Guide de Croatie : Jeux, loisirs et sports

Disciplines nationales

Football. Parmi les sports professionnels les plus pratiqués en Croatie, c'est toujours le foot le plus populaire, avec ses deux grands clubs, le célèbre Dinamo de Zagreb et le Hajduk de Split, et près de 1 500 petits clubs enregistrés sur tout le territoire et plus de 130 000 adeptes !

Basket, handball. Renouant avec son succès olympique de 1996, l'équipe nationale de handball de Croatie est devenue championne du monde, pour la première fois de son histoire, en février 2003.

L'équipe nationale de basket-ball a été finaliste aux Jeux olympiques de Barcelone en 1992, perdant de peu contre la Dream Team américaine et n'a pas depuis réussi à reproduire l'exploit, bien que finissant 6e aux JO de Pékin en 2008.

Tennis, Parmi les joueurs de tennis, tout le monde connaît Goran Ivanišević, pour son jeu et sa forte personnalité. Débutant sur les courts en terre battue de Split, il a su gagner le tournoi du Grand chelem à Wimbledon en 2001. Chez les femmes, c'est Iva Majoli qui obtient les meilleurs résultats, s'imposant notamment à Roland Garros en 1997 après un grand tournoi. En 2005, Ivan Ljubičić, joueur professionnel de 1998 à 2012, gagne la coupe Davis en remportant onze des douze matchs. En novembre 2018, la prestigieuse compétition internationale de tennis masculin voit la dream team croate remporter, pour la deuxième fois de son histoire, le Saladier d'argent grâce à Marin Cilić face au Français Lucas Pouille (7-6 [7-3], 6-3, 6-3).

Ski, athlétisme. Lors des Jeux olympiques d'hiver de Turin (2006) et de Salt Lake City (2002), Janica Kostelić fut la première skieuse de l'histoire à remporter trois médailles d'or. Ses performances ont impressionné, autant que celles de son frère également skieur alpin, Ivica Kostelić (né en 1979), champion du monde (2010-2011), double champion du monde de slalom (2001-2002 et 2010-2011), champion du monde du (super) combiné (2010-2011, 2011-2012), médaille d'argent en 2014 à Sotchi.

En athlétisme, Sandra Perković (née en 1990) fut championne olympique du lancer du disque en 2012, et Blanka Vlašić (née en 1983) championne du monde du saut en hauteur en 2007 et 2009, médaillée d'argent aux Jeux olympiques de 2008, sacrée meilleure sportive européenne en 2010 et médaillée de bronze aux JO de Rio en 2016. Aux JO de Rio, sur 42 podiums, la Croatie finit 17e au classement des médailles, avec notamment 5 en or en athlétisme (disque, javelot), aviron, tir, et voile.

Waterpolo et picigin. L'équipe de Croatie participe aux compétitions internationales depuis 1991. Elle gagne la médaille d'argent aux Jeux olympiques de 1996, l'or aux Jeux de 2012 ainsi qu'au championnat du monde en 2007. A la fin des années 2000, l'équipe masculine remporte le titre mondial aux championnats du monde 2007, est médaillée de bronze en 2009 puis sacrée championne d'Europe en 2010. En 2011, elle gagne la médaille de bronze aux championnats du monde et se place troisième dans la sélection des championnats du monde en 2013, derrière les Monténégrins, les Serbes et les Hongrois. Bref, une discipline où le pays excelle même si, aux JO de Rio en 2016, face à la belle performance des Français, les Croates, champions olympiques en titre, sont battus pour leur dernier match des Jeux.

Dérivé du waterpolo anglo-saxon, le picigin se pratique à Split. L'histoire raconte qu'en 1908, des étudiants croates envoyés à Prague ont ramené le nouveau jeu collectif chez eux. Mais comme la mer, dans la baie de Bačvice, est peu profonde, il était impossible d'y jouer vraiment, ce qui finalement fit évoluer la pratique vers ce fameux picigin, très populaire dans la capitale dalmate. Été comme hiver, des équipes d'hommes, toute génération confondue, se jettent dans l'eau et se renvoient la petite balle en faisant les plus belles acrobaties. Ils doivent la garder en l'air aussi longtemps que possible, avant qu'elle ne tombe à l'eau. Seuls équipements nécessaires : la balle et un maillot qui tienne au corps ! On organise des tournois régionaux, des championnats du monde. C'est à la fois spectaculaire, drôle et très sérieux.

