Lieu sauvage et grandiose, le Bokor fut une des stations d'altitude les plus renommées de l'Indochine. Il fut exploré pour la première fois en 1917 par un certain M. Rolous, et l'administration française décida presque immédiatement de transformer le Bokor en station d'altitude.

En 1921, la route d'accès fut terminée permettant de commencer les travaux de construction de la station qui s'achevèrent en 1924 mais l'hôtel Bokor Palace ne fut terminé qu'en 1925. Une première évacuation du site dut être décidée en 1940 à cause de troubles fomentés par des Khmers Issarak et des Vietnamiens communistes. Ensuite les années 1950 et 1960 furent un nouvel âge d'or pour le Bokor, fréquenté par une abondante clientèle de Français et de Cambodgiens huppés. A cause de la guerre, le site fut définitivement abandonné en 1972, passant aux mains des Khmers rouges qui, selon les humeurs de Mars, durent plusieurs fois le céder aux Vietnamiens. Vingt ans plus tard, en 1992, les paras français de l'APRONUC rétablissaient l'ordre et occupèrent la station tandis que les alentours restaient tout de même dangereux. Ensuite, les Casques bleus partis, les Khmers rouges revinrent brièvement puis ce fut le tour des militaires gouvernementaux qui ravagèrent la forêt en coupant tout ce qu'ils pouvaient pendant tout le reste des années 1990. Pendant plus de 20 ans, le Bokor Palace a été le témoin muet de l'histoire de son pays. Pendant longtemps, les rares visiteurs qui prenaient le temps de se rendre au Bokor pouvaient pénétrer dans les ruines de l'ancien palais, et y fouler le marbre noir de crasse et régulièrement battu par les pluies. Tout a changé en 2012, lorsqu'une première rénovation fut entreprise pour nettoyer la façade. En 2017, le groupe Sokha commence la seconde phase des travaux et a rouvert un splendide palace fin 2018. Il est donc aujourd'hui possible de dormir dans ce témoin du XXe siècle, même si la décoration n'est pas du meilleur goût. Les environs autour de la station sont désormais correctement déminés, les voyageurs peuvent aller fouiller dans la végétation pour dénicher les légumes et autres fruits retournés à l'état sauvage (petits pois, haricots, fraises...) importés durant le protectorat par les agronomes français qui avaient transformé une partie du Bokor en centre de cultures maraîchères expérimentales appelé alors " le Val d'émeraude ". Attention tout de même à ne pas trop sortir des sentiers battus, le terrain est difficile, et le risque de se perdre est important. Et on ne sait jamais si 100 % des mines ont bien été désamorcées. Dans le sillage du Bokor Palace, un autre hôtel géant a été ouvert, principalement destiné à la clientèle asiatique. Par conséquent, beaucoup des treks auparavant possibles sont désormais inaccessibles. La poste a été détruite... mais le casino, quant à lui, a bien été conservé. Le soir, le Bokor peut prendre des allures de Las Vegas...

Adresses Futées de BOKOR

Rechercher par catégorie :

Organiser son voyage au BOKOR

Transports
  • Vol pas cher
  • Location voiture
  • Réservez un ferry
  • Location de moto
  • Taxi et VTC
Hébergements & séjours
  • Ecotourisme
  • Trouver un hôtel
  • Location de vacances
  • Location Airbnb
  • Trouvez votre camping
  • Voyage sur mesure
Services / Sur place
  • Activités Funbooker
  • Activités Airbnb
  • Réservez une table
  • Activités & visites

Photos de BOKOR

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

4.95 €
2020-01-15
144 pages
Jeu concours

Les jeux concours du moment

Remportez un séjour de 2 nuits pour 2 personnes à Nancy !

Profitez d'un week-end de prestige à Nancy !