Guide du Tibet : Santé

Aucune vaccination n'est exigée à ce jour au départ de l'Europe, mais le vaccin contre l'hépatite B est fortement recommandé, ainsi que la fièvre typhoïde et le tétanos. Si vous comptez rester longtemps au Xinjiang ou au Tibet, un vaccin contre la rage peut être le bienvenu au vu du nombre de chiens errants...

Au Tibet, attention au mal des montagnes dû à l'altitude

Le mal aigu des montagnes (MAM) n'est ni une malédiction ni une tare. Ce n'est que le signe d'une adaptation incomplète à l'altitude. Une personne sur deux est atteinte du mal des montagnes, une sur cent de complications graves. Les troubles surviennent entre 6 et 24 heures après l'arrivée en altitude et le plus souvent à partir de 3 500 m. Le MAM survient d'autant plus vite que l'on est monté rapidement (avion notamment ou voiture dans le cas d'une escapade sur le plateau tibétain). Le plus souvent, les signes observés sont les suivants : mal de tête, nausées, voire vomissements, fatigue ou lassitude, insomnie... Souvent, par ignorance, pour expliquer ces malaises on incrimine l'inconfort du refuge, le changement de nourriture, la fatigue... Si vous éprouvez quelques-uns de ces troubles, votre adaptation à l'altitude est encore incomplète et, dans ce cas, on ne peut que vous conseiller de rester à Lhassa pour vous acclimater (les hôtels disposent tous d'une large réserve de bouteilles à oxygène).

Que faire en cas d'apparition des symptômes ? Prenez un gramme d'aspirine : les signes s'estompent, vous pouvez continuer à monter ; s'ils persistent, arrêtez-vous jusqu'à ce qu'ils disparaissent, et remontez avec prudence. Dans la plupart des cas, les symptômes disparaissent au bout de quelques jours, mais, si ce n'est pas le cas et s'ils s'aggravent, il faut absolument redescendre calmement.

Que risquez-vous ? Tous ces troubles vont disparaître dès que vous redescendrez. Si la progression en altitude doit continuer ou si le séjour se prolonge, il faut absolument parfaire votre adaptation pour ne pas risquer les deux accidents exceptionnels mais redoutables de la haute altitude : l'oedème pulmonaire et l'oedème cérébral.

Que faire pour éviter le MAM ? A partir de 3 000 m d'altitude (le plateau tibétain est en moyenne à 4 000 mètres et vous devrez passer des cols à plus de 5 000 m pour y accéder...), limitez votre activité physique les deux ou trois premiers jours au-delà de ce seuil. Buvez (mais jamais d'alcool !) et alimentez-vous le mieux possible, pour donner à votre organisme le maximum de chances de s'adapter au manque d'oxygène.

Au Xinjiang, gare aux risques d'insolation

Pendant l'été, il peut faire très très chaud au Xinjiang, et notamment aux abords du désert du Taklamatan - à Kashgar par exemple ou dans la dépression géologique de Turpan. Dans les deux cas, les températures peuvent facilement dépasser les 45 °C.... Turpan a d'ailleurs enregistré, à l'été 2009, la température la plus élevée de Chine : 53 °C !

Veillez donc à bien vous hydrater et à surtout à ne pas sortir lorsque le soleil est à son zénith : adaptez votre emploi du temps pour profiter au mieux de votre séjour !

Conseils

Pour recevoir des conseils avant votre voyage, n'hésitez pas à consulter votre médecin. Vous pouvez aussi vous adresser à la société de médecine des voyages du centre médical de l'Institut Pasteur au ✆ 01 45 68 80 88 (www.pasteur.fr/fr/sante/centre-medical) ou vous rendre sur le site du ministère des Affaires étrangères à la rubrique " Conseils aux voyageurs " (www.diplomatie.gouv.fr/voyageurs). 

En cas de maladie ou de problème grave durant votre voyage, consultez rapidement un pharmacien puis un médecin.

Maladies et vaccins
Choléra

Cette infection contagieuse provoque des diarrhées brutales et très abondantes, entraînant la déshydratation. En l'absence de traitement, une infection majeure est fatale dans la moitié des cas. L'efficacité du vaccin n'est pas absolue : il ne protège que la moitié des sujets vaccinés. La prévention contre cette maladie est semblable à celle contre les autres maladies diarrhéiques.