Des champions d’hier et d’aujourd’hui

Krešimir Ćosić. Ce joueur de basket né à Zagreb en 1948 a débuté au KK Zadar, un club emblématique de Croatie. Sportif de haut niveau, doublé d'un charisme de chef équitable, il a fait une belle carrière comme joueur puis comme entraîneur. Dans les années 1970, il était considéré comme le meilleur joueur européen. Fondateur de la communauté des mormons en Croatie, il s'est lancé dans la politique lorsque son pays est devenu indépendant en 1992. Bien qu'il n'ait jamais officié dans ce milieu, il est nommé en 1992 à un poste de diplomate aux États-Unis pour la Croatie. Il est mort en 1995 à Baltimore. À titre posthume, il entre au Basketball Hall of Fame en 1996. Un musée à Zagreb honore sa mémoire. Il est encore aujourd'hui un symbole pour la jeunesse croate.

Dražen Petrović. Né à Šibenik le 22 octobre 1964, celui que l'on surnommait le Mozart du basket a remporté coupes et championnats avec le maillot de Cibona. Il a joué dans la NBA pendant quatre ans et devint l'un des meilleurs joueurs de son temps. Il est mort dans un accident de voiture en 1993. Une place et une salle de sport à Šibenik portent son nom.

Goran Ivanišević. Le " roi des aces " est né le 13 septembre 1971 à Split. Joueur précoce, il devient finaliste du Grand chelem de Wimbledon en 1992, 1994 et 1998 qu'il remporte enfin en juillet 2001. Le prestigieux terrain londonien lui a valu une belle réputation sur le circuit international. En quelques années, Ivanišević, serveur hors pair, est devenu la plus importante personnalité de Split. Il se retire de la compétition en 2004.

Janica Kostelić. La skieuse croate, née le 5 janvier 1982 à Zagreb, reine des JO de Salt Lake City (2002), a remporté le géant, après le combiné et le slalom, en plus de l'argent du super G. Pour ses 20 ans, Janica Kostelić est devenue la première skieuse à remporter trois médailles d'or dans les mêmes Jeux. Lors des JO de Turin (2006), elle remporte l'or en combiné et l'argent en super G, après avoir raflé à nouveau trois médailles d'or aux championnats du monde de 2005 à Bormio. Suite à ses blessures, elle prend sa retraite en 2007 à l'âge de 25 ans.

Ivica Kostelić. Frère de Janica, le skieur alpin, né le 23 novembre 1979 à Zagreb, s'est illustré en slalom (champion du monde en 2003, vainqueur du globe de cristal de la spécialité en 2002) puis gagne trois médailles d'argent aux JO d'hiver (2006, 2010, 2014). En 2011, il remporte 7 épreuves de coupe du monde, 6 en 2012.Il compte au total 26 victoires en Coupe du monde.

Blanka Vlašić. La longiligne athlète, née le 8 novembre 1983 à Split, s'impose dans le saut en hauteur féminin. Elle a décroché la médaille d'argent aux JO de Pékin (2008), deux médailles d'or aux championnats du monde d'Osaka (2007) et de Berlin (2009) avant de devenir en 2010 championne d'Europe en franchissant les 2,03 mètres. En janvier 2012, Blanka subit une intervention chirurgicale au pied gauche. Elle déclare forfait pour les championnats du monde d'athlétisme en salle, ne participe pas aux JO d'été de Londres 2012. En 2014, en raison d'une inflammation au genou, elle se voit contrainte de déclarer forfait à nouveau aux championnats d'Europe d'athlétisme de Zurich. En 2016, elle remporte une nouvelle médaille de bronze aux J.O. de Rio. Malgré son intention de conquérir un 3e titre mondial, l'année 2017 sera une saison blanche pour la championne, qui déclare forfait pour les mondiaux de Londres.

