidaes, des lézards qu'on ne trouve qu'ici ou en Amérique centrale : des survivants, peut-être, du big bang terrestre, quand le continent austral du Gondwana a éclaté.

Bien sûr, il y a aussi les lémuriens : douze espèces fréquentent le parc, mais vous risquez de n'en voir que deux sur le circuit principal : le sifaka aux sauts si caractéristiques, et le maki catta, reconnaissable à sa queue annelée blanche et noire. Toutefois, le parc est aussi l'un des seuls endroits de Madagascar où vous pourrez approcher le lémurien à collier roux (Eulemur fulvus collaris), d'une couleur marron orangé.

Les géologues étudieront les roches métamorphiques (roches à la base sédimentaires) et toutes celles qui renferment des minéraux, comme le mica, abondant dans la région.

Adresses Futées du PARC NATIONAL D'ANDOHAHELA

Rechercher par catégorie :

Organiser son voyage au PARC NATIONAL D'ANDOHAHELA

Transports
  • Vol pas cher
  • Location voiture
  • Réservez un ferry
  • Location de moto
  • Taxi et VTC
Hébergements & séjours
  • Tourisme responsable
  • Trouver un hôtel
  • Location de vacances
  • Trouvez votre camping
  • Voyage sur mesure
Services / Sur place
  • Assurance Voyage
  • Activités Funbooker
  • Réservez une table
  • Activités & visites

Photos du PARC NATIONAL D'ANDOHAHELA

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

MADAGASCAR

Guide MADAGASCAR

MADAGASCAR 2020/2021

13.95 €
2020-01-29
624 pages
Jeu concours

Les jeux concours du moment

Gagnez votre séjour pour un Noël au pays des châteaux, en Touraine

L’Agence Départementale du Tourisme de Touraine vous offre un séjour féérique valable pour 2 adultes et 2 enfants en Touraine à Noël !