Diarrhée du voyageur (tourista)

Statistiquement, un voyageur sur deux est touché par la turista au cours des 48 premières heures de son séjour. Ces diarrhées et douleurs intestinales sont dues à une mauvaise hygiène, à la cuisson insuffisante des aliments, à une nourriture trop épicée ou, le plus souvent, à l'eau. 80 % des maladies contractées en voyage sont en effet directement imputables à une eau contaminée. Ces troubles disparaissent en général en un à trois jours. Prenez un antidiarrhéique, un désinfectant intestinal et hydratez-vous bien (pas de jus de fruits). Si la diarrhée persiste ou s'accompagne de pertes de sang ou de glaires, consultez un médecin.
Pour éviter ces désagréments, achetez des bouteilles d'eau scellées, faites bouillir l'eau (le café et le thé sont des boissons "  sûres  "), évitez les crudités ou les fruits non pelés, bannissez les glaçons, ne vous brossez pas les dents avec l'eau du robinet et ayez toujours sur vous des comprimés désinfectants. Avant de partir, vous pouvez acheter du Micropur® Forte DCCNa - seul produit sur le marché qui purifie l'eau rapidement (élimine bactéries, virus, giardia et amibes) et permet à l'eau de rester potable.
Il existe aussi Aquatabs® ou Hydroclonazone®. Ce dernier est le moins cher mais le goût en chlore est très prononcé et seules les bactéries sont éliminées. Pour les aventuriers, un filtre est indispensable pour l'eau boueuse. Les filtres Katadyn® répondent aux attentes de ces baroudeurs avec plusieurs modèles, dont le filtre bouteille qui permet d'avoir de l'eau potable instantanément sans pomper (il élimine aussi les virus).

Dengue

Ce virus assez courant dans les pays tropicaux est transmis par les moustiques Aedes aegypti, le même vecteur du virus Zika et de la chikungunya. La dengue se traduit par un syndrome grippal (fièvre, maux de tête, fortes douleurs articulaires et musculaires). Il n'existe pas de traitement préventif. Ne prenez jamais d'aspirine. Cette maladie pouvant être mortelle, il est fortement recommandé de consulter un médecin en cas de fièvre et de boire de l'eau régulièrement.

Encéphalite japonaise

L'encéphalite japonaise est transmise par un moustique à activité nocturne (pics au crépuscule et à l'aube), principalement en milieu rural. Selon les régions, la transmission est pérenne, ou limitée à la saison des pluies ou à la saison chaude. La maladie, initialement limitée à l'Asie de l'Est, du Sud-Est et au sous-continent indien, s'étend maintenant à la Papouasie-Nouvelle-Guinée et à l'extrême nord de l'Australie. La plupart des formes de la maladie sont sans symptômes, mais elle peut aussi entraîner des séquelles neurologiques, et même la mort. Le Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP) ne préconise pas de se faire vacciner systématiquement mais, depuis septembre 2013, le recommande vivement pour les personnes âgées de 2 mois et plus en cas d'expatriation ou de séjour avec exposition en milieu extérieur en zones rurales (ex : camping, randonnée, cyclisme, rizières et zones d'irrigation par inondation, travail en extérieur).

Le vaccin est disponible en France, dans les centres de vaccination sous le nom de Ixiaro® (2 injections à 28 jours d'intervalle avec rappel 12 à 24 mois après la première injection). Cette vaccination s'effectue uniquement sur rendez-vous. Contactez le centre médical de l'Institut Pasteur au ✆ 01 45 68 80 88.

Grippe aviaire

La grippe aviaire touche habituellement les volatiles. Toutefois, le virus peut se transmettre occasionnellement à l'homme. Cette transmission ne concerne en principe que des personnes en contact direct avec les animaux atteints, mais certains cas ont pu suggérer une exceptionnelle transmission de personne à personne. Pour prévenir la transmission :

Évitez les endroits à risque élevé, comme les fermes d'élevage de volailles et les marchés d'animaux vivants.

Évitez tout contact direct avec les oiseaux, notamment les poules, les canards et les oiseaux sauvages.

Évitez les surfaces contaminées par des excréments ou des sécrétions d'oiseaux.

Observez les règles d'hygiène des mains et d'hygiène alimentaire.

Il n'y a pas de vaccin disponible.

Info' Grippe Aviaire au ✆ 0 825 302 302 (0,15 € la minute).

Hépatite A

Pour l'hépatite A, l'existence d'une immunité antérieure rend la vaccination inutile. Elle est fréquente lorsque vous avez des antécédents de jaunisse, de séjour prolongé à l'étranger ou êtes âgé de plus de 45 ans. L'hépatite A est le plus souvent bénigne mais elle peut se révéler grave, notamment au-delà de 45 ans et en cas de maladie hépatique préexistante. Elle s'attrape par l'eau ou les aliments mal lavés. Si vous êtes porteur d'une maladie du foie, la vaccination contre l'hépatite A est hautement recommandée avant tout type de voyage où l'hygiène est précaire. Elle doit être effectuée en deux fois mais la première injection, un mois avant le départ, suffit à assurer une protection pour un voyage de courte durée. La deuxième (six mois à un an plus tard) renforce la durée de l'immunité pour des dizaines d'années.