Josip Skoblar. Né le 12 mars 1941 à Privlaka, près de Zadar, ce grand buteur international est devenu champion de France en 1971. Il détient le record de buts marqués sur une saison pendant le championnat de Ligue 1. Durant la saison 1970/1971, il a donné 44 buts en 36 matches sans jamais avoir tiré de penalties. Il a remporté la Coupe de France avec l'OM en 1972, fut conseillé/recruteur au sein de l'équipe technique de l'OM. En France, il fait toujours partie des légendes phocéennes et fut même honoré chevalier de l'Ordre national du Mérite en 2015.

Luka Modrić, né le 9 septembre 1985. Ce footballeur international, qui évolue au poste de milieu de terrain au Real Madrid, est actuellement le capitaine de l'équipe de Croatie, qu'il conduira jusqu'en finale lors de la Coupe du monde 2018. Il sera d'ailleurs élu meilleur joueur de la compétition. Considéré comme l'un des plus grands, au même titre que Davor Šuker et Bernard Vukas.

L'équipe Croate de football

Pour la plupart, les joueurs de la sélection aux damiers évoluent dans les grands clubs européens. En 1998, l'équipe, en demi-finale, a bien failli barrer la route des champions du monde français, en ouvrant le score avant de s'incliner 2-1. Davor Šuker, classé meilleur buteur de cette Coupe du monde en France, avait décroché la médaille de bronze avec la sélection croate. En 2008, lors du championnat d'Europe, ils accèdent aux quarts de finale avant d'être battus par la Turquie alors qu'en 2014, durant la Coupe du monde, ils ne parviennent pas à concrétiser leurs espoirs. Les stars du terrain sont Luka Modrić, Ivan Rakitić ou Mario Mandžukić mais c'est Ivan Perišić, le milieu droit de Wolfsburg, que l'on remarque. Élu 2e meilleur joueur du premier tour par la Fifa, il finit la compétition avec deux buts et une passe décisive. Après une bonne démonstration contre le Cameroun (4-0), les trois buts brésiliens ont sorti l'équipe du championnat. En 2015, un match nul en Azerbaïdjan suivi d'une défaite en Norvège (éliminatoires du championnat d'Europe de football 2016) ont entraîné le licenciement du sélectionneur Niko Kovač, remplacé, pour l'Euro 2016, par Ante Čačić. Avec un redoutables milieu de terrain (Modrić, Kovačić, Rakitić, Perišić, Brozović), l'équipe considérée comme outsider s'est hissée au rang de favorite. Après une victoire contre l'Espagne, les Enflammés (Vatreni) se font remarquer par un jeu offensif, corporate. Au stade des 8e de finale, ils sont tombés sur un Portugal intraitable (1-0).

Mondial de foot 2018, le retour des héros finalistes. Fin 2017, opposés en barrages contre la Grèce, avec un aller (4-1), retour (0-0), ils décrochent leurs billets pour le Mondial 2018. Être enfin en finale d'un tournoi majeur, c'est déjà une consécration pour la génération d'Ivan Rakitić. Le souvenir de la défaite, en 1998, lors de la demi-finale, a traumatisé un pays tout entier... Cette fois, venus à bout de l'Angleterre en prolongation (2-1), Luka Modrić et ses coéquipiers y croient ferme, remercient le ciel lors des séances de tirs au but en sa faveur, en 8e, contre le Danemark, contre la Russie en quart. En demi-finale, elle sort l'Angleterre (2-1) après prolongations. Considérée par beaucoup de commentateurs comme la formation qui a proposé le jeu le plus plaisant de la Coupe du monde 2018, les Croates seront battus pourtant en finale par les Français (2-4).

Les vice-champions du monde croates rentrent tout de même chez eux en héros. Le 16 juillet, leur avion, en provenance de Moscou, a été escorté dans l'espace aérien national par deux chasseurs de l'armée de l'air croate. Tapis rouge sur le tarmac et autobus à impériale pour les joueurs qui doivent rejoindre la place du Ban Jelačić à à Zagreb où plusieurs centaines de milliers de personnes les attendent. Une liesse populaire énorme, qui se renouvellera à Zadar, dans la ville d'origine de Luka Modrić, le capitaine de l'équipe nationale.

Activités à faire sur place
En mer

Avec son grand littoral, ses rivières et cascades dans les parcs nationaux, la Croatie se place comme une destination idéale pour les vacances actives et sportives. Elle offre l'opportunité de nombreuses activités aquatiques, à commencer par la baignade ! Le terrain ? De multiples plages de galets, un peu moins de sable, des pontons aménagés et des kilomètres de côte où l'on peut s'installer. Attention aux oursins dans l'eau, et à la sève de pins sur les rochers ! La plongée avec ou sans bouteille se pratique en de nombreux spots, les clubs abondent. Idem pour le kayak de mer, la voile, les frégates...

La plongée en épaves

L'eau de mer est si claire en Croatie que les plongeurs avec bouteilles peuvent y découvrir poissons, caches à murènes, seiches, poulpes, pieuvres, calamars et autres homards sans aller très profond. En descendant de plusieurs mètres, vous croiserez des hippocampes, thons, dorades, rougets, sars, etc. On peut s'aventurer à l'intérieur de certaines épaves de navires. Tout au long de la côte, certaines, remontant à l'époque antique, sont encore chargées de leurs amphores comme à Cavtat. D'autres ont été construites durant l'invasion vénitienne ou durant les combats des dernières guerres du XXe siècle. Toutes abritent une faune et flore qui valent la descente, pleine d'aventures ! Il arrive aussi que l'on tombe nez à nez avec d'autres épaves, beaucoup moins romanesques, comme cette machine à laver, transformée en maison par une pieuvre que l'on peut croiser lors d'une plongée à proximité de Makarska...

L'Istrie. Le long des côte de la grande presqu'île, plusieurs épaves dorment encore ; la zone étant considérée par les marins comme la plus dangereuse de toute la Croatie. Le plus impressionnant, au large de Rovinj, le ferry Baron Gautsch, long de 85 m et large 12 m, fut coulé en 1914 par une mine sous-marine lors de son trajet Kotor-Trieste. 240 personnes périrent dans l'accident. L'épave se trouve aujourd'hui entre 28 m et 42 m de profondeur.

L'île de Krk. Dans le golfe du Kvarner, au large de l'île de Krk, on a localisé deux épaves. La première, le navire Lina, a sombré en 1914 lors d'une tempête. Errant en plein brouillard, il a heurté un rocher et a coulé à pic. Il se trouve aujourd'hui entre 22 m et 55 m de profondeur. La seconde épave, le Peltastic affleure à quelques mètres de la surface. Le navire peut donc être visité par des plongeurs non expérimentés, pour un baptême par exemple. La proue est dirigée vers les rochers de Krk ; les restes du bateau, mât, cheminées, winchs et même cabines sont particulièrement bien conservés. On peut d'ailleurs entrer à l'intérieur de ces dernières. Il faut juste faire attention à ne pas trop remuer lorsqu'on se trouve à l'intérieur du bateau à cause de la boue. Un coup de palme mal placé, et il n'y a plus de visibilité.

Les îles Kornati. À partir de Biograd ou de Zadar, à proximité de l'archipel, ces eaux ne font pas partie du parc national, mais la faune et la flore, particulièrement préservées, y sont quasiment identiques. A partir de Dugi Otok, par exemple. A Veli Rat, on peut aussi trouver une épave à visiter. A partir de Murter, vous irez plonger au coeur du parc des Kornati.

Le sud-ouest de l'île de Premuda. Situé en face de Zadar, ce site réputé pour la plongée vous pousse vers l'endroit que l'on nomme la " cathédrale ", située dans la baie de Široka. Cet ensemble de grottes sous-marines reliées entre elles par des passages laisse apparaître une roche poreuse. Le jour pénètre dans ces cavités, ce qui crée un superbe jeu d'ombres et de lumières sur ces pièces de construction naturelle et sous-marine.