Hépatite B

Risque élevé dans le pays. L'hépatite B est plus grave que l'hépatite A. Elle se contracte lors de rapports sexuels ou par le sang. Le vaccin contre l'hépatite B est à faire en deux fois à un mois d'intervalle (mais il existe des vaccinations accélérées en un mois pour les voyageurs pressés), puis un rappel six mois plus tard pour renforcer la durée de la protection.

Rage

La rage est encore présente dans le pays. Il faut donc éviter tout contact avec les chiens, les chats et autres mammifères pouvant être porteurs du virus. L'apparition des premiers symptômes (phobie de l'air et de l'eau) varie entre 30 et 45 jours après la morsure. Une fois ces symptômes constatés, le décès intervient en quelques jours, dans 100 % des cas. En cas de doute, suite à une morsure, il faut donc absolument consulter un médecin, qui vous administrera un vaccin antirabique associé à un traitement adapté. Le vaccin préventif ne dispense pas du traitement curatif en cas de morsure.

Typhoïde

La fièvre typhoïde est une infection bactérienne qui se traduit par de fortes fièvres, une diarrhée fébrile et des troubles de la conscience. Les formes les plus graves peuvent engendrer des complications digestives, neurologiques ou cardiaques. La période d'incubation de la maladie varie entre dix et quinze jours. La contamination se fait par les selles ou la salive, de manière directe (contact avec une personne malade ou un porteur sain) ou indirecte (ingestion d'aliments contaminés : crudités, fruits de mer, eau et glaçons). Le vaccin, actif au bout de deux à trois semaines, vous protège pour trois ans. En cas de contamination et de non-vaccination préventive, un traitement par les fluoroquinolones sera préconisé.

Centres de vaccination

Pour plus d'informations, vous pouvez consulter le site Internet du ministère de la Santé (www.sante.gouv.fr) pour connaître les centres de vaccination proches de chez vous.

En cas de maladie

Un réflexe : contacter le consulat de France. Il se chargera de vous aider, de vous accompagner et vous fournira la liste des médecins francophones. En cas de problème grave, c'est aussi lui qui prévient la famille et qui décide du rapatriement. Pour connaître les urgences et établissements aux standards internationaux : consulter les sites www.diplomatie.gouv.fr et www.pasteur.fr

Assistance rapatriement – Assistance médicale

Si vous possédez une carte bancaire Visa® et MasterCard®, vous bénéficiez automatiquement d'une assurance médicale et d'une assistance rapatriement sanitaire valables pour tout déplacement à l'étranger de moins de 90 jours (le paiement de votre voyage avec la carte n'est pas nécessaire pour être couvert, la simple détention d'une carte valide vous assure une couverture). Renseignez-vous auprès de votre banque et vérifiez attentivement le montant global de la couverture et des franchises ainsi que les conditions de prise en charge et les clauses d'exclusion. Si vous n'êtes pas couvert par l'une de ces cartes, n'oubliez surtout pas de souscrire une assistance médicale avant de partir.

Trousse à pharmacie

Prévoyez en plus de vos médicaments habituels, des antibiotiques à large spectre (contre les maux de gorge et les grippes), un désinfectant intestinal et un collyre (la pollution et la poussière sont redoutables pour les yeux, surtout au printemps). Pensez également à prendre vos médicaments et votre ordonnance (demandez à votre médecin/pharmacien qu'il indique la molécule plutôt que le nom d'un médicament précis).

Médecins parlant français
Hôpitaux – Cliniques – Pharmacies

En règle générale, les grandes villes chinoises disposent toutes d'un centre de soins géré par des médecins anglophones. Mais attention, les conditions sanitaires peuvent être difficiles au Tibet et au Xinjiang... Ne commettez pas d'imprudence, et en cas de doute, dirigez-vous vers Pékin.

Préparez votre voyage !

transports
  • Vol pas cher
  • Louer une voiture
  • Réservez un ferry
  • Location de moto
  • Taxi et VTC
hebergement
  • Tourisme responsable
  • Réservez un hôtel
  • Location de vacances
  • Votre logement Airbnb
  • Trouvez votre camping
Séjours
  • Voyagez sur mesure
Sur place
  • Assurance voyage
  • Activités Funbooker
  • Réservez une table
  • Trouvez une activité

Adresses Futées du Tibet

Avis
Jeu concours

Les jeux concours du moment

Remportez un séjour d'exception pour 2 personnes en Corse !

Un séjour de 4 nuits et 5 jours pour 2 personnes en Corse avec l'Agence du Tourisme de la Corse.