Les côtes de la Dalmatie centrale et du sud. Superbe terrain de jeux pour les plongeurs un peu plus expérimentés. Les fonds marins y sont plus profonds que ceux du nord. C'est l'occasion de découvrir de nombreuses falaises rocheuses recouvertes de corail ou encore des grottes dans lesquelles se cachent toutes sortes d'animaux marins un peu farouches.

Les île de Brač et de Hvar. Malgré sa grande taille, comparée aux autres îles de l'Adriatique, elle reste un endroit sauvage et peu fréquenté par les plongeurs. Le meilleur spot se trouve dans le canal entre Brač et sa voisine Hvar. Dans une eau transparente et chaude, particulièrement poissonneuse, on peut s'aventurer dans des grottes, tunnels et quelques petites falaises. Comme à Golubinja Špilja, Babaca Stine et Murvica à Brač ou, de l'autre côté, à Zala Luka, Tatinja et Kabal. Un peu au large de Hvar, dans l'archipel des îles Pakleni, une des plus belles falaises commence à partir de 5 m et descend jusqu'à 45 m. Au plus profond, se trouve d'innombrables gorgones rouges et violettes et quantité d'espèces de poissons, d'algues, escargots marins ou encore d'oursins.

La riviera de Dubrovnik. A quelques kilomètres au sud de la vieille ville, on peut accéder à l'épave du Seka od Mrkana, un bateau de transport de la marine italienne qui a coulé en 1943, touché par une mine des Alliés. Le navire est échoué entre 23 m et 52 m de profondeur. L'épave gît couchée dans un angle de 70° avec la proue dirigée vers la surface. Des morceaux de sa cargaison et des pièces du moteur sont encore visibles.

La baie de Cavtat. Au large de la dernière station balnéaire de la Dalmatie du Sud, vous pourrez admirer, à 30 m de profondeur, la fameuse épave de Pithos, qui date du IVe siècle avant J.-C. Le navire a été transformé en musée sous-marin. On y trouve encore des amphores, d'énormes jarres globulaires en terre cuite avec de larges ouvertures destinées à transporter du vin et du grain. Elles sont si grosses qu'un homme peut tenir dedans.

Planche à voile

Les conditions météorologiques des côtes croates sont souvent favorables pour les véliplanchistes. C'est un sport très populaire sur les îles de Brač ou Korčula, le cycle journalier des vents y est idéal pour la pratique. Plusieurs clubs organisent des cours de planche à voile pendant la saison.

Plongée sous-marine

La Croatie, comme ses voisins méditerranéens, est un pays de marins, de pêcheurs et de plongeurs. L'Adriatique connaît des marées de faible amplitude, l'eau de mer translucide offre une visibilité excellente jusqu'à 30 m. Elle est d'une salinité moyenne pour la Méditerranée.

Les températures de la mer sont plaisantes de mai à octobre, entre 20 et 26 °C. Le reste de l'année, l'Adriatique ne descend pas en dessous d'une dizaine de degrés. Au nord et au centre de la côte, la mer est peu profonde, tandis qu'après le seuil de Palagruža commencent les grands fonds du bassin de l'Adriatique Sud.

La nature et l'importance de la faune dépendent de nombreux facteurs écologiques dont la quantité de lumière, le type de fond marin et la température. Dans la flore et la faune, communes à toute la Méditerranée, on trouve des espèces endémiques favorisées par le relatif isolement de cette partie maritime. La majorité des espèces vivent loin de la côte, attirée par la présence de plantes photosynthétiques.

Les premières écoles de plongée se sont installées dans les îles du golfe du Kvarner, à Krk et Cres. Il existe des clubs de plongée sur toute la côte et dans toutes les îles, de l'Istrie à la frontière monténégrine, de l'entreprise familiale qui possède son bateau et ses propres bouteilles d'oxygène au groupe européen. Mais les animateurs doivent tous être diplômés. Vous pourrez décider de plonger en mer pour le baptême de mer, le loisir, la découverte ou pour pratiquer un stage, pour améliorer votre niveau. Les écoles vous proposent souvent des forfaits plongée, avec transfert et hébergement.

Plonger dans les parcs nationaux. La Plongée n'est autorisée qu'aux plongeurs accompagnés d'une école. La plongée en solo, sous réserve de l'obtention du permis par les autorités portuaires, se pratique aussi. Informez-vous auprès des différents centres pour connaître les spots de plongée. Les Allemands sont particulièrement investis sur ce secteur. L'un des endroits les plus convoités pour la plongée, le parc national des Kornati, possède le statut de zone protégée. Dans ses eaux claires et propres, on peut, avec juste un masque et un tuba, croiser des espèces protégées, car la pêche y est interdite depuis 1980. Il existe un nombre limité de sites ouverts à la plongée.

Mljet, une autre île mythique au sud de Dubrovnik, plus éloignée de la côte est moins connue des plongeurs que les Kornati. C'est aussi un haut lieu de plongée dans l'Adriatique du sud. Ici aussi, on trouve de nombreuses espèces protégées dans une eau critalline. Il vous faudra payer le permis d'entrée dans ces parcs nationaux, mais cela vaut vraiment le coup de tenter l'expérience.

Rafting et plongée en eaux douces. Une des nouvelles activités proposées, le rafting de rivière, se pratique sur la Zrmanja, Krupa, Kupa, Mresnica, Dobra, Cetina. Le niveau demandé est variable, mais ce sport est accessible à tous, avec des descentes toujours assurées par des guides expérimentés.

Petit mémo du plongeur averti

Quelques conseils de prévention pour une plongée sous-marine agréable et sereine.

Avant

Pensez à avoir sur vous votre carte de diplômé, votre carnet de plongée, votre passeport ainsi qu'un certificat médical de moins d'un an (moins de deux mois si vous désirez passer le niveau 1).

Faites vérifier l'état de vos dents avant de plonger, car une carie peut devenir très douloureuse avec la pression et vos plombages risquent de sauter.

Si vous n'avez pas envie de plonger, ne vous forcez pas. Fatigue, stress, lendemain de fête, rhume sont de bonnes raisons pour reporter votre prochaine plongée.

Si vous n'avez pas plongé depuis plusieurs semaines, voire plusieurs mois, prévenez le club qui vous accueille. Ne négligez pas ce temps de réadaptation indispensable à tous. Prévenez votre directeur de plongée, mais aussi votre moniteur ou votre compagne ou compagnon de vos plongées précédentes (profondeur, durée, intervalle).

N'oubliez pas de vous informer sur les autorisations de plongée ou de chasse sous-marine auprès des Affaires maritimes locales. Surtout pour les sites des réserves naturelles. Si vous êtes surpris dans un site interdit, les contrôleurs sont en droit de tout vous saisir : matériel de plongée et de chasse.

Pendant

Si vous avez froid, dès les premiers frissons, prévenez votre guide. On ne se réchauffe pas en cours de plongée et plus on descend, plus il fait froid.

S'il est désagréable d'être un bouchon en surface, il faut bien traîner " les kilos de trop ". Alors, vérifiez que votre lestage est bien adapté. Attention, on peut perdre 2 kg entre deux plongées quotidiennes. En étant correctement lesté, vous n'en plongerez que plus confortablement, en consommant moins, en sécurité.

Soit vous êtes venu accompagné, soit vous êtes seul et accueillez votre nouveau binôme. Toutefois, avant de lui confier votre futur proche et vous de prendre en charge le sien, assurez-vous que ce parfait inconnu ne vient pas de faire 10 heures de route, passer une nuit agitée. Demandez-lui où il a passé ses niveaux, à quand remonte sa dernière plongée, s'il a déjà plongé sur le site. Vous aussi répondez, sans vous offusquer, à ses propres questions.

Plonger avec de la buée dans son masque est pénible, surtout si cela doit durer toute la plongée. Quand il est neuf, badigeonnez la vitre de dentifrice et laissez-le toute une nuit. Rincez-le bien le matin et recommencez une fois en rinçant tout de suite. Ensuite avant chaque plongée, crachez dans votre masque, étalez la salive sur toute la vitre et rincez. Si le masque sèche avant que vous ne soyez à l'eau, recommencez.

Ne remontez rien en surface. Un plongeur ne doit rien collecter : ni fragment d'épave, ni coquillage ou coquille vide. Sous l'eau, ne touchez à rien, car vous risquez des brûlures, piqûres ou des morsures et/ou de blesser, voire de tuer quelque organisme vivant. Découvrez, regardez, photographiez...

Après

Ne prenez pas l'avion dans les 24h ou 48h après les plongées, selon leur nombre et leur profondeur.

 

Plus d'informations : www.diving.hr/www.diving-hrs.hr (en anglais) et www.plongeeonline.com (en français).

Sur terre

La Croatie de l'intérieur est le paradis des bons marcheurs et autres amateurs de vacances actives et sportives en pleine nature. Quelques idées du nord au sud.

Randonnée à pied, à cheval, en VTT

Organiser des marches dans le Parc national de Plivitce (lacs et cascades), des explorations de canyons à Paklenika, à la recherche du lynx dans le Parc national de Risnjak, des remontées de sentiers à Premužić jusqu'au refuge des jeunes ours, des treks en VTT en Istrie ou au mont Velebit, des journées à cheval dans les ranchs des parcs nationaux.

Escalade, alpinisme, ski

La région de Paklenica, dans les montagnes du Velebit, est particulièrement réputée pour l'escalade. Le climat agréable permet de pratiquer au printemps, en été et à l'automne (en ayant pris soin de vérifier la météo avant de partir). Chaque printemps, on y organise une grande compétition internationale, Big Wall Speed Climbing, qui rassemble les alpinistes du monde entier. Un peu plus au sud, dans la région d'Omiš, on peut escalader les falaises du Biokovo. Enfin, certains sites ont été aménagés en Istrie ou dans les îles adriatiques. Pour le ski, c'est sur les monts Papud ou près de Zagreb (Sljeme) que vous trouverez des belles pistes.

Chasse, pêche ou parcours no kill !

La Croatie possède de nombreux terrains de chasse sur lesquels abondent les gros gibiers européens. On y trouve des cerfs, surtout chassés au mois de septembre dans le bassin le long du fleuve Sava. De nombreux chasseurs étrangers viennent en Croatie pour y traquer l'ours, le chevreuil, le lynx et d'autres petits gibiers comme le lapin, le renard ou encore les oiseaux migrateurs.

Pour la pêche, les plus belles rivières se trouvent entre Zadar et Split, sur les rivières de Zrmanja, Cetina ou Gacka près de la ville de Otocac, entre Senj et les lacs de Plitvice. La rivière Gacka est parfaite pour les amateurs de pêche et pour les confirmés. On peut aussi passer des journées de pêche à la truite sur les bords des rivières Drave ou Kupa.

Ceux qui préfèrent les parcours no kill sont les bienvenus ! Des séjours de pêche peuvent s'organiser près de ces rivières ou au bord du lac de Vransko Jezero à Pakostane par exemple.

Préparez votre voyage !

transports
  • Louer une voiture
  • Réserver un ferry
  • Location de moto
hebergement
  • Réservez un hôtel
  • Location de vacances
  • Votre logement Airbnb
  • Trouvez votre camping
Séjours
  • Voyagez sur mesure
Sur place
  • Réservez une table
  • Trouvez une activité
  • Expériences & Boxs

Adresses Futées de Croatie

Avis
Jeu concours

Les jeux concours du moment

Remportez un séjour d'une semaine pour 4 personnes en Sud Vendée !

Prenez l'air martin et vivez une expérience unique ! Sud Vendée Tourisme vous offre un séjour d'une semaine pour 4 personnes en Sud Vendée !

3 nuits en chambres d'hôtes au cœur du Marais poitevin avec petit-déjeuner, 3 nuits dans un hôtel*** à la Tranche sur mer, une balade en barque avec pique-nique, location de 4 vélos pour une journée.